Rattrapage des prix dans l’Hébergement, stabilité dans la Restauration

L’indice Insee des prix à la consommation dans la branche a fortement augmenté en août (+2,7 %), du fait des hausses tarifaires saisonnières pratiquées dans les villages vacances (+21,9 %) et les hôtels (+2,8 %), plus fortes qu’en 2020 et 2019. A contrario, l’inflation était quasi nulle ce mois-là dans les services de Restauration. Sur 1 an, la hausse des prix reste très modérée (+0,5 %). En raison de leur quasi stabilité dans les Restaurants et Cafés (+1,3 %) et de leur chute dans les cantines (-6,4 %). A l’inverse de ceux des services d’Hébergement, en hausse de +5,5 %.

L'indice Insee des prix à la consommation dans la branche a fortement augmenté en août (+2,7 %), du fait des hausses tarifaires saisonnières pratiquées dans les villages vacances (+21,9 %) et les hôtels (+2,8 %), plus fortes qu'en 2020 et 2019. A contrario, l'inflation était quasi nulle ce mois-là dans les services de Restauration. Sur 1 an, la hausse des prix reste très modérée (+0,5 %). En raison de leur quasi stabilité dans les Restaurants et Cafés (+1,3 %) et de leur chute dans les cantines (-6,4 %). A l'inverse de ceux des services d'Hébergement, en hausse de +5,5 %.

Le meilleur remplissage des hôtels français cet été s'est traduit également par une augmentation des prix moyens. Photo : Andrey - Adobe Stock.

Le fait est trop rare pour ne pas le mentionner. Entre août 2021 et septembre 2020, l’Insee enregistre une hausse de prix beaucoup plus modérée dans la branche H&R que dans l’ensemble de l’indice IPC. Les prix  augmentent de + 1,9 % sur l’ensemble de l’Indice Des Prix (IPC). En raison principalement de la hausse des prix de l’énergie (+12,7 %), de produits manufacturés (+1,1 %) et des alimentaires (+1,3 %). Alors que l’Institut relève une progression de seulement 0,5 % dans l’H&R. A l’inverse d’août 2020 ! L’IPC se maintenait alors à  0,2 % sur 1 an. Alors qu’il grimpait de  +1,5 % dans les services de Restauration et d’Hébergement.

Cette quasi stabilité masque toutefois de grandes disparités dans l’évolution des prix. En constatant un net clivage entre les services de Restauration, crédités d’une inflation zéro et les services d’Hébergement crédités d’un  + 5,5 %.

Ces disparités s’observent au sein même de ces grands services.  Ainsi, les prix de la restauration à table et les cafés-débits de boissons prennent +1,3 %. Alors qu’ils gagnent le double (+2,6 %) dans la restauration rapide et à emporter. Quant aux cantines, leur prix chute de -6,4 %. Fait exceptionnel qui s’expliquerait par un effondrement de la demande provoqué par le télétravail.

Côté hébergement,  l’inflation est plus de deux fois plus élevée dans les centres de vacances (+7,7 %) que pour les hôtels (+3,4 %). A l’inverse, la bonne tenue cet été de la demande sur la majorité des destinations françaises a conduit les hébergeurs à augmenter d’avantage qu’en 2020 et 2019 leur tarif de haute saison.

Inflation concentrée dans les hôtels et les centres de vacances

Source : Insee – traitement HR-infos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique