ET AUSSI…
Les Plus Lus

Les autres titres

Stabilité des prix dans la Restauration et rajustement tarifaire dans les hôtels

En octobre, les prix des services de restauration et d’hébergement calculés par l’Insee ont reculé de 0,8 % sur 1 mois et progressé de 1,8 % sur les 12 derniers mois, malgré le rattrapage des tarifs des hébergements (+3,5 % sur 12 mois), en particulier des hôtels (+8,3 %). La stabilité des prix des produits alimentaires (+0,7 % sur 1 an) et des produits manufacturés (+0,5 %) a compensé la hausse de plus en plus forte des prix de l’énergie (+20,2 %), malgré la relative modération des tarifs de l’électricité (+2,6 %).

Les métiers de la branche parmi les premiers employeurs de jeunes sortants de formation

L’Hébergement Restauration est devenu l’un des deux secteurs qui attirent le plus de jeunes à la sortie de leurs études initiales, avec ou sans un diplôme obtenu. En 2018, dernier année connue, ils représentaient 15,5 % de ses effectifs d’employés et d’agents de maîtrise et 9,7 % de ses cuisiniers. Parmi eux, la part des non-diplômés et des titulaires d’un CAP-BEP tend à baisser au profit des bacheliers et des Bac + 2, 3, 4 ou 5. Un résultat d’autant plus marquant qu’ils s’accompagnent d’une stagnation de l’apprentissage .

Accord-cadre entre l’AFPA et le groupe Buffalo Grill-Courtepaille pour recruter et former 400 alternants

Le groupe va proposer 400 contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Avec à la clef, une qualification professionnelle et un emploi en CDI dans l’un de ses 600 restaurants. Dans de nombreux secteurs, à l’exception des HCR, l’apprentissage est en forte croissance avec près de 525 600 contrats signés en 2020 (+ 42 %). Le plan « 1 jeune, 1 solution » et ses aides, prorogées jusqu’en juin 2022, ont boosté la demande des entreprises. Une prime de 5000 euros leur est accordée pour l’embauche d’un apprenti mineur et de 8 000 euros pour celle d’un apprenti majeur.

La gestion de l’aide aux coûts fixes « accélérée » mais le dispositif ne sera pas renouvelé

Les demandes pour la nouvelle aide « coûts fixes rebond », qui succède au fonds de solidarité et à l’aide « coûts fixes », seront examinées en priorité assure Bercy. Et les dossiers d’un montant inférieur à 30 000 euros (environ 60% des situations) traités de manière automatique pour accélérer le versement de l’aide. En parallèle, les deux décrets fixant les conditions d’attribution et de calcul ont été publiés au Journal Officiel du 4 novembre 2021. L’un s’applique aux entreprises créées avant le 1er janvier 2019, l’autre entre le 1er janvier 2019 et le 31 janvier 2021.