ET AUSSI…
Les Plus Lus

Les autres titres

Accor, Ennismore et Funyard projettent l’ouverture de 1 300 hôtels lifestyle JO&JOE en Chine

Accor et Ennismore, sa filiale dédiée à l’hôtellerie lifestyle, ont annoncé le 21 avril la signature d’un contrat de franchise à long terme avec l’opérateur Funyard Hotels & Resorts (appartenant au groupe immobilier chinois Country Garden), assorti de l’engagement d’ouvrir en Chine continentale d’ici 2050 au moins 1 300 hôtels JO&JOE totalisant plus de 100 000 chambres. Une impulsion majeure pour ce concept de néo-auberge de jeunesse lancée en 2017 à Hossegor (Landes) qui ne comptait encore que 4 adresses, dont trois en France et une à Vienne, en Autriche.

Les déclarations d’embauche de plus d’un mois dépassent leur niveau du 1er T 2019

Entre janvier et mars 2022, le nombre de déclarations préalables à l’embauche (DPAE) dans l’Hébergement Restauration pour des contrats de plus d’un mois a progressé de 194 % par rapport au premier trimestre 2021. Les DPAE se répartissent en 197 362 CDI et 165 901 CDD. Ces volumes records dépassent de près de 8 % ceux du premier trimestre 2019 qui avait enregistré 337 062 embauches, dont 177 359 en CDI. En outre, 41,4 % des déclarations du premier trimestre 2022 portaient sur des embauches de plus d’un mois, contre 31 % au même trimestre 2019.

Les hausses tarifaires des hôtels et des résidences de tourisme dopent l’indice des prix de la branche

En mars, les prix des services de restauration et d’hébergement calculés par l’Insee ont augmenté de 0,9 %, contre 0,3 % en février et janvier, et de 3,3 % sur les 12 derniers mois. Cette accélération tient à la forte hausse observée sur les postes des hôtels (+3,7 % par rapport à février 2022) et des centres de vacances (+3,6 %). La progression des prix de la restauration traditionnelle reste faible et identique à celle des deux mois précédents (+0,3 %) alors qu’elle s’accentue légèrement dans la restauration rapide (+0,5 %) et dans les cantines (+0,4 %).

Un PGE Résilience conditionné à un impact de la crise ukrainienne sur la trésorerie

Ce nouveau Prêt Garanti par l’Etat vise à soutenir les entreprises dont la trésorerie est fortement impactée par les conséquences économiques de la guerre en Ukraine. Notamment du fait des hausses de prix de matières premières. Ses modalités sont identiques au PGE classique, hormis son montant maximum de 15 % du chiffre d’affaires. Reste à savoir si les HCR seront bien en mesure de justifier leurs besoins de trésorerie par ce conflit et si elles sont en capacité d’emprunter encore, au moment où elles doivent commencer de rembourser leur PGE principal.