Un automne hôtelier sur la pente raide

Une arrière saison en enfer. A un été en pente douce, en partie sauvée par les clients français, va succéder un automne en pente raide, pour les chaînes comme pour les indépendants. Hormis pour quelques destinations, tous les indicateurs nationaux et régionaux affichent un net recul de l’activité en septembre, octobre et début novembre. La filière souffre de l’absence prolongée des visiteurs internationaux, mais aussi désormais de celle des voyageurs d’affaires. Le reconfinement et de télétravail généralisé vont plomber pour quelques mois encore l’industrie hôtelière.

Une arrière saison en enfer. A un été en pente douce, en partie sauvée par les clients français, va succéder un automne en pente raide, pour les chaînes comme pour les indépendants. Hormis pour quelques destinations, tous les indicateurs nationaux et régionaux affichent un net recul de l'activité en septembre, octobre et début novembre. La filière souffre de l'absence prolongée des visiteurs internationaux, mais aussi désormais de celle des voyageurs d'affaires. Le reconfinement et le télétravail généralisé vont plomber pour quelques mois encore l'industrie hôtelière.

La Bretagne et plus généralement les littoraux Atlantique avaient enregistré de belles fréquentations cet été, grâce aux Français et aux riverains européens, sans toutefois égaler leurs performances de 2019. L'automne s'annonce moins favorable, en particulier les vacances de la Toussaint. La météo n'arrange rien. Une vue de la plage de la baie des Trépassés, vers la pointe du Raz. Photo : Baillou- Adobe Stock

Le Booking Index de Hospitality Recovery Tracker de d-Edge

Le Booking Index pour la France, tous canaux de réservation confondus

En ligne depuis avril 2020, cet index enregistre intégralement et quotidiennement les réservations passées auprès de plus de 10 000 hôtels, en majorité français et indépendants. Des filtres permettent de tracer les réservation pour chaque pays (une quarantaine). Pour chaque grande zone géographique, dont six en France : Alsace, Bretagne, Corse, Paris, Riviera, Sud Ouest. Et pour chaque famille de canal (website, OTA’s, Wholesalers…). En distinguant également les résultats pour les clientèles domestique et internationale.

L’écart se creuse à nouveau depuis début septembre et s’aggrave en novembre

Ce recul s’observe dans les six grandes zones françaises définies par d.edge, toute origine nationale confondue. La progression des réservations des clients français dans certaines régions ne compense pas la baisse de celles passées par les touristes internationaux.

Le volume de réservations passées par la clientèle internationale de nouveau en chute libre

En chute libre sur tous les canaux de distribution et pour toutes les régions. Les mesures de reconfinement en Europe vont de nouveau assécher les flux qui avaient repris cet été.

Les réservations des Français décrochent certains jours d’octobre et chutent début novembre

En Alsace, Corse, Bretagne et dans le Sud-Ouest, les Français réservent davantage en octobre 2020. Mais les volumes sur ces régions ne compensent pas les baisses constatées sur Paris et la Riviera.

Depuis la fin mai 2020, la clientèle française continue de réserver davantage en direct

Une partie des Français semble progressivement délaisser les OTAs, surtout depuis début octobre et quand ils réservent un hôtel en France.

Les résultats des chaînes hôtelières en septembre

Toutes les gammes impactées malgré des TO plus élevées dans les gammes Economique

Paris cumule les records de baisse de fréquentation et de prix

Bretagne, Normandie, Nouvelle Aquitaine… Les régions les plus résistantes cet été reculent à nouveau fortement

Source des trois tableaux : MKG Destination 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique