Plus de 8 milliards d’euros de Prêts Garantis par l’Etat attribués à 86 000 entreprises de la branche

L’enveloppe des PGE accordés aux HCR a continué de grossir cet été. Selon le dernier comptage effectué par Bercy, 8,016 milliards d’euros ont été versés à 86 581 entreprises de la branche. Cette aide à la trésorerie pourrait connaître un deuxième souffle avec le lancement début août du PGE Saison. Quant au remboursement du PGE, il pourra être étalé sur six ans à des taux allant jusqu’à 2,5%.

L'enveloppe des PGE accordés aux HCR a continué de grossir cet été. Selon le dernier comptage effectué par Bercy, 8,016 milliards d'euros ont été versés à 86 581 entreprises de la branche. Cette aide à la trésorerie pourrait connaître un deuxième souffle avec le lancement début août du PGE Saison. Quant au remboursement du PGE, il pourra être étalé sur six ans à des taux allant jusqu'à 2,5%.

Tout secteur confondu, le taux de refus des demandes éligibles ne dépasserait pas 2,8 %. Mais on ne connait pas celui des HCR. Photo : Tippapat - Adobe Stock.

Combien d’hôtels, de cafés, de restaurants existeraient encore à ce jour si le gouvernement n’avait pas lancé rapidement, dès le début de la crise, ce dispositif massif d’aide à la trésorerie. Les PGE ont empêché des dizaine de milliers de faillites. De même que le chômage partiel a évité à des centaines de milliers de salariés de perdre leur emploi.

A ce jour, près d’1 établissement sur 2 de la branche (86 851 sur 182 000) a sollicité et obtenu d’une banque un Prêt Garanti par l’Etat. 83 % de ces bénéficiaires sont des établissements de restauration, selon un décompte de Bpifrance.

Depuis son lancement fin mars, le dispositif  n’a cessé de monter en puissance. De 26 000 emprunteurs et 2,1 milliards d’euros début mai, il passait à 60 814 et 5,4 milliards en juin. Puis à 7,5 milliards à la mi juillet pour 82 070 emprunteurs. Et à 7,8 milliards pour 84 463 à mi-août.

Le rythme de progression s’est donc fortement ralentie depuis juillet. Au 11 septembre, dernier comptage connu, les PGE n’avait engrangé que 1 700 bénéficiaires supplémentaires et versés 300 millions d’euros de plus.

Il est peu probable que dans les semaines à venir, la demande pour des PGE se réanime. En revanche, la formule ciblée de sa variante, le PGE saison, pourrait intéresser des entreprises à forte saisonnalité d’activité. Les résidences de tourisme loisirs, les campings, les villages vacances, par exemple.

Un assouplissement des conditions de remboursement

Mais la question cruciale qui se pose désormais est celui du remboursement du PGE… En particulier pour les TPE et PME, qui représentent 95 % de ses bénéficiaires.

L’Etat a pu annoncer le 6 septembre un étalement possible du remboursement de leur PGE (sur une période maximale de six ans) à des conditions financières raisonnables. Bercy a obtenu des banques qu’elles établissent une tarification maximale comprise entre 1 % et 2,5 % selon le nombre d’années de remboursement.

Les taux devraient se situer entre 1 et 1,5 % pour des prêts remboursés d’ici 2022 ou 2023. Et entre 2 à 2,5 % pour des prêts remboursés d’ici 2024 à 2026, coût de la garantie de l’État compris.

Le Prêt Garanti par l’Etat accordé aux HCR se monte en moyenne à 92 584 euros

Source : Banque de France – data.gouv.fr

Selon une analyse HR-infos, le montant moyen d’un PGE obtenu dans la branche (8,016 milliards/ 86 581 bénéficiaires = 92 584 euros) est inférieur de 55 % à celui accordé aux autres secteurs d’activité (206 124 euros). L’explication tiendrait en grande partie à un chiffre d’affaires de référence proportionnellement inférieur.

On note d’assez fortes disparités de montants selon les régions où les entreprises déclarent. En raison là aussi de leur taille de chiffre d’affaires. Mais ce n’est peut-être pas la seule explication.

En Ile-de-France, les 17 023 entreprises attributaires d’un PGE ont obtenu 2,618 milliards d’euros d’avances sur trésorerie. Soit environ 153 792 euros par emprunteur. Pour autant, en Corse, le montant moyen d’un PGE s’élève encore à 105 392 euros. Cette moyenne correspond à 129 millions d’euros répartis entre 1224 entreprises.

A contrario, en Provence Alpes Côte d’Azur, le PGE passe nettement sous la barre des 100 000, à 94 260 euros (964 millions d’euros partagés entre 10 227 entreprises). En Auvergne Rhône-Alpes, la moyenne tombe à 78 971 euros (887 millions entre 11 232 bénéficiaires). Elle descend même à 76 279 euros en Bretagne (337 millions pour 4 418 emprunteurs). La région Centre Val de Loire atteint le point bas avec seulement 2 506 bénéficiaires ayant partagé 145 millions, soit 57 861 euros par établissement.

Bruno Le Maire (*), à propos du PGE Saison

(*) ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance

«Le PGE saison vient renforcer le prêt garanti par l’Etat pour les entreprises et professionnels dont l’activité est saisonnière. Notamment dans le secteur de la restauration, de l’hôtellerie ou du tourisme. Ces secteurs durement touchés par la crise bénéficieront d’un appui en trésorerie renforcé, adapté à leurs besoins. L’Etat a répondu présent dès le premier jour de la crise; il continuera d’accompagner les secteurs en difficulté.»

Le PGE Saison s’adresse aux secteurs liés au tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, de l’évènementiel, du sport, du loisir et de la culture.

Pour une même entreprise, il applique un plafond calculé comme la somme des 3 meilleurs mois de chiffre d’affaires du dernier exercice clos. Ce plafond se substitue à celui appliqué habituellement aux PGE . Dans le cas général fixé à 25% de son chiffre d’affaires du dernier exercice clos. Ou 2 ans de masse salariale lorsqu’il s’agit d’une entreprise innovante ou de moins d’un an.

Prenons une entreprise d’hébergement très saisonnière qui réalise 80% de son chiffre d’affaires sur 3 mois. Un camping, par exemple. Dans son cas, le plafond de son PGE saison  passera de 25% à 80% de son chiffre d’affaires du dernier exercice clos.

PGE : le tableau de bord détaillé par Bercy, avec le concours de la Banque de France, de Bpifrance et de la Fédération bancaire française

Tableau de bord PGE au 11 septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique