Les touristes français ont fait leur grand retour dans les hébergements marchands

La note de conjoncture d’octobre de l’Insee fait état d’une reprise rapide depuis l’été 2021 de la fréquentation hôtelière et des dépenses touristiques, plus élevées que celles de la saison 2020. Les touristes français ont de nouveau privilégié les destinations en France. Mais, cette fois, en plébiscitant les hôtels, les campings et les locations sur plateforme. Par ailleurs, les clientèles européennes frontalières ont fait un timide retour. Mais l’absence prolongée des grandes clientèles britanniques et nord-américaines n’a pas encore permis de retrouver les niveaux atteint en 2019.

La note de conjoncture d'octobre de l'Insee fait état d'une reprise rapide depuis l'été 2021 de la fréquentation hôtelière et des dépenses touristiques, plus élevées que celles de la saison 2020. Les touristes français ont de nouveau privilégié les destinations en France. Mais, cette fois, en plébiscitant les hôtels, les campings et les locations sur plateforme. Par ailleurs, les clientèles européennes frontalières ont fait un timide retour. Mais l'absence prolongée des grandes clientèles britanniques et nord-américaines n'a pas encore permis de retrouver les niveaux atteint en 2019.

La Grande plage de Biarritz. Selon les chiffres de l'Agence d'attractivité et de Développement Touristiques (ADT) des Pyrénées-Atlantiques, le Pays Basque a compté 4% de touristes de plus qu'en 2020 et +2% d'excursionniste. Les Allemands sont revenus en nombre (+25%), ainsi que les Belges (+20%) et les Hollandais (+13%). Photo : Elophotos - Adobestock

Merci les touristes français ! Les professionnels du Tourisme, et en particulier les hébergeurs et les restaurateurs, peuvent effectivement les bénir. Certes, le bilan de l’Insee est encore provisoire, les données de fréquentation manquent encore pour août.  Mais trois conclusions apparaissent dès maintenant définitives.

D’une part, les résidents français ont à nouveau sauvé les activités de la haute saison touristique. Qu’il s’agisse des hébergements marchands, de la restauration hors domicile ou des activités de  loisirs. D’autre part, les résultats d’ensemble seront supérieurs à ceux de 2020. Cela grâce à ces touristes tricolores mais également aux touristes européens frontaliers, qui ont engagé leur retour. Enfin, ces résultats resteront malgré tout inférieurs à ceux de 2019, par manque de touristes extra-européens.

Dominantes désormais dans les achats, encore plus depuis le relèvement de 30 à 50 euros du plafond de paiement sans contact, au printemps 2020, les transactions par CB constituent un indicateur fiable du niveau d’activités. Même si, reconnait l’Insee, ce relèvement constitue un biais possible pour comparer les exercices 2019-2020 et 2019-2021.

Les montants des transactions par carte bancaire effectués par les résidents pour leurs achats touristiques ont fortement progressé au cours de l’été 2021. Dans l’hébergement, ils augmentent de 23 % par rapport à juillet-août 2019.  En Restauration, la hausse est de l’ordre de 15 % sur juillet, et autour de 10 % en août.  L’Institut ne s’interroge pas sur l’effet du pass sanitaire qui pourrait avoir freiné la croissance. Enfin, les dépenses de loisirs ont augmenté de 13 % en juillet et de 10 % en août.

Le meilleur score de fréquentation hôtelière depuis 2011 pour les touristes résidant en France

Nombre de nuitées hôtelières en juillet 2019, 2020 et 2021 par pays de provenance des touristes
(en millions de nuitées)

Lecture : en juillet 2021, les touristes ont passé 18,9 millions de nuitées dans les hôtels ; 14,8 millions de ces nuitées ont été passées par des touristes résidant en France, 3,5 millions par des touristes provenant d’autres pays de d’Europe et 0,6 million en provenance du reste du monde.
Source : Insee, enquête de fréquentation touristique

Cette affluence de résidents n’aura pas suffi à compenser la désaffection des touristes extra-européens. En juillet 2021, la France a enregistré cinq fois moins de nuitées hôtelières souscrites par des Britanniques et des Nord-Américains qu’en juillet 2019. Au final, la fréquentation hôtelière de juillet s’établissait à 81 % de son niveau de juillet 2019.

Les clientèles frontalières proche de leur niveau de 2019

Nuitées hôtelières en juillet 2019, 2020 et 2021 par pays de provenance des touristes non-résidents
(en millions de nuitées)

Lecture : en juillet 2021, les touristes non résidents ont passé 4,1 millions de nuitées dans les hôtels ; 0,9 million de ces nuitées ont été passées par des touristes résidant en Belgique, 0,6 en Allemagne, 0,5 aux Pays-Bas et 0,4 en Suisse.
Source : Insee, enquête de fréquentation touristique

Forte progression des nuitées de résidents dans les hébergements marchands

Nuitées passées par les résidents en France de janvier 2019 à juillet 2021, pour motif personnel selon le type d’hébergement, marchand ou non marchand
(en million de nuitées)

Lecture : en juillet 2021, les résidents de France métropolitaine ont passé 60,7 millions de nuitées marchandes et 61,8 de nuitées non marchandes ; en juillet 2019 les résidents avaient passé 51,5 millions de nuitées marchandes et 60,5 millions de nuitées non marchandes.
Champ : France métropolitaine
Source : Insee, enquête de suivi de la demande touristique

Les résidents sont davantage partis en France (123 millions de nuitées en juillet 2021 contre 117 en juillet 2020 et 112 en juillet 2019). Ce qui explique la hausse de leur fréquentation hôtelière.
Cependant, à l’été 2020, les touristes résidents s’étaient davantage orientés vers des hébergements non marchands (résidences secondaires, famille ou amis) au détriment de l’hébergement marchand (hôtellerie, hôtellerie de plein air, via les plateformes de réservations.
C’est la tendance inverse en juillet 2021. Les nuits passées dans l’hébergement marchand ont ainsi dépassé le niveau de juillet 2019. Alors que celles passées dans le non marchand sont revenues  à leur niveau de juillet 2019.

Les dépenses touristiques des résidents en CB plus élevées à l’été 2021

Évolution des montants de transactions par CB des résidents dans l’hébergement, la restauration et les activités de loisirs, par rapport à 2019
( glissement en % par rapport à la période comparable de 2019 )

Lecture : les dépenses en loisirs par carte bancaire CB des résidents au cours du mois d’août 2021 sont 10 % au-dessus du niveau des dépenses d’août 2019, alors qu’en août 2020 elles étaient 4 % en dessous.
Note : les montants incluent les transactions CB à distance, à l’inverse de ceux présentés au niveau départemental dans la suite, qui concernent uniquement les ventes physiques.
Source : Cartes Bancaires CB, calculs Insee

Hausse sUR presque tous les territoires des dépenses touristiques des résidents réglées en CB

Dépenses touristiques réglées par carte bancaire CB des résidents par département en juillet et août 2021, par rapport à juillet et août 2019 (en %)

Lecture : en juillet 2021, les dépenses touristiques par carte bancaire CB des résidents au cours du mois de juillet 2021 à Paris (75) sont comprises entre –5 % et +5 % par rapport à celles de juillet 2019.
Source : Cartes Bancaires CB, calculs Insee

Des dépenses en hébergement par CB sensiblement supérieures au cours de l’été 2021

Dépenses en hébergement réglées par carte bancaire CB des résidents par département en
juillet et août 2021, par rapport à juillet et août 2019 (en %)

Source : Cartes Bancaires CB, calculs Insee

L’Ile-de-France ne profite pas de la dynamique résidentielle

Double peine pour la région « Capitale »… Chute de la clientèle internationale mais aussi baisse de la clientèle de résidents.

la fréquentation hôtelière en juillet est tombé à 3,3 millions de nuitées hôtelières contre 6,7 en juillet 2019. Cette baisse de moitié s’explique d’abord par l’absence d’une grande partie de la clientèle internationale, passée de 4,1 millions  à 1,1 millions de nuitées. Mais pas seulement !
En Île-de-France, le nombre de nuitées hôtelières des résidents est passé de 2,7 millions à 2,2 millions. Le montant de leurs transactions CB dans l’hébergement a diminué dans la même proportion. Soit environ –20 % en juillet 2021 par rapport à juillet 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique