Un numéro Vert d’écoute et de soutien psychologique aux chefs d’entreprise : 0 805 65 50 50

Mis en place depuis le 27 avril par Bercy avec le concours d’une structure spécialisée, ce numéro Vert permet aux chefs d’entreprise en détresse de bénéficier d’une première écoute et d’un soutien psychologique 7 jours sur 7, de 8 heures à 20 heures.

Mis en place depuis le 27 avril par Bercy avec le concours d'une structure spécialisée, ce numéro Vert permet aux chefs d'entreprise en détresse de bénéficier d’une première écoute et d’un soutien psychologique 7 jours sur 7, de 8 heures à 20 heures.

Un dispositif inédit et unique en Europe. Qui a pu se mettre rapidement en place grâce aux compétences et au réseau de l'Apesa et à la mobilisation de Bercy. Photo : Anastasia Gubinskaya - Adobe Stock

Attention, danger là aussi ! La crise économique extrême actuelle fragilise l’état de santé psychologique des chefs d’entreprise.  Evoquer la souffrance morale que vivent nombre d’entre eux n’est pas excessif. Les « idées noires », suicidaires, qui hantent mêmes certains doivent alerter. Les pouvoirs publics et les institutions professionnelles connaissent la gravité de ces signaux d’alerte.

Pour cette raison, le Ministère de l’Economie et des Finances a mis en place le 27 avril un numéro Vert réservé à l’écoute et au soutien psychologique. Bercy s’appuie sur l’action de l’association APESA (Aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë) créée dès 2013. Harmonie Mutuelle, CCI France et le CMA France (Chambres des Métiers et de l’Artisanat) soutiennent financièrement le dispositif.  Qui est important et forcément coûteux ! Il va mobiliser en effet 1 millier de psychologues pendant six mois, rémunérés 50 euros de l’heure. 400 autres devraient les rejoindre dans les semaines à venir. Raison pour laquelle l’APESA espère le concours d’autres acteurs économiques. Des mutuelles, des assurances, des grandes entreprises du CAC 40…

Jusqu’à trois consultations d’1 heure, si nécessaire, 1 400 psychologues à terme mobilisés

Ainsi, en composant le 0 800 65 50 50, les entrepreneurs bénéficieront d’une première écoute et d’un soutien psychologique. La ligne leur sera ouverte 7 jours sur 7, de 8 heures à 20 heures.

Les cas les plus préoccupants se verront proposer une prise en charge rapide et gratuite par un psychologue spécialement formé. En garantissant, bien entendu, la plus stricte confidentialité.  Autre cas de figure possible, une réorientation vers des structures publiques ou privées spécialisées dans ce type d’accompagnement. A condition que le chef d’entreprise en accepte l’idée.

D’ailleurs, HR-infos a testé avec satisfaction la phase du premier appel. Quelle est sa fonction ? A la fois, préciser l’objet et le cadre cette écoute. Un soutien psychologique proposé à un entrepreneur, ou, éventuellement même, à son conjoint. Et également, évaluer le besoin de l’appelant pour l’orienter ensuite vers un psychologue qui le joindra dans les heures suivantes.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances

« Ma conviction est qu’il ne faut pas laisser les chefs d’entreprise seuls dans cette période extrêmement brutale. Confrontés au risque de voir disparaître leurs entreprises et se sentant responsables du devenir de leurs salariés, ils peuvent se retrouver en situation de détresse personnelle. La démarche que nous initions vise à apporter un soutien psychologique appropriée à ces situations individuelles.
La solidarité et la bienveillance seront deux valeurs clé pour sortir collectivement de cette crise. Je salue à ce titre l’engagement d’Harmonie Mutuelle, de CCI France et de CMA France qui soutiennent à nos côtés l’association APESA et j’invite tous les institutionnels intéressés par cette initiative à nous rejoindre très rapidement »

Marc Binnié, président d’APESA France

  « Le dispositif APESA permet à tout chef d’entreprise qui en éprouve le besoin de bénéficier d’une prise en charge psychologique, rapide, gratuite, confidentielle. Et cela par des psychologues spécialisés dans l’écoute et le traitement de la souffrance morale, les « idées noires » provoquées par les difficultés de leur entreprise.
L’entrepreneur est un sportif de haut niveau, un fantassin de l’économie ! Il doit lui aussi pouvoir bénéficier de soigneurs adaptés à ses combats lorsqu’il pense au pire. L’attention à la défaillance individuelle témoigne de notre force collective. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique