UMIH et GNC en campagne municipale pour promouvoir le Tourisme

Agissant de concert, L’Umih (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) et le GNC (Groupement National des Chaînes hôtelières) saisissent de nouveau l’opportunité des prochaines élections municipales (15 et 22 mars) pour faire connaître leurs propositions aux candidats et aux futurs élus locaux.

Agissant de concert, L'Umih (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) et le GNC (Groupement National des Chaînes hôtelières) saisissent de nouveau l'opportunité des prochaines élections municipales (15 et 22 mars) pour faire connaître leurs propositions aux candidats et aux futurs élus locaux.

Les deux organisations ont réalisé un document de 26 pages. Il souligne le poids économique du tourisme en France, et singulièrement celui des CHRD. Et détaille une trentaine de propositions en matière d'attractivité, de fiscalité et de plate-formes, de réglementation, d'emploi et d'environnement.

Mais leur campagne 2020 tranche sur les précédentes pour deux raisons. La démarche est structurée dans ses moyens et son déploiement sur le terrain, entamée dès le début du mois de janvier. Et, surtout, ses thématiques sont renouvelées et porteuses. Avec une idée force, un message clef mis en exergue dans l’édito « Tourisme : une idée d’avenir pour nos communes » cosigné par les présidents Roland Heguy et Jean-Virgile Crance : « Maires de demain, travaillons ensemble pour faire du tourisme notre destination commune ! »

Que mettent en avant cette fois les organisations patronales à travers leurs propositions, qui n’en restent pas moins surtout syndicales mais qui rejoignent par endroit l’intérêt général ?
C’est le surcroit de dynamisme et de vitalité que les villes et les villages vont acquérir en menant, pleinement, une politique municipale favorable aux développement des activités touristiques sur leur territoire. Ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui pour une majorité d’entre elles, 20 % seulement d’entre elles concentrant 80 % des flux touristiques.

Dans ce manifeste intitulé « Destination tourisme : l’appel des cafés, hôtels, restaurants, établissements de nuit aux maires de demain ! », les deux organisations ne manquent pas de chiffres pour souligner l’importance économique du secteur. Et de propositions (lire ci-dessous) pour conforter la place déjà prédominante de ces établissements, et par là même valoriser le tourisme dont ils sont une composante clef.

Les deux organisations le savent, cette campagne n’aura de retombées qu’avec la mobilisation des quelque 100 présidents départementaux de l’UMIH auprès des candidats. Peut-être pas tous, en tous cas les mieux placés pour gagner. Elles ont tout prévu pour leur faciliter la tâche.

Un argumentaire détaillé et une stratégie d’approche. De l’identification des candidats, à la prise de contact et l’organisation d’un échange. Jusqu’à la reprise de contact avec les maires après leur élection. En visant à instaurer avec eux, autant que possible, une relation durable et constructive. Que chaque président devienne auprès d’eux « l’interlocuteur privilégié, légitime et crédit sur les sujets CHRD Et Tourisme ».

Roland Héguy, président confédéral de l’UMIH

« La France est la première destination mondiale et cela ne fait que progresser mais aujourd’hui seuls 20% du territoire accueillent 80% des touristes. Les villes et les villages ont une grande opportunité de développement en déployant un écosystème touristique, dont les CHRD sont un des piliers ».

Jean-Virgile Crance, président du GNC

« Chaque village, chaque ville possède un potentiel touristique. Certaines villes se sont relancées en développant l’œnotourisme par exemple ou en valorisant leur patrimoine industriel. Notre démarche est d’aller à la rencontre des maires de demain et de travailler avec eux pour développer leur capital touristique et le faire grandir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique