Réouverture le 19 mai des terrasses et le 9 juin des cafés et restaurants, avec jauge de 6 clients par table

Dans une interview à la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron annonce les quatre grandes étapes probables de la réouverture. 3 mai, fin des attestations et des restrictions de déplacement. 19 mai, couvre-feu repoussé à 21 heures et réouverture des commerces, terrasses, musées, cinémas et théâtres avec des jauges limitées (6 clients par table). Le 9 juin, couvre-feu à 23 heures et ouverture des cafés, restaurants et salles de sport, toujours avec jauges. Enfin 30 juin, fin du couvre-feu. Mais l’Etat pourrait décaler les dates dans les départements à forte incidence.

Dans une interview à la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron annonce les quatre grandes étapes probables de la réouverture. 3 mai, fin des attestations et des restrictions de déplacement. 19 mai, couvre-feu repoussé à 21 heures et réouverture des commerces, terrasses, musées, cinémas et théâtres avec des jauges limitées (6 clients par table). Le 9 juin, couvre-feu à 23 heures et réouverture des cafés, restaurants et salles de sport, toujours avec jauges. Enfin 30 juin, fin du couvre-feu. Mais l'Etat pourrait décaler les dates dans les départements à forte incidence.

Le taux d'incidence et la saturation des services de réanimations resteront des marqueurs. Se l'incidence est supérieur à 400 pour 100 000 personnes, le gouvernement décalera les réouvertures. Actuellement, 7 départements d'Ile-de-France et les Bouches-du-Rhône sont concernés. Photo : Goodluz - Adobe Stock

Le Chef de l’Etat, encore une fois, a surpris son monde. Celui des médias nationaux qui assuraient qu’il s’inviterait à une grande messe télévisuelle du 20 heures. Et bien non, Emmanuel Macron a préféré réserver la primeur de son plan de déconfinement à 10 grands quotidiens régionaux. Celui de tous les bons connaisseurs du dossier, jusqu’à ses ministres, qui assuraient qu’il territorialiserait les mesures. Et bien non, les mesures annoncées sont nationales. Sous réserve, c’est bien le moins, que le virus ne circule pas trop fortement dans les territoires.

Et, alors que nombre de ses opposants juraient déjà que le Président de la République ne tiendrait pas sa promesse, le calendrier débute bien le 3 mai, pour la libre circulation et vers la mi mai pour les réouvertures. Le 19 mai exactement. La date du 12 étant jugé prématurée au regard de l’évolution des indicateurs sanitaires clefs : cas positif, hospitalisation, réanimation, décès. Ces indicateurs, malgré tout, semblent s’orienter depuis la mi avril sur une baisse graduelle mais inégale et encore insuffisante selon les départements et les métropoles. Paris et Marseille, par exemple, selon les critères fixés par Emmanuel Macron, ne pourraient pas rouvrir à la mi mai si le nombre d’infections au Covid continuait d’y dépasser le seuil des 400 cas pour 100 000 habitants. (Actualisation : le 1er mai, Paris et le département de l’Oise sont passés sous le seuil des 400 cas).

Surpris son monde aussi sur l’agenda de ce plan. Trop resserré, aux yeux des médecins qui craignent une nouvelle envolée des contaminations et des hospitalisations. Trop étalé, aux yeux de certains professionnels, qui font valoir la détresse économique. Même si, chez une majorité d’entre eux, les premières réactions sont positives.

«… Nous avons fait le choix de mettre l’humain avant tout… »

Les Français, eux, trouvent cet agenda équilibré !  Selon un sondage par Louis-Harris pour LCI, les interrogés réservent même un accueil très favorable à ses mesures. Pour ne prendre que deux exemples, 89 % d’entre eux approuvent la réouverture des terrasses le 19 mai. Et ils sont encore 67 % (65 ans chez les 18-25 ans) à souscrire au maintien de la fermeture des discothèques au-delà du 30 juin et pour une durée encore indéterminée.

Malgré tout, les Français et les soignants se rejoignent sur les risques d’un nouveau reconfinement. Près de 3 Français sur 4 estiment que l’on y échappera pas. Le Président de la République, lui-même, ne l’écarte pas complètement. Quand les journalistes lui demandent si sa « formule » permettra de ne plus avoir recours à des reconfinements , il répond : « C’est mon souhait le plus fort, et cela ne date pas d’aujourd’hui. Mais est-ce que je peux vous dire, les yeux dans les yeux, qu’on ne sera plus jamais débordé par ce virus ? C’est impossible. »

Nous voilà une nouvelle fois mis en garde. Déconfinement ne signifie pas fin des mesures barrières et de la distanciation sociale. Au cours de l’été, le niveau de vaccination atteint sera loin d’être suffisant pour immuniser la population. Il faudrait pour cela vacciner environ 47 millions de Français (70 % du total), un objectif hors d’atteinte aujourd’hui.  Si la France renoue avec le grand n’importe quoi de l’été 2020, l’automne pourrait accoucher dans la douleur d’un quatrième enfermement.

Comme on fait son lit, on se couche ! 

Le Chef de l’Etat, à qui l’on fait souvent ce reproche, le récuse : « Je n’ai jamais fait de pari sur la santé et la sécurité de nos concitoyens, déclare-t-il. J’assume d’avoir fait des choix, mais ce ne sont pas des paris. Cela sous- entendrait que ce serait aventureux. Non. Nous avons été éclairés par la science et nous avons fait le choix de mettre l’humain avant tout. »

Emmanuel Macron, pour ce deuxième plan de déconfinement, a aussi fait le choix de faire confiance aux Français, aux entreprises et aux services publics. La science ne peut pas tout. Si la nation n’est pas en mesure de respecter et faire respecter jauges, mesures barrières et distanciation sociale, le risque d’une nouvelle catastrophe sanitaire n’est absolument pas exclu.

« Comme on fait son lit, on se couche », met en garde le dicton. Le virus nous réveillera une nouvelle fois, se rappellera à notre mauvais souvenir, si nous ne prenons pas la peine de le placer en quarantaine, à bonne distance de soi et de ses proches.

Emmanuel Macron, extraits de son interview du 28 avril

« Nous ouvrirons en quatre étapes. Le 3 mai, fin des attestations et des restrictions de déplacement. Le 19 mai, couvre-feu repoussé à 21h et réouverture des commerces, des terrasses et des musées, salles de cinémas et théâtres avec des jauges limitées. Dès le 19 mai, il nous faut retrouver notre art de vivre à la française, en restant prudents et responsables : notre convivialité, notre culture, le sport… Le 9 juin, couvre-feu à 23h et ouverture des cafés, restaurants et salles de sport. Enfin le 30 juin, fin du couvre-feu. »

Le dispositif d’activité partielle sera maintenu à l’identique en mai et en juin. En mai, pour ceux qui commencent à rouvrir, il y aura les mêmes aides économiques qu’en avril. A partir du 1er juin, l’accompagnement se fera au prorata de la reprise d’activité. On aura une réponse adaptée par secteur. Ce sera du cousu main. Là encore, nous le ferons dans un cadre concerté avec les partenaires sociaux »

Les 4 étapes de la réouverture

Le Premier ministre Jean Castex détaillera les mesures dans la semaine du 10 mai.
Précision importante : Les mesures suivies d’un astérisque (*) ont été précisées par le secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoine lors du comité de filière du 30 avril

Lundi 3 mai 2021, étape 1

Fin de l’attestation pour les déplacements en journée
Levée des restrictions pour les déplacements interrégionaux
Couvre-feu maintenu
Télétravail maintenu
Statu quo sur les commerces
Réouverture des collèges avec une demi-jauge pour les classes de 4e et de 3e
Réouverture des lycées en demi-jauge

Mercredi 19 mai 2021, étape 2

Couvre-feu décalé à 21 heures
Télétravail maintenu.
Réouverture des…
… commerces (réouvertures conditionnées au respect de jauges et protocoles adaptés à chaque lieu et activités.)
… terrasses des cafés et restaurants, tables de 6 personnes maximum.
… des salles de restaurants des hébergeurs touristiques (hôtels, villages vacances…) pour leurs seuls clients, au petit déjeuner, déjeuner, dîner (*)
…. des salles de réunions des hébergeurs, avec restauration assise et jauge de 35 %, plafonné à 800 participants
… musées, monuments, cinémas, théâtres, salles de spectacles avec public assis (800 intérieurs et 1 000 extérieur)

… établissements sportifs de plein air et couverts pour les spectateurs (800 intérieurs et 1 000 extérieur).

Les Traiteurs Organisateurs de Réception pourront organiser des mariages et réceptions en restauration assise (*).
Reprise des activités sportives dans les lieux couverts et de plein air avec protocoles adaptés.

Mercredi 9 juin 2021, étape 3

Couvre-feu repoussé à 23 heures
Assouplissement du télétravail
Réouverture des salles des cafés et restaurants, tables de 6 personnes maximum et jauge de 50 %
Possibilité d’accueillir jusqu’à 5 000 personnes dans les lieux de culture et les établissements sportifs
Réouverture des salles de sport et élargissement de la pratique sportive aux sports de contact en plein air et sans contact en intérieur
Réouverture des salons et foires d’exposition, possibilité d’accueillir jusqu’à 5.000 personnes (pass sanitaire)
Accueil des touristes étrangers avec pass sanitaire

Mercredi 30 juin 2021, étape 4

Fin du couvre-feu
Fin des limites de jauge selon la situation sanitaire locale dans les établissements recevant du public
Maintien des gestes barrières et de la distanciation sociale
Possibilité d’accéder à tout événement rassemblant plus de 1 000 personnes en extérieur et en intérieur (pass sanitaire)
Limite maximale de public présent adaptée aux événements et à la situation sanitaire locale
Les discothèques demeurent fermées

L’agenda des réouvertures

Source : présidence de la République

À partir du 3 mai, ce sera la fin des attestations et des restrictions de déplacement

À partir du 19 mai, le couvre-feu sera repoussé à 21 h.  Les terrasses des bars et restaurants, les musées, les théâtres et salles de cinéma pourront réouvrir

À partir du 9 juin, le couvre-feu sera repoussé à 23 heures et de nouveaux lieux accueillant du public pourront réouvrir

Enfin, le 30 juin, il n’y aura plus de couvre-feu et ce sera la fin des limites de jauge dans les lieux recevant du public

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique