Newrest et les Alchimistes font décoller le compostage des biodéchets

Le recyclage des déchets alimentaires, déjà obligatoire depuis 2016 pour les établissements générant plus de 10 tonnes de biodéchets par an, s’imposera d’ici 2023 à l’ensemble de la Restauration Hors Domicile. Newrest, opérateur du catering aérien et de la restauration concédée, montre la voie en signant un accord cadre avec Les Alchimistes, spécialiste de la collecte et du compostage en milieu urbain. Plus de 7 millions de tonnes de déchets ont déjà été valorisées à partir des plateformes Newrest de préparation de plateaux repas de cinq grands aéroports français.

Le recyclage des déchets alimentaires, déjà obligatoire depuis 2016 pour les établissements générant plus de 10 tonnes de biodéchets par an, s'imposera d'ici 2023 à l'ensemble de la Restauration Hors Domicile. Newrest, opérateur du catering aérien et de la restauration concédée, montre la voie en signant un accord cadre avec Les Alchimistes, spécialiste de la collecte et du compostage en milieu urbain. Plus de 7 millions de tonnes de déchets ont déjà été valorisées à partir des plateformes Newrest de préparation de plateaux repas de cinq grands aéroports français.

Le coût de la prestation des Alchimiste est fonction du nombre de passages et de bacs mis à disposition. Pour un restaurant servant environ 250 repas/jour, prévoir 3 passages par semaine et 2 bacs de 120 l, remplacés après chaque collecte par des bacs propres et désinfectés. Et compter entre 300 et 400 euros par mois (HT). Pour un seul bac de 120L par semaine, compter environ 100€ HT/mois.

Le recyclage des biodéchets passe enfin au vert ! Comme le montre la démarche de Newrest, avec son fort effet de levier. En effet, le partenariat noué avec Les Alchimistes va engager 345 unités de production en France.

En commençant par ses sites de catering aérien sur les aéroports Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly. Ce qui représente déjà plus de 5 millions de plateaux repas, acheminés sur les trois unités de production de compost de l’entreprise en Ile-de-France. Trois autres aéroports entrent également dans la boucle :  Toulouse Blagnac, Marseille Provence et Paris – Le Bourget.

Cette première phase a permis aux Alchimistes de revaloriser près de 7 000 tonnes de biodéchets. « Avec une très bonne qualité de tri », affirment les deux  parties. Qui tient sans doute à la formation initiale des équipes Newrest aux bonnes pratiques du tri organique, le jour de la mise en service de la collecte.

En restauration collective, le site toulousain du Lycée Sainte-Marie de Nevers tiendra lieu de premier site pilote. Des dizaines d’autres établissements scolaires sur toute la France le rejoindront dans les mois à venir.

Urgence à agir pour moins polluer et respecter la loi

Malheureusement, l’initiative Newrest-Les Alchimistes reste encore rare dans le paysage de la RHD. Dans ce domaine clef de l’économique circulaire, il y a, pourtant, là aussi urgence. Depuis 2016, les établissements générant plus 10 tonnes de déchets par an doivent déjà recycler leurs déchets alimentaires.

Ce seuil correspond, grosso modo, à un restaurant commercial servant plus de 250 couverts/jour. Ou à une cantine scolaire en servant 310. Sachant qu’en moyenne, un repas génère environ 150 grammes de biodéchets, selon les études de l’Ademe.

Il y a d’autant plus urgence que le législateur a resserré encore calendrier. La loi de février 2020 relative à l’économie circulaire et à la lutte contre le gaspillage fixe un nouveau seuil de 5 tonnes à partir duquel il faudra, le 1 er janvier 2023 au plus tard, recycler ses biodéchets. Et au plus tard le 31 décembre 2023, c’est dès le premier kilo de déchets que professionnels et particuliers devront s’activer !

Mais force est de le constater, la majorité des restaurants n’ont pas encore franchi le pas. Et leurs déchets de cuisine, qui pèsent près de 30 % de leurs ordures, finissent le plus souvent dans un incinérateur ou une décharge.A leur décharge, la responsabilité en incombe aussi à une offre suffisante sur le territoire nationale. Des entreprises pionnières comme Moulinot, Ecovalim ou Les Alchimistes, sont loin de suffire au besoin.

 Lors du démarrage du service, le prestataire prévoit une formation-sensibilisation de l’équipe Newrest

Un des 9 sites électromécaniques de compostage créés par les Alchimistes.

Maturation du compost dans des baies pendant 4 à 6 semaines avant une phase de criblage et la mise en sac

Le produit final, un fertilisant pour le sol, dans sa version sac de 2 litres. Son contenu riche en matière organique est compatible avec l’agriculture biologique.

 Olivier Sadran, co-président et fondateur de Newrest

« La RSE fait partie de l’ADN de Newrest. Avec notamment deux priorités autour du gaspillage alimentaire et de la valorisation des déchets. Newrest souhaite augmenter de 10% par an le volume de biodéchets valorisés sur ses sites. Et ce, tous les ans sur les 5 prochaines années. Le partenariat avec les Alchimistes va dans ce sens. »

Mathieu Therial, président co-fondateur, des Alchimistes Occiterra

« Nous sommes très heureux de notre partenariat national avec Newrest et de la confiance qu’ils nous ont témoignés. Newrest nous a introduit auprès de ses services juridiques, achats et RSE afin de déployer le partenariat avec ambition. Avec bientôt plus de 345 partenaires Newrest en France, cet accord cadre est une formidable opportunité de croissance et un signal fort envoyé au secteur de la restauration concédée et du catering aérien en faveur de la systématisation de la valorisation de ses biodéchets. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique