« Ne choisissez pas votre propre extinction », nous alerte un dinosaure à la tribune des Nations-Unies

A la veille de la COP 26, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) entre en campagne contre les subventions faramineuses (423 milliards de dollars) allouées chaque année aux combustibles fossiles, qui fragilisent l’action contre le réchauffement climatique et accentuent les inégalités. Au coeur de son dispositif de communication intitulé « Don’t Choose Extinction» (Ne choisissez pas l’extinction), un court-métrage mettant en scène un dinosaure interpellant les dirigeants mondiaux à la tribune l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York.

A la veille du G20 et de la COP26, le Programme des Nations Unies pour le Développement entre en campagne contre les subventions faramineuses (423 milliards de dollars) allouées chaque année aux combustibles fossiles, qui, selon le PNUD, fragilisent l'action contre le réchauffement climatique et accentuent les inégalités. Au coeur de son dispositif de communication intitulé « Don’t Choose Extinction», un court-métrage met en scène un dinosaure interpellant les dirigeants mondiaux à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le terrible lézard (étymologie grecque de Dinosauria) déclare à un public de diplomates et de dignitaires choqués et déconcertés qu’« il est temps que les êtres humains cessent de trouver des excuses et commencent à mettre en œuvre des changements » pour confronter la crise climatique.

Visionner le film « Don’t Choose Extinction» (Ne choisissez pas l’extinction)

Ulrika Modeer, responsable du Bureau des relations extérieures et du plaidoyer du PNUD

« Le film est amusant et engageant, mais les questions qu’il aborde ne pourraient pas être plus sérieuses. Nous voulons que le film soit divertissant. Mais nous voulons aussi sensibiliser le grand public à la gravité de la situation. Le monde doit intensifier son action contre le dérèglement climatique si nous voulons réussir à préserver notre planète pour les générations futures. »

Le communiqué de presse du PNUD

« Nous, au moins, nous avons eu un astéroïde, quelle est votre excuse ?  », explique le dinosaure. Il fait référence à la théorie populaire expliquant l’extinction des dinosaures il y a 70 millions d’années.

C’est le premier film réalisé au coeur de l’Assemblée générale des Nations Unies à l’aide d’images générées par ordinateur (IGO). Il met en scène des célébrités médiatiques qui interprètent le discours du dinosaure dans de nombreuses langues,. Notamment les acteurs Jack Black (anglais), Eiza González (espagnol), Nikolaj Coster-Waldau (danois) et Aïssa Maïga (français).

Le dinosaure souligne que le soutien financier pour les combustibles fossiles par le biais de subventions est irrationnel et illogique face au dérèglement climatique. L’argent des contribuables contribue ainsi à maintenir le coût du charbon, pétrole et gaz à un faible prix pour les consommateurs.

« Pensez à toutes les autres choses que vous pourriez faire avec cet argent. Partout dans le monde, beaucoup de personnes vivent dans la pauvreté. Ne pensez-vous pas qu’il serait plus logique de les aider que de… payer pour la disparition de toute votre espèce ? » demande le dinosaure.

Rendre plus accessibles des question complexes

La campagne et le film « Don’t Choose Extinction » du PNUD visent à mettre en lumière les subventions aux combustibles fossiles ainsi que la manière dont elles annulent les progrès significatifs réalisés pour mettre fin au dérèglement climatique et favorisent les inégalités en profitant aux plus fortunés.

Selon les recherches du PNUD, le monde dépense annuellement la somme stupéfiante de 423 milliards de dollars US pour subventionner les combustibles fossiles destinés aux consommateurs. A savoir le pétrole et l’électricité générée par la combustion d’autres combustibles fossiles, gaz et charbon.

Cela pourrait couvrir le coût des vaccins COVID-19 pour chaque personne dans le monde. Ou payer trois fois le montant annuel nécessaire pour éradiquer l’extrême pauvreté dans le monde.

La campagne espère rendre plus accessibles les questions parfois complexes et techniques associées aux subventions accordées aux combustibles fossiles. Au travers des actions variées que le public est invité à entreprendre, l’objectif est à la fois d’instruire et de donner la parole aux gens dans le monde entier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique