Elior, affecté au 1er S par le Covid-19 et les grèves, table sur une reprise très progressive de ses activités

Le groupe français, un des leaders mondiaux de la restauration collective et des services, a vu ses résultats semestriels, clos le 31 mars, passés dans le rouge, La dégradation n’est toutefois pas aussi forte que redoutée.

Le groupe français, un des leaders mondiaux de la restauration collective et des services, a vu ses résultats semestriels, clos le 31 mars, passés dans le rouge. La dégradation n'est pas aussi forte que redoutée grâce à son plan de transformation.

De nombreuses équipes Elior restent mobilisées durant la pandémie. Ainsi, Serunion, sa filiale espagnole, fournit des repas à 1 385 enfants de familles en difficulté de la Communauté de Madrid.

Elior a accusé une perte de 17 millions d’euros au premier semestre de son exercice 2019/2020. L’épidémie de Covid-19 a fortement pénalisé son activité. Mais également les grèves en France au 4 ème trimestre 2019, correspondant au 1er trimestre fiscal d’Elior.

Le chiffre d’affaires du groupe s’établit sur la période (sept 2019- mars 2020) à 2,46 milliards d’euros, en repli de 5,2%. Le résultat opérationnel courant (Ebita) ajusté d’Elior s’élève à 52 millions d’euro contre 122 millions un an plus tôt. La pandémie de Covid-19 a amputé le chiffre d’affaires de 157 millions d’euros et le résultat opérationnel courant de 70 millions d’euros.

En France, «les mesures de confinement liées au Covid-19 ont fortement» dégradé l’activité. Les grèves également. Mais son impact a été «en partie compensé» par une «discipline opérationnelle accrue» et une «plus grande sélectivité commerciale», précise le groupe. La France enregistre un recul de l’activité de 6,6%. L’international, qui représente 56 % des facturations, résiste un peu mieux avec un repli de 5,5%.Le pôle Santé a vu son activité moins affectée, en dépit de la fermeture des cafétérias dans les hôpitaux. Tandis que celle d’hôtels et de sites de loisirs pénalisait Elior Services.

Le résultat opérationnel courant (Ebita) ajusté dans l’Hexagone s’établit ainsi à 37 millions d’euros au premier semestre de l’exercice 2019/2020, en baisse de 53,6% sur un an. À l’international, il s’est élevé à 26 millions d’euros, en chute de 60% par rapport aux 66 millions d’euros comptabilisés au premier semestre 2018/2019, «en raison notamment de l’impact majeur du Covid-19».

À mesure que la pandémie s’atténuera, l’activité devrait s’améliorer progressivement

«L’impact des grèves en France est de 7 millions d’euros, les interruptions volontaires de contrats en Italie et la réduction du périmètre de contrats Tesco ont un impact mineur, tandis que l’impact de la pandémie de coronavirus s’élève à 70 millions d’euros» précise Elior.

La reprise des activités sera très progressive et variera fortement selon les pays où opère Elior. Le marché Entreprises enregistrerait le niveau d’activité le plus bas en avril et en mai. Avant de se redresser très progressivement de juin à septembre.  Le segment Enseignement resterait un niveau faible jusqu’à la rentrée scolaire de septembre, sachant qu’historiquement, le niveau d’activité de ce segment est réduit pendant l’été.

Enfin, la Santé a été le segment le plus résilient, à la fois dans la restauration collective et les services. Mais elle a également été touchée. Notamment en Europe, avec le report d’opérations chirurgicales non critiques à des dates postérieures à la pandémie. À mesure que la pandémie s’atténuera, l’activité devrait s’améliorer progressivement.

Ces résultats, moins catastrophiques qu’escompté, n’ont pas pénalisé le cours de bourse d’Elior. Sa valeur progressait de11,52 %, à 6,485 euros, sur Euronext Paris. Elle a perdu toutefois 50,5 % depuis le 1er janvier 2020.

Philippe Guillemot, directeur général d’Elior Group

« Je tiens à saluer l’engagement de  nos équipes. Elles sont restées mobilisées aux côtés de nos clients depuis le début de cette crise, grâce à un dialogue constant. Elles l’ont été, dès le mois de mars, en appui aux personnels soignants. Egalement en accompagnement des entreprises dans la mise en oeuvre de leur plan de continuité. Au cours du mois d’avril et début mai, les équipes Elior ont mené un travail rigoureux de planification. En proposant des solutions sur mesure et évolutives, garantissant à nos collaborateurs, à nos clients et à nos convives un déconfinement en toute sécurité.

La reprise d’activité s’annonce très progressive dans les écoles et les entreprises. Elior est donc particulièrement attentif à calibrer son organisation et ses prestations de restauration ou de services. Car il nous faut préserver l’équilibre économique indispensable à la rentabilité de l’entreprise.

Dans ce contexte inédit, Elior capitalise sur son expertise en matière de l’hygiène et de sécurité alimentaire. Mais il mise aussi sur l’agilité et l’innovation. Notamment en accélérant sa transformation digitale. Impacté par la crise, Elior reste solide sur ses fondamentaux et fidèle à sa mission. Gagner chaque jour la confiance de ses convives en leur garantissant une alimentation saine, équilibrée et respectueuse de l’environnement.

Restaurateur responsable, Elior entend plus que jamais assurer la vocation sociale propre aux entreprises de restauration collective. Elles sont un levier d’action publique efficace pour garantir à tous l’accès à des repas de qualité. Produits dans les meilleures conditions de sécurité alimentaire et proposés à un coût modéré. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique