Défaillances d’entreprises HCR : toujours pas de vagues, mais bientôt la tempête ?

Annoncée pour le troisième trimestre, la déferlante de sinistres ne s’est finalement pas produite. De juillet à septembre 2020, le nombre de redressements judiciaires a continué de reculer, selon les greffes des tribunaux de commerce. Les mesures de soutien ainsi que l’adaptation de la réglementation sur les défauts de paiement continuent de limiter les faillites. En outre, des milliers d’entreprises se créent encore, essentiellement dans le secteur de la restauration rapide.

Annoncée pour le troisième trimestre, la déferlante de sinistres ne s'est finalement pas produite. De juillet à septembre 2020, le nombre de redressements judiciaires a continué de reculer, d'après les chiffres des greffes des tribunaux de commerce. Les mesures de soutien ainsi que l'adaptation de la réglementation sur les défauts de paiement continuent de limiter les faillites. En outre, des milliers d'entreprises se créent encore, essentiellement dans le secteur de la restauration rapide.

En septembre, près d'1 hôtel sur 4 à Paris préférait rester fermé plutôt que de fonctionner à perte, faute d'un taux d'occupation suffisant. C'est le cas du Montmartre Mon Amour (4*), dans le 18 ème arrondissement, tributaire de clientèles internationales, toujours absentes de la Capitale.

Le raz-de-marée de faillites promises ne s’est toujours pas produit. Y compris chez les traiteurs, les premiers et les plus durement touchés, dès février. Les statistiques des greffes, collectées et analysées par le cabinet Altarès, révèlent même un recul de nouveau important des redressements et liquidations (- 31,2 % tout secteur confondu). A la seule exception du secteur des campings, qui enregistrent six défaillances contre zéro 1 an plus tôt.

C’est toutefois dans la restauration traditionnelle que les greffes ont enregistré l’un des plus gros sinistres du 3ème trimestre. Celui de Serare, la maison-mère de Courtepaille (189,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et  2534 salariés). Fort heureusement, il s’agissait d’un redressement judiciaire, provoqué par son propriétaire, le fonds d’investissement britannique ICG, pour accélérer la vente du réseau. Un processus achevé fin septembre avec la cession à Buffalo Grill, qui s’est engagé à reprendre 89 % des effectifs.

A contrario de Serare, dans 77 % des situations de redressement, la défaillance d’un CHR débouche sur sa liquidation pure et simple. Et dans près d’1 liquidation sur 2, c’est un créancier (l’Urssaf notamment) qui est à l’origine du signalement au Tribunal de Commerce.

Les faillites empêchées jusqu’au 1er trimestre 2021

Or justement, la loi d’urgence sanitaire, en vigueur depuis le 17 octobre, a suspendu toute assignation par un créancier. Et cette loi sera, très probablement, prolongée jusqu’au 1er trimestre 2021. Ajouter à cela les moratoires de dettes fortement encouragées. Et l’on tient là l’une des deux explications de cette baisse en trompe-l’oeil des liquidations judiciaires. L’autre tenant aux mesures de soutien à la trésorerie des entreprises. PGE, aides directes de l’Etat et des Régions, exonérations et reports de charges sociales…

L’état de santé économique et financier de la branche reste donc très précaire. Faute de suffisamment de clients dans les établissements. La perspective d’une cascade de faillites à compter du premier semestre 2021 demeure donc probable.

Pour autant, de nouvelles adresses continuent d’ouvrir leurs portes. Principalement sur les nouveaux segments de croissance de la Restauration hors domicile. En premier lieu, la vente à emporter et le click & Collect. L’Insee a comptabilisé 11 105 créations d’entreprises entre juillet et septembre 2020. C’est 30 % de plus que sur la même période en 2019 ! Et 50 % de plus qu’en 2018…

Net recul des défaillances dans la Restauration et les Débits de boissons
et légère hausse des liquidations dans l’Hébergement

Sauv. : procédures de sauvegarde
RJ : redressements judiciaires
LJ : liquidations judiciaires
Lecture :  Au troisième trimestre 2020, les défaillances d’entreprises ont diminué de 31,2% dans la branche par rapport au 3 T 2019.  Elles ont baissé de 33,3 % dans la Restauration. Et de 31,1 % dans les Débits de boissons. Elles ont augmenté de 6,6 % dans l’Hébergement.

Un recul quasi général des redressements judiciaires au 3ème trimestre,
à l’exception de 4 terrains de camping supplémentaires

 

Lecture : Dans l’Hébergement, le nombre de défaillances a baissé de 44,8 % au deuxième trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2020. Dans la Restauration, elles ont reculé de 53 %.

Source des deux tableaux : Altares – retraitement HR-infos

Des données réputées fiables et exhaustives provenant des sources judiciaires

Altares comptabilise l’ensemble des entités légales disposant d’un numéro Siren. A savoir entreprises individuelles, professions libérales, sociétés et associations. Elle comptabilise également celles ayant fait l’objet d’un jugement d’ouverture de procédure prononcé par un Tribunal de Commerce ou de Grande Instance.
Altares collecte par ailleurs l’ensemble des jugements auprès des greffes de ces Tribunaux. L’entreprise est également licenciée officiel du B.O.D.A.C.C.

Thierry Millon, directeur des études chez Altarès

« Ces chiffres traduisent mal l’incertitude qui prévaut en cette fin d’année. Les obstacles à la poursuite des activités n’ont pas disparu mais ils ont été contenus pour permettre aux entreprises de reprendre leur élan.

L’Etat l’a bien compris en prolongeant ou en élargissant l’assiette de certains dispositifs, par exemple le renforcement des soutiens aux entreprises impactées par les nouvelles restrictions sanitaires (fonds de solidarité, activité partielle, report des charges). On a aussi en tête la prolongation de l’indemnisation à 100 % de l’activité partielle pour les secteurs « protégés » comme l’Hébergement Restauration, l’événementiel, la culture, le voyage ou le sport.

Ajoutons à cela le plan de relance de 100 milliards d’euros présenté par M. Lemaire début septembre. Ces efforts sont importants et nécessaires pour permettre à nos entreprises d’être au rendez-vous du redémarrage de l’activité en 2021.

Une explosion des défaillances est redoutée par beaucoup dès ce dernier trimestre 2020. Mais en réalité, alors que l’économie n’aura pas encore pansé toutes ses plaies, c’est davantage sur le premier semestre 2021 – à la croisée des chemins de la reprise très gourmande en liquidités, et des premières échéances des Prêts Garantis par l’Etat à rembourser au printemps – que l’heure de vérité pourrait sonner. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique