Audrey Brayer nommée directrice de l’Innovation Opérationnelle et des SI du groupe PVCP

Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs annonce la nomination d’Audrey Brayer au poste de directrice de l’Innovation Opérationnelle et des Systèmes d’information. Elle participera à la mise en œuvre du plan Réinvention 2025 et accompagnera les Business Lines dans la réalisation de leurs ambitions stratégiques. Elle aura également pour objectif de construire une DSI efficiente, performante et simplifiée.

Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs annonce la nomination d’Audrey Brayer au poste de directrice de l’Innovation Opérationnelle et des Systèmes d’information. Elle participera à la mise en œuvre du plan Réinvention 2025 et accompagnera les Business Lines dans la réalisation de leurs ambitions stratégiques. Elle aura également pour objectif de construire une DSI efficiente, performante et simplifiée.

Audrey Brayer (39 ans) est diplômée d'un master en management de l'EDHEC. Elle succède à son poste à Paul Collinson. Madame Brayer reporte au directeur général du groupe, Franck Gervais, et rejoint le Comité Exécutif.

Audrey Brayer participera à la mise en œuvre du plan Réinvention 2025. Et elle accompagnera les Business Lines dans la réalisation de leurs ambitions stratégiques. En particulier sur les sujets expérience client, expérience digitale, data, RSE, efficacité et simplification des processus. Elle aura également pour objectif de construire une DSI efficiente, performante, simplifiée, par des investissements IT/Métier pilotés par la valeur.

Audrey Brayer a débuté sa carrière en 2005 en tant que consultante en Management et Technologie au sein du cabinet Accenture. Parmi ses nombreuses missions, elle accompagnait ses clients dans l’industrie du tourisme et du transport en tant que directrice de projet de transformation sur la mise en place de nouveaux parcours clients, canaux de distribution et business model, supportés par des programmes IT. Elle était également product manager puis responsable commerciale pour l’organisation « Software » d’Accenture. Enfin, elle fut responsable du développement des offres « Cloud / Saas » sur un des segments clients d’Accenture France.

En 2017, elle rejoignit le groupe Nexans en qualité de vice présidente Stratégie IT et Transformation Digitale. Elle y dirigea l’émergence et la conduite de plus de 60 projets numériques. Ainsi que 3 programmes de transformation à l’échelle du groupe.

En 2020, Audrey Brayer intégra le groupe Accor en tant que senior Vice-Présidente IT & Performance. Elle prit la responsabilité des systèmes Back Office, de la gouvernance des projets IT du groupe et de la gestion de la priorisation, de la gestion du capacitaire et du pilotage par la valeur en collaboration étroite avec les équipes Produits et Innovation. Elle assura ensuite la responsabilité de l’exécution du plan de transformation IT pour le groupe.

(communiqué de presse)

A propos du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs

Le Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs est le leader européen des résidences touristiques et des resorts.

Créé en 1967, il développe et gère depuis plus de 50 ans des concepts de vacances et de loisirs innovants dans le respect de l’environnement pour proposer les plus belles destinations européennes à la mer, à la montagne, à la campagne et au cœur des villes.

Avec ses marques complémentaires – Pierre & Vacances, Center Parcs, maeva, Villages Nature Paris, Sunparks et les Aparthotels Adagio – le Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs accueille 8 millions de clients, dans un parc touristique de 45 800 appartements et maisons, situés dans 282 sites en Europe.

Structurellement déficitaire depuis près d’une décennie, PVCP a accentué ses pertes avec la crise sanitaire. Sur son dernier exercice, clos au 30 septembre 2020, il affichait une perte nette de de 336,1 millions pour un chiffre d’affaires avoisinant 1,3 milliard. En appliquant la nouvelle norme comptable IFRS 16, son déficit atteint même 425,1 millions d’euros.

Le groupe a bénéficié en 2020 de plusieurs financements de court terme, dont 2 PGE, pour un montant total de 300 millions d’euros. Il prévoit par ailleurs une recapitalisation d’ampleur à conclure d’ici 2022. Annoncé au départ à hauteur de 500 millions, elle ne pourrait atteindre que 300 à 350 millions. Selon le quotidien Les Echos,  des fonds d’investissement anglo-saxons auraient manifesté leur intérêt. Notamment les Américains HIG, Certares et Davidson Kempner.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique