En recul en 2015, les investissements touristiques plus résistants en 2016

Les investissements dans le secteur touristique ont reculé de 3,4 % en 2015 mais pourraient repartir à la hausse cette année (+1,1 %) malgré un contexte économique et géopolitique défavorable, selon l’étude annuelle d’Atout France (« Tableau de bord des investissements touristiques »).

12,6 milliards d’euros ont ainsi été investis en 2015 en France. Dans les hôtels, les campings, les résidences de tourisme, les centres de congrès, les musées et monuments historiques… C’est 440 millions d’euros de moins qu’en 2014.

Selon l’agence de développement touristique de la France, ce recul en 2015 (après cinq années de croissance ininterrompue), est imputable de manière à peu près équivalente aux hébergements marchands (-155 millions d’euros / – 3, 7%), aux résidences secondaires (-153 millions d’euros / – 3,6 %) et aux équipements touristiques (-168 millions d’euros/ – 8,2 %).

Au sein des hébergements marchands, l’hôtellerie a vu son volume d’investissement rester stable par rapport à 2014 (-0,5 %). Les investissements dans les hôtels de chaînes (1,377 milliards d’euros) ont certes reculé de -1,6 %. Mais ceux des indépendants ont augmenté de 0,8 % (1,258 milliards d’euros).

Toutes les autres formes d’hébergement marchand, à l’exception des « Gîtes de France », ont connu un recul important des investissements. Tout particulièrement dans les résidences de tourisme, passés de 783 millions d’euros à 702 millions d’euros.

Atout France explique ces baisses dans les résidences de tourisme, mais aussi dans l’hôtellerie de plein air, par la fin d’un cycle de croissance et/ou par la transformation de leur modèle économique d’exploitation.

Pour 2016, l’agence anticipe pour l’instant une légère baisse des investissements en hôtellerie (de l’ordre de 2 %). Cette tendance structurelle s’expliquant par la fin d’une période d’investissement consécutive à la mise en place du nouveau classement. Et également par la fin de rénovations majeures dans les segments haut de gamme et luxe.

Selon Atout France, l’année en cours devrait néanmoins connaître un regain d’investissement dans d’autres secteurs. En premier lieu dans les équipements touristiques qui feraient un bond de 14,7 % à 848 millions d’euros. Au global donc, les investissements augmenteraient de 1,1 %, à 12,780 milliards d’euros.

La résilience dont fait preuve l’industrie touristique trouve aussi un appui dans le rôle joué par l’Etat, qui a pris conscience depuis quelques années de l’importance stratégique de cette filière pour l’Economie nationale et qui engage ses bras armés financiers.

L’Etat a ainsi lancé en 2015 plusieurs outils de financement liés à la Caisse des Dépôts et Consignations et à Bpifrance, pour stimuler l’investissement touristique et accroître l’attractivité internationale des offres. En octobre 2015, la CDD annonçait la création de France Développement Tourisme, une plate-forme d’investissement en mesure de mobiliser 1 milliard d’euros pour les hébergements, les infrastructures, les équipements…

En avril 2016 cette fois, la Caisse des Dépôts et la Foncière des Régions, via sa filiale Foncière des Murs, signaient un accord pour le lancement de Foncière Développement Tourisme dotée d’un capital de 100 millions d’euros (à parts égales entre CDD et FDR) au départ et de 500 millions à terme, avec un effet de levier de 1 milliard. La foncière investira dans des programmes de développement et de rénovation lourde. Sa vocation est d’accroître les capacités d’hébergement en investissant dans les murs d’hôtels, les résidences touristiques et les centres de vacances.

Atout France cite également le déploiement de vingt Contrats de Destination destinés à accélérer l’internationalisation des destinations disposant d’une marque à notoriété mondiale (Paris, Provence, Bordeaux, etc.).

« 

Les investissements dans le secteur touristique ont reculé de 3,4 % en 2015 mais pourraient repartir à la hausse cette année (+1,1 %) malgré un contexte économique et géopolitique défavorable, selon l'étude annuelle d'Atout France ("Tableau de bord des investissements touristiques").

12,6 milliards d'euros ont ainsi été investis en 2015 en France. Dans les hôtels, les campings, les résidences de tourisme, les centres de congrès, les musées et monuments historiques... C'est 440 millions d'euros de moins qu'en 2014.

Selon l'agence de développement touristique de la France, ce recul en 2015 (après cinq années de croissance ininterrompue), est imputable de manière à peu près équivalente aux hébergements marchands (-155 millions d’euros / - 3, 7%), aux résidences secondaires (-153 millions d’euros / - 3,6 %) et aux équipements touristiques (-168 millions d’euros/ - 8,2 %).

Au sein des hébergements marchands, l'hôtellerie a vu son volume d'investissement rester stable par rapport à 2014 (-0,5 %). Les investissements dans les hôtels de chaînes (1,377 milliards d'euros) ont certes reculé de -1,6 %. Mais ceux des indépendants ont augmenté de 0,8 % (1,258 milliards d'euros).

Toutes les autres formes d'hébergement marchand, à l'exception des "Gîtes de France", ont connu un recul important des investissements. Tout particulièrement dans les résidences de tourisme, passés de 783 millions d'euros à 702 millions d'euros.

Atout France explique ces baisses dans les résidences de tourisme, mais aussi dans l'hôtellerie de plein air, par la fin d’un cycle de croissance et/ou par la transformation de leur modèle économique d’exploitation.

Pour 2016, l'agence anticipe pour l'instant une légère baisse des investissements en hôtellerie (de l'ordre de 2 %). Cette tendance structurelle s’expliquant par la fin d’une période d’investissement consécutive à la mise en place du nouveau classement. Et également par la fin de rénovations majeures dans les segments haut de gamme et luxe.

Selon Atout France, l'année en cours devrait néanmoins connaître un regain d'investissement dans d'autres secteurs. En premier lieu dans les équipements touristiques qui feraient un bond de 14,7 % à 848 millions d'euros. Au global donc, les investissements augmenteraient de 1,1 %, à 12,780 milliards d'euros.

La résilience dont fait preuve l'industrie touristique trouve aussi un appui dans le rôle joué par l'Etat, qui a pris conscience depuis quelques années de l'importance stratégique de cette filière pour l'Economie nationale et qui engage ses bras armés financiers.

L'Etat a ainsi lancé en 2015 plusieurs outils de financement liés à la Caisse des Dépôts et Consignations et à Bpifrance, pour stimuler l’investissement touristique et accroître l’attractivité internationale des offres. En octobre 2015, la CDD annonçait la création de France Développement Tourisme, une plate-forme d'investissement en mesure de mobiliser 1 milliard d'euros pour les hébergements, les infrastructures, les équipements...

En avril 2016 cette fois, la Caisse des Dépôts et la Foncière des Régions, via sa filiale Foncière des Murs, signaient un accord pour le lancement de Foncière Développement Tourisme dotée d'un capital de 100 millions d'euros (à parts égales entre CDD et FDR) au départ et de 500 millions à terme, avec un effet de levier de 1 milliard. La foncière investira dans des programmes de développement et de rénovation lourde. Sa vocation est d’accroître les capacités d'hébergement en investissant dans les murs d'hôtels, les résidences touristiques et les centres de vacances.

Atout France cite également le déploiement de vingt Contrats de Destination destinés à accélérer l’internationalisation des destinations disposant d’une marque à notoriété mondiale (Paris, Provence, Bordeaux, etc.).

"
Premier secteur investi de l'industrie touristique, l'hôtellerie n'a pas significativement diminué ses investissements en 2015. Contrairement aux campings (- 6%), aux villages vacances (- 30 %) et aux résidences de tourisme (- 10 %). Ici la brasserie Réjane du nouvel hôtel Nolinski (5 étoiles) ouvert à l'automne à Paris, 16 avenue de l'Opéra. Photo : De Laubier.
Hôtellerie + Restauration : 41 % des investissements touristiques

La part des investissements consacrés à l’Hôtellerie Restauration passe à 61,7 % si l’on retire les investissements consacrés aux résidences secondaires, qui ne relèvent pas directement de l’Industrie touristique.
tableau-tbit-atout-france

L’ouvrage à commander sur le site internet d’Atout France

cov_sommairetbit_2015-2016

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique