Edenred et la plateforme October associés pour accorder un prêt préférentiel aux Restaurateurs

L’émetteur de titre-restaurants s’est rapproché de la fintech October pour le lancement d’un prêt de financement de l’activité des restaurateurs. Ses atouts ? Une instruction et un déblocage des fonds rapides. Des frais de dossier pris en charge par Edenred jusqu’au 16 décembre. Un taux à partir de 2,7%. Et un différé de 18 mois pour rembourser le capital. Ce prêt, soutenu par la Caisse des Dépôts, est réservé à des entreprises bénéficiaires et ayant plus de trois ans d’activité.

L'émetteur de titre-restaurants s'est rapproché de la fintech October pour le lancement d’un prêt de financement de l’activité des restaurateurs. Ses atouts ? Une instruction et un déblocage des fonds rapides. Des frais de dossier pris en charge par Edenred jusqu'au 16 décembre. Un taux à partir de 2,7%. Et un différé de 18 mois pour rembourser le capital. Ce prêt, soutenu par la Caisse des Dépôts, est réservé à des entreprises bénéficiaires et ayant plus de trois ans d'activité.

Selon les premières demandes instruites par October, les prêts contractés serviraient à financer des travaux, acheter des matériels ou même acquérir un établissement. Photo : DR.

Courant décembre ? Courant janvier ? Quoi qu’il en soit, l’heure du déconfinement se rapproche pour les HCR. Et avec lui, l’espoir d’une reprise progressive et d’une relance de l’activité. Cette relance peut se préparer dès maintenant. A cet égard, il était frappant d’observer au cours des derniers mois ces hôtels et ces restaurants qui profitaient de leur fermeture pour effectuer des travaux d’urgence ou même d’embellissement.

Pour les entreprises de restauration qui ont encore les reins solides, qui ne frisent pas le surendettement (l’effet pervers du PGE…), le prêt lancé par la plateforme October (ex Lendix) pourrait répondre, au moins en partie, à leurs besoins de financement de développement. D’autant plus que les réseaux bancaires classiques, accaparés par les PGE, se montrent réticents à prêter actuellement.

Ce prêt October s’adresse clairement à des entreprises installées et en bonne santé financière et dégageant un résultat net positif. Du moins avant la crise ! Elles doivent, en outre, démontrer plus de trois ans d’activité et réaliser un chiffre d’affaires annuel supérieur à 250 000 euros.

S’il satisfait à ces conditions, le restaurateur pourrait obtenir un prêt compris entre 30 000 euros, son montant plancher et 1,5 million d’euros, son plafond.  Le remboursement du capital peut s’effectuer sur une durée maximale de 66 mois (5 an et demi). Si l’on tient compte du différentiel de remboursement de 18 mois accordé par October, sa durée maximale est de 84 mois. Sur les 18 premiers mois, l’entreprise ne s’acquitte que des intérêts.

Sans frais de dossier pour les affiliés Edenred déposant leur demande d’ici le 16 décembre

Quant aux taux accordés, leur plancher s’élève à 2,7 %. Mais il dépend en réalité de la notation de l’entreprise et de la durée du prêt. Selon l’exemple communiqué par la fintech, une entreprise notée B+ et qui emprunte pour des travaux sur 5 ans (dont 18 mois de différé) va emprunter à 3,63 %.

Selon un simulateur de prêt utilisé par HR-infos, 100 000 euros empruntés à 3,63 % sur 5 ans reviendrait à un remboursement de 110 580 euros.

October promet une offre ferme sous 48 h, si la demande est éligible. Et un transfert des fonds sous 7 jours.

Quant à la contribution d’Edenred, elle tient à la prise en charge des frais de dossier accepté entre le 16 novembre et le 16 décembre 2020. Le restaurateur doit être affilié Edenred et effectuer sa demande de prêt sur la plateforme October via Edenred.

Le fonds de plateforme chargé d’investir 38 millions d’euros

Il semble utile de préciser que ce prêt October s’inscrit dans le cadre du Programme d’investissement de relance durable, initié à la demande du Gouvernement par la Caisse des Dépôts et des Assureurs. Ce programme d’investissement de 2,2 milliards d’euros (dont 2 milliards provenant des assureurs) doit prioritairement soutenir la relance des PME/PMI.

Nous n’entrerons pas ici dans le détail, complexe, des fonds mis en place réservés à différents secteurs de l’industrie et des services. Notons toutefois que le Programme réserve une enveloppe de plus de 200 millions d’euros au secteur du Tourisme. Enveloppe qui est répartie en deux pôles.

D’une part, le fonds dit Nov Tourisme – actions non cotées Relance Durable France, qui est doté de 170 millions d’euros. Il  regroupe 16 investisseurs institutionnels français. Dont les principaux assureurs, la Caisse des Dépôts et le Fonds de Réserve des Retraites.  Ce fonds va investir des tickets de 5 à 10 millions d’euros par entreprise relevant de la filière Tourisme. A la fois en fonds propres et quasi-fonds propres. Et en position d’actionnaire généralement minoritaire.

D’autre part, un fonds de 38 millions d’euros, qui va être géré par la plateforme de financements participatifs October. Ce fonds financera tout particulièrement le secteur de la Restauration. Mais cette fois, sous forme de prêts à remboursement différé d’un montant de 30 000 € à 1,5 M€.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique