EasyHotel acquiert un portefeuille de 8 hôtels franchisés au Benelux pour 145 millions d’euros

La chaîne positionnée économique et bas-carbone a acquis auprès de Crossroads Real Estate, gestionnaire britannique de fonds, un portefeuille de 8 hôtels franchisés situés à Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Maastricht et Bruxelles. Avec l’appui et le soutien financier de ses actionnaires majoritaires Icamap et Ivanhoé Cambridge, easyHotel a clos la transaction pour un montant d’environ 145 millions d’euros. Pour atteindre son objectif d’une centaine d’hôtels d’ici 2026, le groupe compte actionner aussi bien les leviers de la franchise et de la location que celui de la pleine propriété.

La chaîne positionnée économique et bas-carbone a acquis auprès de Crossroads Real Estate, gestionnaire britannique de fonds, un portefeuille de 8 hôtels franchisés situés à Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Maastricht et Bruxelles. Avec l’appui et le soutien financier de ses actionnaires majoritaires Icamap et Ivanhoé Cambridge, easyHotel a clos la transaction pour un montant d’environ 145 millions d’euros. Pour atteindre son objectif d'une centaine d'hôtels d'ici 2026, le groupe compte actionner aussi bien les leviers de la franchise et de la location que celui de la pleine propriété.

La façade du EasyHotel d'Amsterdam, situé l'Arena boulevard. Le tarif en cours démarre à environ 100 euros la nuit. Amsterdam compte deux autres adresses easyHotel.

EasyHotel accélère à la fois le développement et le rééquilibrage de son réseau. Sur ses 42 hôtels ouverts actuellement, 24 lui appartiennent désormais (en incluant la location), contre 16 auparavant. Et d’ici la fin de l’hiver 2022-2023, s’en ajouteront deux supplémentaires. A Dublin (Irlande) et à Paris (place du Front Populaire, sous bail BEFA de 12 ans). Ce rééquilibrage est également géographique. La chaîne comptera alors autant d’adresses en Europe continentale qu’au Royaume-Uni.

La stratégie d’EasyHotel n’est donc pas asset light. Car elle briderait son nécessaire développement, face à des concurrents beaucoup plus massifs. Pour ne prendre que l’un des plus récents sur le marché, B&B Hôtels (détenu par Goldmann Sachs depuis 2019) a ouvert près de 650 hôtels dans le monde en l’espace de 32 ans. La stratégie du Britannique est donc au contraire de combiner des hôtels en propriété, en location et en franchise. Pas d’autre choix sans doute, s’il veut atteindre son objectif de 100 hôtels à l’horizon 2026. Et de 12 000 chambres en hôtels franchisés en 2027.

Pour monter son réseau à 51 hôtels d’ici début 2024, EasyHotel actionnera déjà ses différents leviers. Ainsi l’unité neuve de Madrid (230 chambres, ouverture 2023), proche de la gare centrale Atocha, sera franchisée, par exemple. Tandis qu’à Paris, place du Front Populaire, le futur 180 chambres sera opéré en location longue durée.

« Tous les leviers possibles et en tirant le meilleur parti de toutes les opportunités du marché .»

Comme l’explique un porte-parole du groupe à HR-infos, EasyHotel, pour croître rapidement en Europe continentale, va utiliser « tous les leviers possibles et en tirant le meilleur parti de toutes les opportunités du marché .» Et celui-ci d’analyser la complémentarité de ces leviers.

«Construire et posséder des hôtels nous permet de bénéficier pleinement de la valeur ajoutée, mais cela peut prendre du temps. La location consomme moins de capital, ce qui nous permet de nous développer avec moins de travail de financement en arrière-plan. Nous pouvons également nous associer à des fonds spécialisés pour des opérations de cession-bail. La franchise, pour sa part, nous permet de nous associer à des groupes hôteliers et d’explorer d’autres zones géographiques. La location et la pleine propriété sont complémentaires : avoir un bilan solide avec des actifs en propriété rassure les propriétaires pour les locations. »

A cet égard, l’acquisition des huit franchisés du Benelux (totalisant 793 clefs) fait figure justement de belle opportunité. Les actifs, bien situés au coeur de métropoles et de noeuds de communication ferroviaire et aéroportuaire, sont « en excellent état, bien entretenus. » Avec des TO très élevés, ils affichaient des performances supérieures de 24 % à l’avant-crise (les TO atteignaient déjà 91 %).  Ces adresses ne nécessiteront pas à court terme d’investissements de modernisation. L’hôtel de Rotterdam vient d’ailleurs d’être entièrement rénové. En revanche, les investissements visant à réduire l’empreinte carbone seront priorisés, «au cas par cas ». Sans pour autant, dans l’immédiat, intégrer le modèle de nouvelle chambre lancée sur l’hôtel de Roissy-Charles de Gaulle. 

Karim Malak,PDG de easyHotel

« Cette transaction, financée en partie par une augmentation de capital, marque l’intérêt des actionnaires du groupe pour une expansion ambitieuse en Europe. Tous les acteurs du marché constatent un intérêt croissant des consommateurs pour l’hôtellerie économique. Les résultats du groupe, 37% supérieurs en 2022 à ceux de 2019 à périmètre constant, le prouvent.
L’exemple de notre nouvel hôtel de Paris-Charles de Gaulle-Villepinte est révélateur de notre succès. En seulement six mois d’exploitation, le revenu par chambre disponible dépasse celui de la concurrence de 5%. Notre offre, à la fois abordable et bas-carbone, correspond aux attentes de la clientèle, en particulier dans le contexte inflationniste actuel.  (…) »

Gwenaëlle Pouy, directrice du développement et de l’immobilier d’easyHotel

« (…) Cette transaction prouve notre capacité à nous développer de manière agile, via des acquisitions comme c’est le cas aujourd’hui, aussi bien que via de la construction, de la location ou de la franchise.
Notre portefeuille de projets sécurisés nous permet d’envisager sereinement notre objectif d’avoir une centaine d’établissements ouverts sous la marque easyHotel d’ici 2026.
Nous renforçons d’ailleurs actuellement notre équipe de développement et de construction dans cette perspective. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique