Des clients plus nombreux et plus dépensiers pour les fêtes de fin d'année

Les professionnels de la Restauration sont en droit d’espérer un niveau d’activité plus élevé sur les dix derniers jours de décembre 2016 que l’an dernier à la même époque. Selon Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice, au sein de NPD Group, spécialiste des études de marché, « nous espérons voir cette année de meilleurs résultats que l’année passée avec une ambiance plus festive et optimiste ».

Malgré les évènements dramatiques survenus en novembre 2015, le marché de la Restauration avait bien résisté, selon les indicateurs officiels Insee, contrairement à celui de l’Hébergement qui avait reculé. Plus récemment, la Banque de France notait un rebond des activités d’Hébergement-Restauration en novembre 2016. Selon la Banque, le secteur des Services dans son ensemble devrait de nouveau progresser en décembre, mais peut-être à rythme moins soutenu.

Selon NPD Group, qui s’appuie sur les données de son panel recueillis entre 2009 et 2015, ce sont à la fois les circuits de la restauration à table et ceux de la restauration rapide qui devraient à nouveau profiter de cette période de fin d’année traditionnellement propice à la consommation hors domicile. »

Les professionnels de la Restauration sont en droit d'espérer un niveau d'activité plus élevé sur les dix derniers jours de décembre 2016 que l'an dernier à la même époque. Selon Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice, au sein de NPD Group, spécialiste des études de marché, « nous espérons voir cette année de meilleurs résultats que l’année passée avec une ambiance plus festive et optimiste ».

Malgré les évènements dramatiques survenus en novembre 2015, le marché de la Restauration avait bien résisté, selon les indicateurs officiels Insee, contrairement à celui de l'Hébergement qui avait reculé. Plus récemment, la Banque de France notait un rebond des activités d'Hébergement-Restauration en novembre 2016. Selon la Banque, le secteur des Services dans son ensemble devrait de nouveau progresser en décembre, mais peut-être à rythme moins soutenu.

Selon NPD Group, qui s'appuie sur les données de son panel recueillis entre 2009 et 2015, ce sont à la fois les circuits de la restauration à table et ceux de la restauration rapide qui devraient à nouveau profiter de cette période de fin d'année traditionnellement propice à la consommation hors domicile."
Avec davantage de clients et un ticket moyen plus élevé, la restauration à table tire particulièrement son épingle du jeu lors des fêtes de fin d'année. Photo : Aleksei
Qui gagnent et consomment sur les fêtes de fin d’année selon NPD Group

Les chaînes de burgers…
Elles recueillent 18 % des visites en restauration commerciale, contre 15 % le reste de l’année. Les pics de fréquentation s’observent aux heures du dîner mais aussi dans l’après-midi «grâce aux consommateurs fatigués par les courses de Noël de dernière minute qui s’accordent des pauses gourmandes ou offrent une collation  aux enfants.»
…Et la restauration à table de spécialités

La plupart des restaurants à table sont davantage visités que le reste de l’année.  Mais ce sont surtout les restaurants de spécialités (grills, italiens, asiatiques (thaï, japonais, etc.), fruits de mer ou encore spécialités françaises ou crêperies) qui sont les plus recherchés, pour leur dimension festive et conviviale.
Les indépendants tirent leur épingle du jeu, avec une part de marché qui passe de 73 % à 76 % des visites de la restauration à table sur les dix derniers jours de l’année.
Davantage de familles et de groupe d’amis…
Les visites familiales (adultes + enfants) concernent 35 % des visites au restaurant à cette période contre 30 % habituellement. Les repas passent de 4,6 à 5 convives. Quant aux groupes de 6 personnes et plus, NPD notait déjà en 2015 qu’ils progressent de 30 % en décembre, passant de 15 %  à 20 % des visites totales.
… Qui dépensent plus
Le facteur « groupe » engendre une augmentation du ticket moyen qui passe de 64 € à 80 €.  La hausse de l’addition s’explique également par la commande de produits premiums tels que le saumon, le magret ou les fruits de mer, et par l’augmentation du nombre de plats commandés par personne.
Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice, The NPD Group analyse : « Le nombre d’items en restauration à table pendant les fêtes se rapproche de 4 (3,9) – contre 3,3 le reste de l’année. 1 personne sur 5 commande des entrées (+ 20 %), tandis que les desserts progressent de 30 % (soit 1 personne sur 3, contre 1 personne sur 4 le reste de l’année). Même chose pour les fruits de mer ou encore le champagne : la consommation de cette boisson festive étant multipliée par trois sur les dix derniers jours de l’année (6 % contre 2 % des commandes habituellement)».
NPD Group notait globalement précédemment le bond de 30 % des boissons alcoolisées, présentes lors d’une visite sur deux. Les commandes de blanc décollent de 50 % pour accompagner entre autres les fruits de mer ou les foies gras. Le vin rouge croît pour sa part 20 %.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique