Portées depuis leur naissance dans les années 80 par un dispositif fiscal avantageux pour les investisseurs (particuliers ou institutionnels), les résidences de tourisme ont connu depuis un formidable développement. En sachant répondre aux attentes nouvelles de clientèles Loisir et Professionnel.

Innovant, décoiffant, le nouveau concept de resort éco-touristique porté par Pierre & Vacances et Euro Disney. C’est en 2016 que la première tranche de la phase 1 de « Villages Nature » ouvrira ses portes en Seine-et-Marne, à 32 km à l’est de Paris. Prévues sur cette tranche 916 cottages et appartements classés résidences de tourisme. A la clef, la création de plus de 2 700 emplois.
Ici une vue des hébergements collectifs « Nature ».

{{Ecouter l’interview intégrale de Pierre Margeridon Blondeau}}

1 – Des résultats inédits

2 – de nouvelles formes d’hébergement

3 – réservation équitable mode d’emploi

4 – nouveau référentiel qualité Logis

5 – communication axée Plaisirologis

6 – européanisation poursuivie

7 – organisation interne axée terrain

8 – contrat d’engagement tripartite

9 – comment devenir la référence

Portées depuis leur naissance dans les années 80 par un dispositif fiscal avantageux pour les investisseurs (particuliers ou institutionnels), les résidences de tourisme ont connu depuis un formidable développement. En sachant répondre aux attentes nouvelles de clientèles Loisir et Professionnel. Et en garantissant généralement des retours sur investissement élevés. Leur impact économique, en particulier sur le tissu local, est devenu significatif, comme vient de le mesurer une étude d’Atout France.

Toutefois, la croissance de leur parc et de leurs revenus s’est ralentie. Certaines destinations sont saturées. Et les taux de rendement diminuent, en raison du renouvellement des baux commerciaux et des dépenses de modernisation et de mise aux normes. Pour autant, leur modèle, loin d’être en danger, présente au contraire de belles perspectives. A condition qu’opérateurs et investisseurs sachent maîtriser les risques et innovent dans leur offre pour fidéliser de nouvelles clientèles, en particulier internationales.

Ecouter l’interview de Pierre Margeridon, président du Syndicat national des Résidences de Tourisme (SNRT).



Pierre Margeridon, le nouveau président du Syndicat national des Résidences de Tourisme (SNRT) depuis avril 2014. Il était à la tête de la Commission Exploitation du Syndicat National des Résidences de Tourisme (SNRT) depuis 2005.
Monsieur Margeridon est par ailleurs gérant fondateur de la société Mer et Golf (10 Résidences & Appart-Hôtels situées principalement en région Aquitaine)et promoteur spécialisé dans les résidences de tourisme et de services.

Avec ses ses 85 adhérents, le SNRT représente aujourd’hui les deux tiers de la profession en terme de lits. Le Conseil d’Administration du Syndicat réunit des représentants des groupes Pierre & Vacances/Center Parcs, Odalys, Lagrange, Citadines, Mer & Golf, Park & Suites, Appart’City, Reside Etudes, Victoria Garden et Espaces 2 Vacances.

RÉSIDENCES DE TOURISME : QUELQUES CHIFFRES CLEFS 2013

-*2 249 structures totalisant 775 000 lits, soit 25 % du parc de l’hébergement touristique
-**1 337 établissements classés dont 756 en 3*, 313 en 4*, 218 en 2*, 31* en 1* et 19 en 5*

-*un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros (HT), dont 30 % auprès de clients étrangers
-* 17 millions de visiteurs
-*un parc immobilier valorisé à 36 milliards d’euros, financé à 85 % par des particuliers, à 10 % par des investisseurs institutionnels et à 5 % par des exploitants individuels

Quelques enseignements quanti de l’étude Atout France

-* les résidences de tourisme injectent 3,6 milliards par an dans les économies locales, dont :
-**2,4 milliards en dépenses de clients
-** 1,2 milliards en dépenses de la résidence
– 71 % des dépenses des RDT vont dans l’économie local

-* une résidence type de 83 appartements rapporte 1,6 millions de recettes annuelles pour l’économie locale, dont 1,030 M? en dépenses clients et 550 M? en dépenses de la résidence

-* elle génère 13,3 emplois directs ETP (Equivalent Temps Plein)
-**7,2 emplois directs de la résidence (salariés et saisonniers)
-** 1,6 emplois directs (générés par les dépenses de la résidence)
-**4,5 emplois indirects (générés par les dépenses des clients)

{{La synthèse des résultats de l’étude Atout France dans ce document à télécharger}}

La diversité des résidences en quelques images

RÉSIDENCES URBAINES: RECENTRAGE ET CONCENTRATION DU MARCHÉ

Extraits de l’étude du cabinet In Extenso tourisme, hôtellerie, restauration
-* 2013 : retour à une croissance soutenue du parc de résidences (+ 6 %)
-* 647 résidences (36 de plus qu’en 2012), totalisant 55 000 logements (10 000 de plus qu’en 2010)
-** des créations moins nombreuses (31 contre 42) mais aussi peu de sorties (7 contre une trentaine)
-* une capacité moyenne élevée : 85 logements par résidence
-* une croissance plus forte en régions (+7,4 %) qu’en Ile-de-France (+5%)
-** des créations surtout concentrées sur Lyon, Marseille-Aix et la banlieue parisienne
-* moins de créations prévues en 2014, la plupart des grandes villes étant bien équipées

-* TO et RMA, des indicateurs commerciaux globalement dans le vert en 2013
-* toutefois, l’ouverture des résidences aux clientèles de courts séjours ne s’est pas révélé iable
-** si les prix moyens ont légèrement progressé (+1,4 % vs +2,8 % en 2012), les taux d’occupation ont en revanche chuté et les charges d’exploitation augmenté

-* depuis la rentrée 2013 les opérateurs se sont recentrés sur les clientèles de moyens et longs séjours
-** il en résulte un recul des prix (de -6 % à – 9 %) mais aussi une forte hausse des taux d’occupation (jusqu’à + 16 % dans les villes moyennes)

Une solide année de croissance en 2013


Source : In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration
TO : : taux d’occupation (rapport entre le cumul des unités louées et l’offre à la vente). RMA : recette moyenne par hébergement loué. RevPAR : revenu par hébergement disponible.
Source : In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration

Questions à Samuel Couteleau, senior manager chez In Extenso THR, responsable de l’étude

Cette réorientation stratégique des opérateurs, axée sur un retour aux fondamentaux, se confirme-t-elle en 2014 ?

-* «Indiscutablement. Le repli stratégique des opérateurs sur leur marché originel s’est confirmé en 2014. Après avoir tenté une incursion sur le marché des courts séjours d’une à plusieurs nuits, les exploitants sont revenus en arrière pour se concentrer sur les moyens et longs séjours (à la semaine ou au mois), moins rémunérateurs mais également nettement moins coûteux en charges d’exploitation.»

-*« Les résidences de tourisme urbaines, et plus particulièrement les établissements économiques, se sont remises à cibler des clientèles assez éloignées de la demande touristique : étudiants, adultes en formation ou en stage, personnels en mission, en transition (période d’essai, mutation), etc.»

Le poids respectif des cinq grands acteurs pesant plus de 57 % de l’offre nationale


Source : In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration

——————

Interview et texte : Jean-François Vuillerme

————————-

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire