Le Gouvernement débloque 42,7 M€ et priorise la sécurité et la promotion

La sécurité avant tout ! A l’issue du Comité interministériel sur le Tourisme réuni le 7 novembre Manuel Valls a annoncé une batterie de mesures et une enveloppe de plusieurs dizaines de millions d’euros pour défendre le tourisme, un secteur plombé par les attentats et des braquages comme celui de la célébrité Kim Kardashian.

«Il faut le dire clairement: avec les attentats qui ont frappé notre pays en 2015, avec les grèves, les manifestations, les violences, les agressions ciblant notamment les touristes asiatiques, le tourisme en France traverse une passe difficile», reconnaît-on à Matignon.

Au terme d’une réunion en début de soirée avec plusieurs ministres concernés dont Jean-Marc Ayrault (Affaires étrangères), le Premier ministre a officialisé -en se contentant finalement d’un communiqué au lieu d’une conférence de presse- un plan doté d’environ 42 millions d’euros.

Le principal volet (15 millions), concerne la sécurité des touristes, essentiellement en région parisienne. Concrètement, il est ainsi prévu d’équiper plusieurs zones touristiques en caméras de surveillance, notamment dans des secteurs entachés récemment par des braquages (tunnel du Landy, hôtels de la périphérie parisienne…).

Neuf millions d’euros iront au renforcement de la sécurité des 30 sites culturels les plus fréquentés (Louvre, Musée d’Orsay, Versailles, Arc de Triomphe…), dont la fréquentation est en nette baisse, ainsi qu’aux festivals.

Parmi les autres mesures: une trentaine de fourgons commandés afin de permettre à des victimes étrangères de porter plainte sans avoir à se rendre dans un commissariat. Et quelque 80 bornes Parafe (passage accéléré par passeport biométrique) supplémentaires installées à Roissy et Orly pour désengorger les files d’attentes.

Les professionnels interrogés par l’AFP ont jugé que le plan n’était pas à la hauteur de leur crise.

Pour Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, ces mesures sont «mieux que rien». Mais l’enveloppe de 40 millions d’euros qui y est accordée «est dérisoire par rapport aux retombées économiques des touristes étrangers en France qui s’élèvent à 50 milliards d’euros».

Pour Didier Chenet, président du GNI (groupement national des indépendants), «c’est une très bonne chose de rassurer les touristes sur le volet sécuritaire mais il n’y a pas que ça. Nous sommes dans une concurrence mondiale, il faut donc absolument supprimer le terme d’état d’urgence qui fait fuir les touristes», explique-t-il à l’AFP.

Pour les entreprises du secteur les plus touchées, «il est nécessaire que le gouvernement lance un plan de soutien, pour les hôtels, les restaurants notamment, avec un échelonnement de la dette sur trois ou quatre années», souligne M. Chenet.

Du côté de l’UMIH et du GNC, on regrette « le manque d’envergure du plan annoncé face au poids et aux potentialités de l’industrie du tourisme dans l’économie du pays » (communiqué de presse). « Voilà 2 mois que nous ont été annoncés 10 millions d’euros pour la promotion de la destination France. Nous étions en droit d’attendre d’un Comité interministériel qui n’avait pas été réuni depuis 13 ans une hausse significative de cette enveloppe à la mesure des budgets mobilisés par nos compétiteurs européens. », regrette Roland Heguy, Président confédéral de l’UMIH

Le gouvernement avait déjà présenté un premier plan en mars, puis débloqué 10 millions d’euros en septembre pour promouvoir la destination France, inclus dans le plan dévoilé lundi.
Avec pas loin de deux millions de touristes perdus en un an, la conséquence des attentats du 13 novembre est salée pour Paris et l’Ile-de-France où hôtels comme restaurants n’ont toujours pas retrouvé leurs clientèles.

Pour l’ensemble de l’Hexagone, les arrivées internationales entre le 1er janvier et le 31 octobre ont chuté de 8,1%, selon les données du gouvernement. Ce sont les Japonais (-39%) qui ont le plus déserté la France, suivis des Chinois (-23%), des Allemands (-10,8%) et des Américains (-4%).

Début octobre, l’agression de la star de téléréalité Kim Kardashian, l’un des plus gros vols de bijoux des dernières années en France, a porté un nouveau coup dur à l’image de la capitale.

Cette agression, survenue en plein Paris, faisait suite à l’agression de touristes chinois l’été dernier, devant leur hôtel à Gonesse, celle de Coréens, dévalisés alors qu’ils s’étaient perdus à Saint-Denis ou encore cette attaque spectaculaire en août 2014 à l’entrée de l’autoroute A1 à Paris, d’une voiture du convoi d’un prince saoudien, fils du défunt roi Fahd, et ancien ministre déchu.

«Les touristes asiatiques, tous les touristes, doivent savoir qu’ils sont en France en sécurité», a assuré Matignon.

(source AFP) »

La sécurité avant tout ! A l'issue du Comité interministériel sur le Tourisme réuni le 7 novembre Manuel Valls a annoncé une batterie de mesures et une enveloppe de plusieurs dizaines de millions d’euros pour défendre le tourisme, un secteur plombé par les attentats et des braquages comme celui de la célébrité Kim Kardashian.

«Il faut le dire clairement: avec les attentats qui ont frappé notre pays en 2015, avec les grèves, les manifestations, les violences, les agressions ciblant notamment les touristes asiatiques, le tourisme en France traverse une passe difficile», reconnaît-on à Matignon.

Au terme d’une réunion en début de soirée avec plusieurs ministres concernés dont Jean-Marc Ayrault (Affaires étrangères), le Premier ministre a officialisé -en se contentant finalement d’un communiqué au lieu d’une conférence de presse- un plan doté d’environ 42 millions d’euros.

Le principal volet (15 millions), concerne la sécurité des touristes, essentiellement en région parisienne. Concrètement, il est ainsi prévu d’équiper plusieurs zones touristiques en caméras de surveillance, notamment dans des secteurs entachés récemment par des braquages (tunnel du Landy, hôtels de la périphérie parisienne...).

Neuf millions d’euros iront au renforcement de la sécurité des 30 sites culturels les plus fréquentés (Louvre, Musée d’Orsay, Versailles, Arc de Triomphe...), dont la fréquentation est en nette baisse, ainsi qu’aux festivals.

Parmi les autres mesures: une trentaine de fourgons commandés afin de permettre à des victimes étrangères de porter plainte sans avoir à se rendre dans un commissariat. Et quelque 80 bornes Parafe (passage accéléré par passeport biométrique) supplémentaires installées à Roissy et Orly pour désengorger les files d’attentes.

Les professionnels interrogés par l’AFP ont jugé que le plan n’était pas à la hauteur de leur crise.

Pour Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, ces mesures sont «mieux que rien». Mais l’enveloppe de 40 millions d’euros qui y est accordée «est dérisoire par rapport aux retombées économiques des touristes étrangers en France qui s’élèvent à 50 milliards d’euros».

Pour Didier Chenet, président du GNI (groupement national des indépendants), «c’est une très bonne chose de rassurer les touristes sur le volet sécuritaire mais il n’y a pas que ça. Nous sommes dans une concurrence mondiale, il faut donc absolument supprimer le terme d’état d’urgence qui fait fuir les touristes», explique-t-il à l’AFP.

Pour les entreprises du secteur les plus touchées, «il est nécessaire que le gouvernement lance un plan de soutien, pour les hôtels, les restaurants notamment, avec un échelonnement de la dette sur trois ou quatre années», souligne M. Chenet.

Du côté de l'UMIH et du GNC, on regrette "le manque d’envergure du plan annoncé face au poids et aux potentialités de l’industrie du tourisme dans l’économie du pays" (communiqué de presse). « Voilà 2 mois que nous ont été annoncés 10 millions d’euros pour la promotion de la destination France. Nous étions en droit d’attendre d’un Comité interministériel qui n’avait pas été réuni depuis 13 ans une hausse significative de cette enveloppe à la mesure des budgets mobilisés par nos compétiteurs européens. », regrette Roland Heguy, Président confédéral de l’UMIH

Le gouvernement avait déjà présenté un premier plan en mars, puis débloqué 10 millions d’euros en septembre pour promouvoir la destination France, inclus dans le plan dévoilé lundi. Avec pas loin de deux millions de touristes perdus en un an, la conséquence des attentats du 13 novembre est salée pour Paris et l’Ile-de-France où hôtels comme restaurants n’ont toujours pas retrouvé leurs clientèles.

Pour l’ensemble de l’Hexagone, les arrivées internationales entre le 1er janvier et le 31 octobre ont chuté de 8,1%, selon les données du gouvernement. Ce sont les Japonais (-39%) qui ont le plus déserté la France, suivis des Chinois (-23%), des Allemands (-10,8%) et des Américains (-4%).

Début octobre, l’agression de la star de téléréalité Kim Kardashian, l’un des plus gros vols de bijoux des dernières années en France, a porté un nouveau coup dur à l’image de la capitale.

Cette agression, survenue en plein Paris, faisait suite à l’agression de touristes chinois l’été dernier, devant leur hôtel à Gonesse, celle de Coréens, dévalisés alors qu’ils s’étaient perdus à Saint-Denis ou encore cette attaque spectaculaire en août 2014 à l’entrée de l’autoroute A1 à Paris, d’une voiture du convoi d’un prince saoudien, fils du défunt roi Fahd, et ancien ministre déchu.

«Les touristes asiatiques, tous les touristes, doivent savoir qu’ils sont en France en sécurité», a assuré Matignon. (source AFP)"
Un quart (10 millions d'euros) des crédits débloqués par le gouvernement vont aller au renforcement de la vidéo surveillance.

A quoi vont être consacrés les 42,7 millions d’euros débloqués par le Gouvernement

1 – Un plan d’action immédiat pour garantir la sécurité des touristes sur tout le territoire => 15,5 M€
  • Abondement du Fonds Interministériel de Prévention de la délinquance (FIPD) pour renforcer la sécurité des lieux touristiques principalement en équipements de vidéo protection  : 10 M€. 5 M€ seront consacrés au déploiement de caméras de dernière technologie dans les principaux sites et aires touristiques non équipées à Paris et en Ile-de-France : Paris (7 zones touristiques parisiennes), autoroute A1, Tunnel du Landy, abords du Stade de France, sécurisation des hôtels des portes de Paris accueillant des touristes internationaux. 5 M€ seront consacrés à la sécurisation des principaux établissements publics du ministère de la culture et de la communication les plus fréquentés par les touristes.
  • Abondement de 4 millions d’euros du fonds d’urgence au spectacle vivant : 4 M€
  • Renforcement de la sécurisation dans les transports et fluidification du parcours du touriste dans les aéroports parisiens avec l’installation de 87 nouvelles bornes de contrôle automatisé aux frontières (PARAFE II).
  • Création d’une structure de coordination sécurité tourisme dans chaque département
    2 – Moyens supplémentaires pour renforcer les actions de promotion  auprès des touristes français et étrangers => 10,5 M€
  • Moyens supplémentaires alloués à Atout France pour mener des actions ciblées avec les collectivités et les acteurs privés auprès des marchés internationaux en renforçant les actions de communication sur internet et les réseaux sociaux pour l’améliorer l’e-réputation de la « destination France ».
  • Dispositif de communication déployé par le Service d’Information du Gouvernement (SIG) pour mener des actions sur les réseaux sociaux à destination des touristes français.
    3 – Mesures de soutien aux professionnels et aux salariés du secteur touristique => plus de 11 M€
  • Bonification des prêts pour soutenir la modernisation des professionnels du secteur hôtellerie-café-restaurant (HCR) pour un montant de 1,75 M€. Dans le cadre des deux dispositifs de modernisation existants, le Fonds de modernisation de la restauration (FMR) et le Prêt rénovation hôtelière (PPRH) distribué par BPI France, une bonification de ces prêts sera accordée pour financer l’accès gratuit à internet des clients dans les restaurants (bonification de 500 € par établissement) et la mise en place d’un système d’information, de réservations en ligne et de services de conciergerie dans les hôtels (bonification de 2 000 € par établissement).
  • Faciliter le recours à l’activité partielle (les autorisations sont d’ores et déjà passées de 12 à  18,5 M€soit une augmentation de 30%). Les demandes de recours à l’activité partielle ont fortement augmenté dans la filière depuis le début de l’année (18,5 M€ autorisés contre 12 M€ en 2015).Les services déconcentrés de l’Etat renforceront la promotion de ce dispositif (communications en ligne, contacts directs d’entreprises, réunions d’information collective) notamment à l’attention des plus petites entreprises. Une attention forte sera portée sur la formation des salariés pendant les heures chômées. L’Etat conclura des conventions régionales avec les secteurs professionnels qui le souhaitent sur le modèle des expérimentations déjà menées qui ont permis l’accès à la formation pour plus de 1200 salariés en activité partielle en Ile de France.
  • Cofinancement d’actions de développement des compétences : 3,3M€.
  • Mesures de simplification pour les acteurs du commerce : maintien du seuil de 15 k€ pour le paiement en liquide des articles de luxe pour les nonrésidents et lancement d’une étude sur l’assouplissement des règles de détaxe pour les touristes internationaux.
      4 – Mesures pour encourager le départ en vacances des Français les plus modestes => 5,7 M€
  • Dispositif d’aide au départ en vacances pour les retraités modestes par l’abondement de l’Association nationale des chèques vacances : 5,7 M€. Il permettrait à 30 000 retraités modestes (non imposables) de partir en vacances en 2017.

 
 
07-11-2016_dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_du_tourisme

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique