Mercredi 16 février, retour au comptoir, au concert, en discothèque…

Corollaire de l’entrée en vigueur du pass vaccinal et d’une évolution sanitaire favorable bien que toujours préoccupante, les mesures d’allègement des restrictions sanitaires annoncées par le Premier Ministre le 20 janvier vont s’échelonner sur février. Avec deux grandes dates à retenir. Le mercredi 2 pour la fin du télétravail obligatoire et de l’obligation du port du masque en extérieur ainsi que la levée des jauges dans les ERP accueillant du public assis. Et le mercredi 16 pour la réouverture des discothèques, l’autorisation des concerts et des consommations debout en CHR.

Corollaire de l'entrée en vigueur du pass vaccinal et d'une évolution sanitaire favorable bien que toujours préoccupante, les mesures d'allègement des restrictions sanitaires annoncées par le Premier Ministre le 20 janvier vont s'échelonner sur février. Avec deux grandes dates à retenir. Le mercredi 2 pour la fin du télétravail obligatoire et de l'obligation du port du masque en extérieur ainsi que la levée des jauges dans les ERP accueillant du public assis. Et le mercredi 16 pour la réouverture des discothèques, l'autorisation des concerts et des consommations debout en CHR.

Le port du masque demeurera toujours obligatoire dans les discothèques après le 16 février. Photo : r Fly_dragonfly - Adobe Stock

Trop tôt, vraiment ?

La polémique n’a pas tardé. « C’est décalé, c’est prématuré, c’est imprudent, c’est trop tôt…» , en jugent des épidémiologistes et des médecins (Flahaut, Pialoux, Roux, Hill…) qui auraient préféré que le Gouvernement attende un recul général des contaminations.

Le risque de cet allègement des restrictions, le Gouvernement l’a jugé mesuré et raisonnable. Mais il n’est pas nul. Imprévisible, on ne peut encore exclure l’arrivée d’un nouveau variant au printemps.

« De quoi l’avenir sera-t-il fait sur le plan sanitaire ? », s’interrogeait Jean Castex, lors de son intervention. Personne n’en sait fichtre rien, l’Etat et la Science les premiers. « Cette question appelle forcément à l’humilité et la prudence, soulignait le chef du Gouvernement. Nos autorités scientifiques ne savent pas nous dire si le variant Omicron marque une étape décisive sur la voie d’une banalisation du virus. Ou bien si nous restons encore exposés au risque qu’apparaissent de nouveaux variants problématiques.»

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le Gouvernement prend une décision de déconfinement sans que celle-ci n’ait obtenu au préalable un consensus favorable de la part des experts. Mais le Conseil scientifique lui-même, dont fait partie l’épidémiologiste Pasteurien Arnaud Fontanet, rarement démenti dans ses projections, n’a pas pour autant opposé de véto. Et qui regretterait aujourd’hui que la France ait laissé ses écoles ouvertes, contrairement à ce que recommandaient certains experts?

« Trois nouvelles encourageantes »

L’Exécutif a choisi de prendre ce risque, encouragé par « trois nouvelles encourageantes » (reflux du Delta, décrue de l’Omicron en Ile-de-France, faible létalité de l’Omicron), en dépit d’un rebond épidémique sans précédent. Et, insistons sur ce point, en escomptant l’efficacité du nouveau pass vaccinal. Et celle, vérifiée de multiples fois, des mesures barrières.

Sur la foi des dernières prévisions de l’Institut Pasteur, d’une amélioration progressive, certes lente et encore partielle, de la situation sanitaire en France, le Chef de l’Etat a donc opté pour un calendrier d’allègement des restrictions sanitaires étalé sur deux semaines.  Il suivra d’une dizaine de jours l’entrée en vigueur du pass vaccinal.

Sans ce pass, sans la couverture vaccinale élevée obtenue des Français, sans le maintien de mesures barrières globalement respectées par la population, cet allègement aurait été assurément prématuré. Compte tenu des précautions prises, il nous parait au contraire le bienvenue. Tant pour l’Economie que pour la population française. L’une et l’autre ont besoin, elles aussi, de retrouver une plus grande liberté d’entreprendre. Et de vivre, tout simplement.

Le calendrier des ouvertures en février

Travail
  • À partir du 2 février, le recours au télétravail ne sera plus obligatoire. Mais restera recommandé.
  • Le protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise reste en vigueur. Consultez le détail des nouvelles règlementations en cliquant ici.
Rassemblements & loisirs
A partir du 2 février
  • Les  jauges seront levées dans les établissements accueillant du public assis (stades, salles de concerts, théâtres…). Pour accéder à ces lieux, le port du masque reste obligatoire.
A partir du 16 février
  • Les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, pourront rouvrir dans le respect du protocole sanitaire.
  • Les concerts debout pourront reprendre dans le respect du protocole sanitaire.
  • La consommation sera à nouveau possible dans les stades, cinémas et transports, de même que la consommation debout dans les bars.
Gestes barrières
  •  A partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire à l’extérieur.

Les obligations qui resteront en vigueur

Éducation

Les protocoles dans les établissements scolaires ont été simplifiés. L’objectif est de laisser au maximum les écoles ouvertes. Ainsi :

  • Lorsqu’un cas positif sera détecté dans une classe, il ne sera plus demander aux parents de venir chercher leur enfant immédiatement, ils pourront attendre la sortie scolaire.
  • En cas de détection d’un cas positif dans une classe, les enfants pourront recourir à 3 autotests (au lieu d’un test PCR suivi de deux autotests) gratuits.
  • Enfin, les parents n’auront plus à produire une attestation après chaque autotest : une unique attestation sera demandée.

En réponse à la grève des enseignants du jeudi 13 janvier, le ministre de l’Éducation de la Jeunesse et des Sports a annoncé plusieurs mesures, dont la distribution de 5 millions de masques FFP2 pour les personnels des établissements scolaires.

« Pass sanitaire »
  • Depuis le 15 janvier 2022, toutes les personnes de plus de 18 ans et un mois doivent avoir fait leur injection de rappel dans les temps pour conserver leur certificat de vaccination actif dans le « pass sanitaire ». Au-delà de ces délais, leur ancien certificat de vaccination est considéré comme expiré et n’est plus valide.
  • Le « pass vaccinal » entrera en vigueur le 24 janvier 2022, sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel. Il concernera toutes les personnes de 16 ans et plus.
Vaccination
  • Le délai de la dose de rappel est ramené à trois mois après la dernière injection ou la dernière infection au Covid-19.
  • Le rappel vaccinal est ouvert à toutes les personnes de 18 ans et plus.
  • À partir du 24 janvier, le rappel vaccinal est ouvert à tous les adolescents de 12 à 17 ans.
  • La vaccination est ouverte à tous les enfants de 5-11 ans et requiert l’accord des deux parents.
Isolement

Les règles d’isolement et de quarantaine ont évolué en cas d’infection au Covid-19 ou de cas contact. L’objectif est de faire face à la diffusion extrêmement rapide du variant Omicron et de maintenir, dans le même temps, la vie socio-économique en France.

Retrouvez l’intégralité des nouvelles règles en cliquant ici.
Retrouvez les règles d’isolement en vigueur en milieu scolaire depuis le 3 janvier

Tests
  • Il n’est désormais plus obligatoire de réaliser un test PCR pour confirmer un test antigénique positif.
  • En revanche, un test PCR reste nécessaire après un autotest positif.
Rassemblements & loisirs (jusqu’au 24 janvier 2022)
  • Les jauges rétablies pour les grands événements : 2000 personnes en intérieur, 5000 personnes en extérieur.
  • Les concerts debout interdits.
  • Dans les cafés et les bars, la consommation debout interdite.
  • Les discothèques ont interdiction d’accueillir du public. Cette interdiction s’applique jusqu’à la même date aux activités de danse dans les établissements recevant du public, tels les restaurants ou les bars.
Gestes barrières
  • Le port du masque, déjà obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public, étendu à certains centres-villes.
  • Le port du masque est obligatoire dès l’âge de 6 ans dans les transports collectifs intérieurs et dans les lieux recevant du public.
  • L’aération fréquente des lieux clos est plus que jamais nécessaire. Il est recommandé d’aérer chaque pièce 10 minutes toutes les heures.
Déplacements
  • Toute personne de 12 ans et plus entrant sur le territoire français doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24h ou 48h en fonction du pays de provenance. Seule exception, les personnes présentant un schéma vaccinal complet n’ont pas à présenter de test, lorsqu’elles arrivent d’un État membre de l’Union européenne, d’Andorre, d’Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin, du Saint-Siège ou de la Suisse.
  • Le Gouvernement assouplit les mesures sanitaires aux frontières avec le Royaume-Uni pour les personnes vaccinées.
Outre-mer
  • Un couvre-feu de 21 heures à 5 heures en vigueur sur l’île de la Réunion jusqu’au dimanche 23 janvier.
  • L’état d’urgence sanitaire décrété à la Guadeloupe, en Guyane, à Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique