Les logos officiels des jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Dans le communiqué commun signé avec l'Umih et le GNC, Tony Estanguet, président de Paris 2024, indique que les engagements « importants et chiffrés » pris avec « les acteurs de l'hôtellerie-restauration, syndicats et partenaires du secteur », ne « changent pas ». Quelque 40 000 chambres ont déjà été réservées pour l'événement. « Les Jeux Olympiques et Paralympiques ont pour ambition de montrer au monde le meilleur de la France et le comité d’organisation souhaite mettre en avant l’industrie hôtelière française.» poursuit le communiqué.

Rappel des faits. Le 21 novembre dernier, lors de son congrès national de Biarritz, l'Umih (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) annonçait qu'elle suspendait sa participation aux réunions préparatoires à l'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, en raison du partenariat noué entre le Comité International Olympique (CIO) et Airbnb.

L'Umih et le GNC (Groupement National des Chaînes) exigeaient une clarification du Comité d'Organisation des Jeux Olympique Paris 2024. Clarifications et explications qu'elles estiment avoir obtenues. Mercredi 12 décembre, les deux organisations annonçaient qu'elles reprenaient leur collaboration avec le COJO. Une décision motivée par les "assurances" données par le COJO au deux organisations professionnelles, selon leur communiqué commun.

Les dirigeants de trois entités se sont en effet rencontrées le 12 décembre. Lors de cette réunion, le président du Cojo Paris 2024,Tony Estanguet et son directeur général, Étienne Thobois, ont réaffirmé que « l'ensemble du plan d'hébergement des jeux pour les populations accréditées (sportifs, équipes, presse...) allait s'appuyer sur les professionnels de l'hôtellerie traditionnelle. »

De son côté, les organisations professionnelles ont réaffirmé « leur volonté de poursuivre une collaboration étroite » avec le comité d'organisation des JO parisiens, après avoir obtenu des « clarifications » sur le partenariat noué par le Comité international olympique (CIO) avec la plate-forme de locations touristiques Airbnb, qu'ils accusent de « concurrence déloyale ».

Quelques jours plus tôt, cités par l'hebdomadaire Télérama dans un article titré, "Jeux Olympiques 2024 : comment Airbnb a coincé la Mairie de Paris", Etienne Thobois admettrait que l'accord signé entre le CIO et Airbnb avait pris le secteur hôtelier "par surprise". « Elle a posé un certain nombre d’interrogations quant aux conséquences sur le dispositif convenu avec les hôteliers et une petite confusion s’est installée » reconnaissait le directeur général. Mais celui-ci d'ajouter : « Nous pouvons rassurer l’ensemble du secteur : ce partenariat n’aura aucun impact sur Paris 2024. Nous entendons rester sur le dispositif tel que nous l’avions conçu c’est-à-dire que les 42 000 chambres des populations accréditées puissent être apportées par notre hôtellerie dont l’offre est largement suffisante.»

Etienne Thobois, toujours cité par Télérama, concédait toutefois que « Airbnb permettra en parallèle de proposer à des touristes d’être hébergés dans des appartements avec des olympiens pour vivre une expérience particulière ou à certains athlètes en phase d’entraînement d’avoir un accès privilégié pour eux ou leurs familles à des modes d’hébergements complémentaires.»

618 hôtels impliqués

Dès le démarrage du projet des Jeux Olympiques et Paralympiques, Paris 2024 avait choisi de travailler avec tous les professionnels reconnus du secteur de l’hébergement en France : institutionnels, syndicats, chaînes hôtelières et hôtels indépendants, réunis au sein du « Club hébergement ».

618 hôtels font partie de l’inventaire dont 46 % sont des indépendants ou des franchisés, ce qui représente 42 000 chambres sécurisées afin de couvrir les besoins de l’organisation.

Lors du mardi 12 décembre, Paris 2024 a réaffirmé l’engagement suivant : « L’ensemble du plan d’hébergement des jeux pour les populations accréditées s’appuient sur les professionnels de l’hôtellerie traditionnelle.»

Roland Héguy, président de l’Umih et Jean-Virgile Crance, président du GNC

« Les professionnels que nous représentons avaient besoin des clarifications sur ce partenariat. Tony Estanguet et Etienne Thobois ont su nous rassurer en nous confirmant, notamment, que le cadre de travail précédemment établi gardait toute son actualité.
Ils nous ont également affirmé que ce partenariat n’aurait aucun soutien commercial ou de communication de la part de Paris 2024 et l’ensemble de l’offre d’hébergement pour la population accréditée passera par l’hôtellerie traditionnelle du Plan d’Hébergement telle qu’il a été présenté pendant la phase de candidature
. »

Tony Estanguet, président de Paris 2024

« Je réaffirme notre volonté de nous appuyer fortement sur l’ensemble des acteurs de l’hôtellerie traditionnelle et en particulier sur les hôtels faisant partie du Plan d’Hébergement Officiel des Jeux de Paris 2024.
Depuis la candidature, nous avons pris des engagements importants et chiffrés avec les acteurs de l’hôtellerie-restauration, syndicats et partenaires du secteur, ces engagements ne changent pas. Nous travaillons ensemble pour faire de cet événement un succès qui marquera l’histoire de notre pays
. »

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire