50 ans de règne sans partage se sont achevés pour Pierre Bellon le 19 janvier 2016. Le fondateur marseillais de Sodexo, leader mondial de la restauration et des services, cédait ce jour là sa place de président du conseil d’administration à sa fille Sophie Bellon, entrée dans le groupe en 1994. Pierre Bellon et sa famille contrôlent, via Bellon SA, environ 38 % du capital et la majorité des droits de votes de Sodexo. Ce contrôle familial explique au moins en partie une stratégie assez atypique au sein des grandes entreprises qui ne jurent avant tout que par la spécialisation. Sodexo mène en effet de front des métiers (plus de 100 différents) à priori aussi éloignés entre eux que la restauration collective, la gestion de bases vie, les services de facilities management aux entreprises et aux institutions publiques, les services aux particuliers (aide à domicile, crèche, garde d'enfants), ou encore les avantages aux salariés (Pass repas, Pass cadeaux, Pass transports). La Bourse semble n'avoir rien à y redire. Et la fortune de la famille non plus. Photo : Philippe Castano

Toujours plus riches, nos très riches ! Leur pactole 2016 : 14,2 milliards d'euros. C'est 1,5 milliards de plus qu'en 2015. Une progression record (+ 12 %) ! Petit bémol, ils ne sont plus que 31 à se partager le magot dont 2 milliardaires seulement (Pierre Bellon et Louis Le Duff). Cinq d'entre eux sont sortis du Top 500 des fortunes professionnelles de France. Ils n'étaient plus assez riches !

Car pour figurer dans le classement "Challenges", vous devez désormais déclarer au minimum 100 millions d'euros d'actifs, 25 millions de plus que l'an dernier... Exit donc Régis Arnoux (CIS) et Alain Ducasse, par exemple, qui se contentaient respectivement de 85 et 82 millions d'euros.

Avec un tel ticket d'entrée, on comprend mieux que les primo-accédants ne soient que deux cette année. Et encore ! Jean-Pierre Bansard et la fratrie bretonne Gad-Lebrun auraient du déjà apparaître dans le Top 500 il y a quelques années si les limiers de Challenges les avaient repérés plus tôt.

Il semble donc de plus en plus difficile d'accéder dans le Challenges 500 lorsqu'on exerce dans l'Hébergement Restauration. De fait, la majeure partie des fortunes professionnelles se sont constituées avant les années 2000.

Difficile mais pas impossible. La décennie 2005 -2015 aura tout de même vu éclore 4 ou 5 nouveaux conquérants. A commencer par Louis Le Duff, champion mondial du café bakery à intégration verticale (ses 7 usines Bridor fournissent son parc), Olivier Sadran (Newrest) l'as de la restauration aérienne, Olivier Bertrand, héritier certes bien né mais qui a su bâtir un petit empire diversifié, de Lipp à Burger King, en multipliant les acquisitions. Ou encore Olivier Carvin (Maranatha), expert (comptable...) en investissement hôtelier innovant et défiscalisé, passé de 8 hôtels en 2008 à une soixantaine aujourd'hui.

Cette année encore, les fortunes françaises de la branche sont en partie déconnectées des performances du marché français. C'est le cas pour les quatre premiers richissimes, Pierre et Bernard Bellon, Louis Le Duff et Robert Zolade, et pour Olivier Sadran. Tout simplement en raison de l'internationalisation à marche forcée de leur groupe, à grand coup de rachats.

Que les candidats se rassurent ! Il reste possible de faire son beurre en France. En innovant et en s'endettant pour mettre la main sur de beaux actifs. Ce que font Olivier Carvin et Olivier Bertrand par exemple.

Les fortunes de la majorité de nos fortunés sont donc bien le fruit d'une aventure entrepreneuriale qui associe en particulier le sens de l'innovation et de l'anticipation, le goût Et la maîtrise du risque. Ajoutons-y deux caractéristiques plus humaines qu'économiques celles-ci : une grande ambition personnelle et une forte personnalité (frisant parfois le caractériel...)

logo-challenges

couv-challenges-fortunes-2016

Le classement 2016
en millions d’euros, extrait du classement
  • N°19 – Pierre Bellon et ses enfants – 3 850 M€ – Sodexo – Restauration et services
  • N°45 – Louis Le Duff – 1 700 M€ – Groupe Le Duff – Agroalimentaire et Restauration
  • N°77 – Robert Zolade – 920 M€ – Elior – Restauration sous contrat
  • N°92 – Bernard Bellon et sa famille – 730 M€ – Sodexo – Restauration et services
  • N°103 – Famille Desseigne-Barrière – 650 M€ – Groupe Lucien Barrière – Casino et Hôtellerie
  • N°125 – Pierre Esnée et sa famille – 550 M€ – SD2P – Hôtellerie
  • N°134 – Juliette Farines et sa famille – 500 M€ – GIE Privilège – Hôtellerie
  • N°134 – Didier Ferré et sa famille – 500 M€ – Ferré Hôtels – Hôtellerie
  • N°184 – Jean-Bernard et Céline Falco et famille – 385 M€ – Paris Inn Group – Hôtellerie
  • N°194 – Jean-Louis Costes – 350 M€ – JLC Hôtel Costes – Hôtellerie et Restauration
  • N°217 – Olivier Sadran – 320 M€ – Newrest – Restauration
  • N°230 – Stanislas Rollin et sa famille – 300 M€ – Boissée Finances – Hôtellerie
  • N°230 – Jean-Pierre Bansard – 300 M€ – Groupe Cible – Hôtellerie
  • N°230 – Jeanne Augier – 300 M€ – Negresco – Hôtellerie
  • N°259 – Olivier Bertrand – 280 M€ – Groupe Bertrand – Restauration
  • N°305 – Gilbert et Thierry Costes – 220 M€ – groupe Beaumarly – Restauration et Hôtellerie
  • N°323 – Gérard Pélisson – 210 M€- AccorHotels – Hôtellerie et services
  • N°326 – Serge Cachan et Frères – 200 M€ – Astotel – Hôtellerie
  • N°326 – Jean-Claude Lavorel et sa famille – 200 M€ – Les Clés du Luxe – Hôtellerie
  • N°326 – Jacques Gad et Françoise Roblin et famille – 200 M€ -Cofigar – Hôtellerie
  • N°326 – Paul Dubrule – 200 M€ – AccorHotels – Hôtellerie et services
  • N°363 – Olivier Carvin – 180 M€ – Groupe Maranatha – Hôtellerie
  • N°373 – Gérard Brémond– 170 M€ – Pierre & Vacances – Center Parcs
  • N°400 – Gérard, Christophe et Alexandre Joulie – 150 M€ – Groupe Joulie – Restauration
  • N°400 – Anne Jousse et famille Bessé – 150 M€ – groupe Bessé Signature – Hôtellerie
  • N°431 – Christophe Sauvage et Philippe Vaurs – 140 M€ – Elegancia Hotels – Hôtellerie
  • N°461 – Stéphane Teil et sa famille – 120 M€ – Paris Hôtels Charm – Hotellerie
  • N°461 – Alexandre Allard – 120 M€ – groupe Allard – Hôtellerie
  • N°483 – Guy Donat et sa famille – 110 M€ – Valotel France – Hôtellerie
  • N°483- Grégory Marciano, Hervé Louis et Adrien de Schompré – 110 M€ – Sushi Shop – Restauration
  • N°483- Jean-Claude Kindt et Hubert Verspieren – 110 M€ – SLIH – Hôtellerie
Les plus fortes progressions 2016…

24 de ces 31 richissimes ont vu leur fortune s’accroître entre 2015 et 2016. Les plus fortes progressions concernent Louis Le Duff (1 700 M€  vs 1 400 M€) Robert Zolade (920 M€ vs 590 M€), la famille Desseigne-Barrière (650 M€ vs 480 M€), Olivier Sadran (320 M€ vs 250 M€), Olivier Bertrand (280 M€  vs 210 M€), Jean-Claude Lavorel (200 M€ vs 150 M€), Gérard Brémont (170 M€ vs 125 M€) et la famille Joulie (150 M€ vs 100 M€).

… Et les reculs

6 des ces 31 grands fortunés, tous « Hôteliers », ont vu leur fortune diminuer en 2016 dans les chiffres de Challenges : Jean-Bernard et Céline Falco ( la valeur de leur groupe a légèrement diminué de 385 M€ à 380 M€ ), Stanislas Rollin (300 M€ vs 250 M€) Olivier Carvin (180 M€ vs 200 M€), Serge Cachan et ses frères (200 M€ vs 250 M€). Gérard Pélisson (210 M€ vs 290 M€) et Paul Dubrule (200 M€ vs 280 M€) enregistrent les deux plus forts reculs.

Précisions

Nous n’avons pas retenu dans ce classement les fortunes dont les activités de l’hôtellerie restauration ne constituent pas le principal actif du patrimoine professionnel. C’est le cas de Francis Holder (groupe Holder, agro-alimentaire, 360 M€) et de Hubert Guillard et sa famille (CHG Participations, Assurances et Hôtellerie, 350 M€). Non retenus également les fournisseurs de la branche comme Hugues Dewavrin et sa famille (Pomona, 420 M€) et Corinne Richard et sa famille (Café Richards, 330 M€).
Par ailleurs, pour la même raison, nous avons sorti du classement 2016 Martine Primat (Primland, 2 200 M€), classée l’an dernier en Hôtellerie auparavant dans les services pétroliers. La veuve du petit-fils du fondateur de la compagnie Schlumberger possède quatre très beaux domaines hôteliers dont Primland en Virginie (Etats-Unis) et Le Domaine des Etangs en Charente

Contestent l’évaluation de Challenges : Pierre Bellon, Pierre Esnée, Serge Cachan (Esnée et Cachan refusent également de figurer dans le classement)


Focus sur les trois nouveaux entrants 2016…

Source : HR-infos et magazine Challenges – N° 485 – 7 juillet au 24 août 2016

Jean-Pierre Bansard : spécialiste de l’immobilier logistique, propriétaire d’entrepôts à Orly-Rungis, il possède aussi six hôtels « city fashion hotels » (Le Colette et le Simone à Cannes, à Paris Le Placide, Le Marcel et l’Intercontinental Paris avenue Marceau et son restaurant M 64).

Jacques Gad et Françoise Roblin  : ces deux Bretons frère et soeuer possèdent ce groupe discret qui compte une dizaine d’hôtels parisiens et suisses, franchisés AccorHotels

Alexandre Allard : le créateur de Consodata, revendu, a aidé au rachat par le Qatar de l’hôtel Royal Monceau pour 90 millions d’euros. Il possède aussi des propriétés aux Antilles et au Brésil

… Et sur les six sortants de 2015
(Classement et fortune en 2015)
N° 35 – Martine Primat et sa famille – 2 000 M€ – Primland – Hôtellerie et services pétroliers
N°401 – Patrice Fabre et sa famille – 130 M€ – Karibea – Hôtellerie
N°426 – Jean-Luc Binet et sa famille – 120 M€ – Hôtels Maurice Hurand – Hôtellerie
N° 450 – Hugues et Loïc Giroud – 110 M€ – Sogepar – Hôtellerie
N°495 – Régis Arnoux et sa famille – 85 M€ – Catering International- Hôtellerie et services
N°500 – Alain Ducasse – 82 M€ – Alain Ducasse- Restauration

Méthodologie

  •   Par fortunes, Challenges entend « fortunes professionnelles ». Calculées, pour les sociétés cotées, à partir des cours de bourse multipliés par le nombre d’actions détenues, et pour les sociétés non cotées, à partir de leurs chiffres d’affaires, résultats et actifs nets
  •   Les estimations sont soumises aux intéressés, selon une procédure contradictoire qui permet de les corriger ou de les contester publiquement.
  • Sont exclus des chiffrages les biens immobiliers détenus à titre personnel, les oeuvres d’art et les signes extérieurs de richesse.

Enquête : magazine Challenges
Texte : Jean-François Vuillerme, avec le magazine Challenges pour les « Focus »


 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire