Le logo d'Availpro. Cette SA a été créée en 2001. Selon le site verif, elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 12,546 millions d'Euros, en progression de + 13,6. % Son bénéfice net a atteint 720,9 K EUR (892 k EUR en 2015). Availpro a connu une très forte croissance depuis 2010 grâce à ses ouvertures en Espagne et au Portugal notamment et à des gains de parts de marché en France, son chiffre d'affaires cette année atteignait 3,517 M EUR.

Le groupe hôtelier a annoncé le 5 avril l'acquisition de la SA Availpro, spécialiste des solutions de réservations en ligne pour hôteliers, pour un montant non dévoilé.

Créé en 2001, Availpro est présenté comme "leader en France et parmi les principaux fournisseurs européens de solutions digitales, avec plus de 6 500 établissements clients", explique AccorHotels dans un communiqué. Parmi les clients d'Availpro (cités sur son site internet), des hôtels indépendants, des chaînes de taille moyenne comme Elegancia, Oceania, Maranatha, Honotel Hotels Paris Rive Gauche (HPRG), ainsi que des résidences de tourisme et villages vacances (Lagrange, Pierre & Vacances, Belambra...)

Cette acquisition complète celle de Fastbooking en 2015. Devenue "le pilier de la digital factory du groupe", cette filiale "accompagne aujourd'hui plus de 4.000 clients dans le monde pour développer leurs ventes directes et a connecté plus de 2 000 hôtels indépendants à la place de marché AccorHotels.com", déclare AccoHotels.

Avec "la consolidation de ces deux grands acteurs", AccorHotels revendique le statut de "leader européen des services digitaux pour l'hôtellerie indépendante, classé au troisième rang mondial de son secteur", derrière les Américains Sabre et TravelClick.

"Ce rapprochement permettra aux hôteliers, de plus en plus demandeurs de solutions d'aide à la décision, d'accéder à un ensemble d'outils de pilotage et de services d'accompagnement permettant d'optimiser leur distribution en ligne et d'accroitre leur chiffre d'affaires", affirme le groupe. (avec AFP).

Des coopérations technologiques et commerciales mais non une fusion sont envisagées entre les deux sociétés. Availpro est très présent notamment en Espagne et au Portugal, tandis que Fastbooking est actif sur les marchés britanniques et asiatiques.

Le site internet d’Availpro

Inquiet des conséquences du rachat, le Groupement National des Indépendants (GNI) saisit l’Etat

Selon l’organisation professionnelle, le rachat d’Availpro par AccorHotels a suscité l’émoi chez les hôteliers indépendants, qui craignent « qu’AccorHotels ne dispose ainsi d’informations stratégiques et confidentielles de nature à leur porter directement concurrence. » Des informations en particulier sur l’état des disponibilités dans ces établissement indépendants, les tarifs et les prix qu’ils pratiquent sur leurs canaux de vente en ligne, l’historique de leurs positions tarifaires, et plus globalement leur stratégie commerciale en cours.

Le GNI a indiqué avoir saisi la ministre de tutelle Martine Pinville, la Secrétaire d’État, chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire, pour qu’elle saisisse à son tour l’Autorité de la Concurrence.

Le GNI souhaite que des garanties fiables soient apportés aux hôteliers, compte tenu de l’expertise d’Availpro en matière d’optimisation des canaux de distribution en ligne et de ses parts de marché (estimé entre 30 % et 40 % selon le GNI), ces garanties

Pour le GNI, de telles données stratégiques et confidentielles, si elles étaient utilisées par AccorHotels, « pourrait directement porter concurrence aux hôteliers indépendants ». Cette situation, poursuit le GNI, constitue au regard de nos hôteliers comme de notre organisation professionnelle une menace véritable et directe pour la concurrence, obligatoire dans le marché de l’hôtellerie ».

Pour Didier Chenet, président du GNI, « il faut impérativement et immédiatement garantir aux hôteliers indépendants un marché concurrentiel. Il faut exiger d’AccorHotels des garanties sérieuses et vérifiables de son engagement à ne jamais prendre connaissance de ces informations et surtout à n’en jamais faire usage. Souvenons-nous de la condamnation prononcée par le Conseil de la Concurrence (devenu l’Autorité de la concurrence) à l’encontre des palaces parisiens au motif que les informations confidentielles qu’ils échangeaient entre eux faussaient la concurrence par la transparence artificielle du marché qu’elle provoquait. Nous exigeons donc la même rigueur à l’encontre d’AccorHotels! »

logo hr-infos

Ce n’est que notre analyse (mais on le partage)

A questions pressantes, réponses urgentes

Entre AccorHotels et l’hôtellerie « indépendante », les passerelles ont toujours existé. C’est en effet dans le vivier des établissements (et des entrepreneurs !) indépendants que le groupe a puisé une bonne partie de ses franchisés. Cette nouvelle initiative du leader européen vers le marché des indépendants suscite pourtant de légitimes interrogations.

Le groupe, grâce à la technologie de Fastbooking, avait déjà lancé en 2015 une place de marché qui référence aujourd’hui plus de 2 000 hôteliers indépendants en majorité français, 2 500 autres s’apprêtant à le rejoindre. Le leader européen argue de la puissance de son réseau mondial (45 millions de clients référencés) et d’un taux de commission « très inférieur » (sic) à celui des autres distributeurs en ligne. Déjà, sur des nombreuses grandes destinations, à commencer par Paris, l’offre d’hôtels « sélectionnés par AccorHotels » est numériquement supérieure à celle des marques du groupe.

Une place de marché qui distribue à la fois ses propre produits et ceux de ses concurrents, voilà déjà qui est  plutôt atypique et en tout cas inédit dans le secteur hôtelier. Mais rien n’interdit d’innover. Ce mode de distribution n’est d’ailleurs pas illégitime en soi s’il s’exerce loyalement et en toute clarté.

La marketplace AccorHotels est en tout cas, d’ors et déjà, un succès de recrutement. Mais que pèse-t-elle, en revanche, en terme d’apport de business pour le groupe, de clients et de rentabilité pour les hôtels indépendants référencés ? Aucune donnée économique, à notre connaissance, n’a été communiquée à ce jour. AccorHotels, étant coté, pourrait y être contraint. Ce sera ce bilan là et lui seul qui permettra d’apprécier la pertinence de ce nouveau modèle tant pour le groupe hôtelier que pour ses « clients » indépendants.

Par l’addition des hôtels indépendants présents sur sa place de marché et de son réseau propre (1 633 hôtels dont 1 088 franchisés, 147 289 chambres à fin 2016) qui pèse déjà environ 11,8 % du parc d’hôtels classés français et 25,8 % du parc de chambres, le groupe hôtelier distribue désormais plus d’1 hôtel français classé sur 3 et près de 4 chambres sur 10.

Avec le rachat d’Availpro, le groupe franchit maintenant un nouveau pallier. En mettant la main sur un fournisseur stratégique des hôteliers indépendants et leader sur ce segment, AccorHotels va être en lien direct ou indirect avec plus de 50 % du parc hôtelier français et pourrait être en mesure techniquement d’obtenir des informations stratégiques sur ses clients qui sont aussi ses concurrents. Une telle part du marché et une connaissance aussi intime de ses acteurs et compétiteurs, deux cas uniques sur le marché mondial, pose évidemment questions.

Cette concentration de fait est-elle compatible avec une libre concurrence entre hôtels ? A l’Autorité de la Concurrence de dire quels sont les prérequis pour qu’elle s’exerce loyalement. Au groupe hôtelier lui-même d’être transparent sur les garanties qu’il apporte aux établissements indépendants qu’il référence, distribue et désormais équipe.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire