Selon le procureur général de Washington, en n'étant pas clair sur les frais qu'il prélève, Marriott empêche les consommateurs «de comparer le prix réel d'une chambre dans un hôtel Marriott avec celui offert par les concurrents». Outre des dommages et intérêts, Karl Racine voudrait que la justice demande à Marriott d'être plus «transparent» sur ses prix, notamment au moment de la réservation.

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour le leader mondial de l'hôtellerie (classement 2019 MKG en nombre de chambres). Karl A. Racine, le procureur général de la ville de Washington (Etats-Unis), a déposé plainte mardi 9 juillet contre Marriott International qu'il accuse de dissimuler le prix réel de leurs chambres aux clients et de prélever des frais indus pour doper leurs profits.

Les procureurs généraux de cinquante Etats américains et le district de Columbia mènent une enquête sur les pratiques de tarification de l’industrie hôtelière, précise le procureur dans le communiqué annonçant le lancement des poursuites.

Selon le procureur, la chaîne hôtelière mettrait en avant sur ses sites de distribution un prix très différent de celui acquitté au moment de finaliser sa réservation.

Karl Racine affirme que les hôtels Marriott font payer au client des frais «obligatoires» baptisés «resorts fees» ou «destination fees». Ils correspondent à des services de base (wi-fi, salle de sport...) disponibles sur les sites. Or ces frais sont englobés dans la rubrique «taxes» dont il doit s'acquitter.

Le procureur cite dans son communiqué l'exemple d'une chambre d'hôtel à Las Vegas présentée à 219 dollars qui sera en réalité facturée 249 dollars, soit 30 dollars de plus que le prix annoncé à l’origine par Marriott.

"Marriott, explique Karl Racine, a ensuite qualifié à tort les frais supplémentaires par nuit de «taxes et frais», omettant une explication complète sur les frais. Ce n’est qu’en lisant les petits caractères que les clients apprennent que seulement 33,32 dollars des frais sont réellement des taxes et des frais gouvernementaux, tandis que les 30 dollars restants constituent des «frais d’agrément de destination».

«Au moins 189 propriétés Marriott à travers le monde prélèvent ces frais cachés, qui vont de 9 à 95 dollars par chambre et par jour», assure le procureur dans sa plainte. «Les pratiques déloyales, fallacieuses et trompeuses de Marriott et le fait qu'il n'ait pas dévoilé ces frais ont affecté les consommateurs», fustige Karl Racine.

Jugeant que la chaîne hôtelière «a récolté des centaines de millions de dollars en bénéfices en trompant les consommateurs sur le véritable prix de ses chambres d'hôtel», Karl Racine demande des compensations financières pour des «dizaines de milliers» de résidents affectés de sa région.

Contactés par l'AFP, les hôtels Marriott, dont la politique de prix, comme celle de leurs concurrents, est dans le viseur des Etats américains, ont indiqué qu'ils ne commentaient les procédures judiciaires en cours. «Nous allons poursuivre les discussions avec les autres Etats», a déclaré par courriel à l'AFP un porte-parole. (d'après communiqué AFP)

Le communiqué du procureur « AG Racine Sues Marriott for Charging Deceptive Resort Fees and Misleading Tens of Thousands of District Consumers»

Marriott encourt une amende de 111 millions d’euros au Royaume-Uni pour le piratage de la base de données de Starwood

Marriott International a annoncé le 9 juillet encourir une amende de 124 millions de dollars (111 millions d’euros) de la part de l’organe britannique de protection des données pour le piratage de la base de données de sa chaîne d’hôtels Starwood.

En novembre, le groupe a révélé que le système de réservations de Starwood avait fait l’objet d’une intrusion depuis 2014, un piratage dont jusqu’à 383 millions de personnes pourraient avoir été victimes. Marriott a assuré avoir pris des mesures pour y mettre fin.

“Nous sommes déçus de cette notification d’intention de l’Information Commissioner’s Office (ICO), que nous contesterons”, a déclaré le directeur général de Marriott, Arne Sorenson, cité dans un communiqué.

Cette amende est l’une des plus importantes recommandées à ce jour par l’ICO.

Lundi, l’ICO avait déjà annoncé vouloir infliger une amende de 183,4 millions de livres (201,6 millions d’euros) à IAG , maison mère de British Airways, pour le vol de données sur le site internet de la compagnie aérienne.

Depuis mars 2019, au moins cinq Etats américains enquêtent également sur le piratage dont ont été victimes les hôtels Starwood, ce qui expose le groupe à des amendes potentiellement importantes (source Reuters). (lire notre article complet « Le piratage des données Starwood pourrait impacter 500 millions de clients)

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire