Photo : Dzianis Rakhuba

L'innovation ne semble pas perçue comme un avantage compétitif dans les Hôtels Cafés Restaurants. L'Hébergement Restauration figure, en effet, avec le Transport et la Construction parmi les secteurs marchands comptant le moins de sociétés innovantes. Moins d'1 sur 2 (45 %) employant au moins 10 salariés déclare innover contre 71 % parmi les entreprises d'Information-Communication et 59 % au sein des Industries manufacturières ou extractives.

Plus parlant encore, seulement 6 % des sociétés d'Hébergement ou de Restauration lancent des produits innovants sur le marché contre 21 % dans l'Industrie et 37 % dans l'Information-Communication.

L'Hébergement Restauration, au regard de l'innovation, apparait également défavorisé. Seulement 14 % de ses sociétés innovantes reçoivent un soutien financier public alors que 64 % des sociétés d'information et communication bénéficient d'une exonération fiscale ou sociale ou du crédit d'impôt recherche.

Son isolement est également patent en matière de mutualisation de l'effort d'innovation. Quand un tiers des sociétés innovantes, tout secteur confondu, coopèrent pour innover, elles ne sont que 19 % à le faire dans l'Hébergement Restauration.

L'innovation constitue un atout majeur pour les entreprises, en particulier celles exportant. Et contrairement à une affirmation courante, les grandes sociétés innovent davantage que les petites. Or les sociétés françaises d'Hébergement Restauration exportent peu et une majorité d'entre elles sont de petite taille (moins de 10 salariés).

Ce modeste pourcentage de sociétés innovantes dans le secteur s'expliquerait bien davantage par des perceptions de marché que par des obstacles insurmontables. En effet 93 % des sociétés du secteur interrogées déclarent n'avoir aucune nécessité d'innover, alors que 7 % invoquent des obstacles trop importants.

La majorité des sociétés de l'Hébergement Restauration qui n'innovent pas considéreraient qu'il n'est pas nécessaire de le faire, la demande des clients pour l'innovation étant faible. Un raisonnement qui semble risqué et conservateur. L'innovation est en effet un facteur clef de la compétitivité et de la croissance. Raison pour laquelle les sociétés exportatrices innovent plus que les autres.

Cette recherche sur l'innovation a été réalisée à la demande de l'Union européenne par l'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) et ses homologues européens. Elle porte spécifiquement sur la période 2012-2014 et sur les sociétés du secteur marchand comptant au moins 10 salariés. Une étude similaire portait sur la période 2010-2012. La proportion de sociétés innovantes a globalement augmenté entre les deux périodes (la comparaison n'est pas fournie pour le secteur Hébergement Restauration).

Le pourcentage de sociétés innovantes par secteur

Lecture : 45 % de l’ensemble des sociétés de 10 salariés et plus de la branche Hébergement et Restauration ont innové entre 2012 et 2014. 6 % des sociétés de la branche ont développé des produits nouveaux sur le marché.
Source : Insee, enquête Innovation (CIS) 2014.

Le type d’innovation engagé par les sociétés innovantes


Lecture : Parmi les 45 % de sociétés de 10 salariés et plus de la branche Hébergement et Restauration qui ont innové, 23 % ont innové dans les produits, 17 % ont innové dans les procédés, 25 % dans l’organisation et 32 % dans le marketing
Source : Insee, enquête Innovation (CIS) 2014.

Le soutien financier public pour les activités d’innovation

Lecture : 14 % des sociétés d’Hébergement Restauration technologiquement innovantes ont bénéficié d’un financement public quelqu’il soit. Elles sont 5 % à avoir bénéficié du CIR ou d’une exonération fiscale ou sociale (3 + 2). Elles sont 11 % à avoir bénéficié d’une subvention, d’un prêt ou d’une avance ou garantie de prêt (2 + 9)
Source : Insee, enquête Innovation (CIS) 2014.

Définitions de l’innovation (Insee)

Une société est innovante (au sens large) lorsqu’elle introduit une innovation dans au moins une des quatre catégories d’innovation possibles (produits, procédés, organisation, marketing) ou lorsqu’elle s’engage dans des activités d’innovation en produits ou en procédés.
Une société peut combiner plusieurs catégories d’innovation.
L’innovation au sens large se décompose en innovation technologique et innovation non technologique.
L’innovation technologique correspond à une innovation ou à des activités d’innovation en produits (biens ou prestations de services) ou en procédés.
L’innovation non technologique correspond à une innovation en organisation ou en marketing.
Les activités d’innovation n’aboutissent pas nécessairement à une innovation.
Elles incluent l’acquisition de machines, d’équipements, de bâtiments, de logiciels et de licences, les travaux d’ingénierie et de développement, le design industriel, la formation et le marketing s’ils sont entrepris
spécifiquement pour développer ou mettre en oeuvre une innovation de produit ou de procédé.
Elles incluent également tous types d’activités de recherche et développement.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire