Angers est l'une des villes de France qui performe le plus en 2019, selon l'Observatoire Umih-GNC-Olakala. Avec un taux d'occupation en progression de 4,7 points sur les neuf premiers mois, à 65,7%, un prix moyen en hausse de 3,7 % à 63 euros, et par conséquent une croissance de 11,7 % de son RevPar à 41,4 euros. Ici une vue de la façade Hôtel D'Anjou Best Western Plus, classé numéro de la ville par TripAdvisor pour son rapport qualité-prix. Photo : Dorine Duval.

Les prix hôteliers se maintiennent sur les neuf premiers mois de l'année, avec une progression moyenne atteignant 2 %, selon les baromètres Umih-GNC-Olakala et In Extenso. Mais la fréquentation des hôtels stagne et recule même sur les deux premières destinations françaises, Paris et l'Ile-de-France, selon ces mêmes indicateurs et selon l'Insee, dont le panel d'études est plus important.

La fréquentation des hôtels ne doit qu'à la progression de la clientèle française de ne pas chuter et de rester quasi stable (+0,3 %). Exprimées en nuitées, l'occupation augmente de 3,7 % pour les résidents (42,18 millions de nuitées) alors qu'elle recule de 4,7 % pour les non-résidents (26,51 millions de nuitées), en raison de la baisse constatée sur Paris et l'Ile de France (-5,6%). Petite consolation, le nombre de nuitées de la clientèle domestique augmente fortement dans les hôtels classés 4 ou 5 étoiles (+8,9 %), et ne recule que de 1,1 % chez les internationaux.

Globalement, selon l'Institut national de la statistique, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques (hôtels + campings + résidences de tourisme...) s'accroit de 1,3 % par rapport au troisième trimestre 2018, mais à un rythme plus modéré qu’au deuxième trimestre 2019 (+3,8 % sur un an). La croissance est tirée par la clientèle intérieure (+3,0 %), alors que la fréquentation des visiteurs internationaux est en retrait (-2,2 %), essentiellement dans les hôtels et principalement en Île-de-France.

Le gouvernement était donc fondé à réviser à la baisse son objectif de visiteurs internationaux, désormais fixé à 91 millions au lieu de 94 initialement, soit une progression de +1,9 % par rapport au score de 2018 (89,3 millions).

Rien n'indique que cet objectif sera tenu, compte tenu des nouveaux reculs enregistrés au 3ème trimestre et des grèves nationales annoncées à partir du 5 décembre. Elles vont sans nul doute occasionner d'importantes perturbations dans les transports nationaux et internationaux. De même, il est désormais impossible, à fin septembre, de pronostiquer une progression globale du marché hôtelier en 2019.

Un bilan encore globalement bien orienté en cumul janvier- septembre 2019 selon l’observatoire In Extenso

Source : In Extenso TCH

Définitions
TO = Taux d’Occupation
Prix Moyen (ou RMC) = Recette Moyenne par Chambre louée (recettes d’hébergement hors petit déjeuner et autres prestations)
RevPAR = Revenu moyen par chambre disponible
Les statistiques portent exclusivement sur les recettes d’hébergement

L’activité des chaînes hôtelières résistante de janvier à septembre 2019

Source : Olakala Destination –

Des nuitées en progression de 1,3 % entre juillet et septembre après une baisse de 2,6 % de janvier à mars et une hausse de 3,8 % entre avril et juin et une hausse de selon l’Insee

  • données provisoires
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

 

Observatoire-mensuel-des-performances-htelires-UMIH-GNC_092019
IR TOURISME T3_

 

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire