Dans la dernière vague des redressements judiciaires prononcées à l'encontre des sociétés finançant les acquisitions d'hôtels pour le compte du groupe Maranatha, celles de janvier 2018 concernaient en particulier l'hôtel Royal Saint-Honoré à Paris (4* de 72 chambres), qui appartenait au groupe Hôtels du Roy (6 établissements) racheté en 2015 pour 360 millions d'euros, avec le concours de 1200 épargnants et du fonds d’investissement Koweitien Cale street Partners.

D'un côté, des créations d'entreprise qui grimpent en flèche (31 000 l'an dernier et 8 500 de plus au premier trimestre 2018). De l'autre, des défaillances qui poursuivent leur reflux (7 500 en 2017). Ces deux statistiques sectorielles démontrent le dynamisme et la (relative) solidité de la branche.

En observant de plus près les défaillances enregistrées au premier trimestre de cette année (selon les données publiées le 20 avril par le cabinet Altarès), on se réjouit de constater que cette décrue bénéficie à tous les secteurs sans exception.

A commencer par celui de l'Hébergement fort malmené au quatrième trimestre 2017 (209 décisions de justice) en raison d'une cascade de redressement judiciaire au sein des structures de financement des hôtels du groupe Maranatha. Trois mois, avec seulement 111 défaillances (dont 62 liquidations) enregistrées entre janvier et mars 2018, le secteur arrive à reculer de 15,9 % son précédent plancher bas trimestriel, qu'il avait atteint au premier trimestre 2017 (132 défaillances).

L'autre bonne nouvelle, c'est aussi le très net recul des défaillances dans la restauration traditionnelle, tombé au seuil des 900 procédures (- 10 %) après avoir dépassé 1 200 dépôts de bilan début 2015.

Source des tableaux : étude Altarès
Légende : O ouverture d’une procédure de sauvegarde ; RJ Redressement Judiciaire : LJ liquidation Judiciaire

L’évolution des défaillances aux 1ers trimestres 2018 et 2017 dans le secteur des Cafés Hôtels Restaurant

L’évolution des défaillances en 2016 et 2017 dans le secteur des Cafés Hôtels Restaurant

Les défaillances aux 4 ème trimestres depuis 2015

Des données réputées fiables et exhaustives provenant des sources judiciaires

Altarès comptabilise à la fois l’ensemble des entités légales disposant d’un numéro Siren (entreprises individuelles, professions libérales, sociétés, associations) et l’ensemble de celles ayant fait l’objet d’un jugement d’ouverture de procédure prononcé par un Tribunal de Commerce ou de Grande Instance.
Altares collecte par ailleurs l’ensemble des jugements auprès des greffes des Tribunaux de Commerce ou des Tribunaux d’Instance.
Altares est également licencié officiel du B.O.D.A.C.C.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire