Areas regroupe les activités de concession d'Elior Group. En particulier la restauration dans les gares, aérogares, aires d'autoroutes et établissements publics culturels, comme ici en photo, le musée d'Orsay à Paris. Ces activités représentent 28 % du chiffre d'affaires de son exercice 2017-2018 (1,832 Md€) et 36,3 % de son Ebita retraité (105 M€).

Selon l'agence Reuters (dépêche du 19 décembre), le groupe Elior espère récupérer plus d’un milliard d’euros de la vente de sa division Areas, numéro trois mondial de la restauration de concession, derrière Compass et Sodexo.

D'après l'une des sources interrogées par Reuters, le processus de cession serait à un “stade très avancé”, au point que "le groupe serait bientôt susceptible d’engager des négociations exclusives avec un acheteur potentiel, vraisemblablement un fonds d’investissement."

Une autre source précisait qu’Elior espérait obtenir 1,3 milliard d’euros de la vente d’Areas qui, avec un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros, a représenté 28 % des ventes totales d’Elior sur l’exercice 2017-2018.

Areas susciterait l'intérêt d'industriels de la restauration de concession, parmi lesquels Autogrill et Cremonini. Le groupe français Lagardère, pour sa part, a fait savoir le 20 décembre qu'il n'était pas intéressé.

A ce stade, il est prématuré d'affirmer qu'Elior Group a définitivement abandonné la piste d'une introduction en Bourse d'Areas. Le groupe refuse de commenter le dossier mais avait indiqué le 4 décembre, lors de la présentation de ses résultats annuels, qu'il prendrait une décision au cours du premier semestre 2019.

Le 13 novembre dernier, Elior Group avait annoncé étudier l'hypothèse d'une scission de sa filiale Areas, numéro trois mondial de la restauration de concession. Une annonce qui faisait bondir un cours de Bourse plombé depuis le début de 2018 par des avertissements sur résultats à répétition.

La séparation de ces deux métiers pourrait accélérer leur expansion respective, leur offrir des ressources adéquates et leur donner davantage de valeur. C'est du moins l'hypothèse qu'Elior Group veut vérifier et valider.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire