TVA : la baisse des prix baisse …

-0,2 % : c’est le taux de baisse des prix dans les cafés et restaurants en août.

Ecouter les réactions d’Hervé Novelli et des syndicats professionnels

En août, et pour le deuxième mois consécutif, les prix ont continué de baisser dans les cafés et restaurants selon l’indice Insee. Mais à un rythme nettement plus ralenti qu’en juillet. Analyse et réactions.

DERNIER BILAN (FIN AOUT) SELON l’INSEE

– en août, les prix dans la restauration ont reculé de 0,2 %, après avoir reculé de 1,3 % en juillet, soit une baisse cumulée sur 2 mois de 1,5 %. 1 an plus tôt (août 2008) leurs prix avaient augmenté de 0,2 %. Sur une durée de 12 mois (août 2009-2008), leurs prix ont également baissé de 0,2 %.

-en août, les prix dans les cafés ont baissé de 0,1 %, après avoir reculé de 0,7 % en juillet, soit une baisse cumulée de 0,8 % sur 2 mois. 1 an plus tôt (août 2008), leur prix avait augmenté de 0,1 %. Sur une durée de 12 mois (août 2009-2008) , leurs prix ont également augmenté de 0,1 %.

– si l’on regroupe les prix des cafés et des restaurants en pondérant leur part respective, leur prix ont reculé de 0,2 % en août et de 0,1 % sur 12 mois.

en cumul juillet et août, la baisse des prix dans les cafés et les restaurants atteint 1,4 %.

————————


Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)

Encore loin du compte et des bons comptes!

Un bon moyen d’attraper une migraine est de se plonger dans les résultats des deux enquêtes sur les prix en restauration, pourtant les deux seules fiables et dignes de foi à ce jour ( DGCCRF et Insee).

Que peut-on en conclure de sûr ? Que les prix tendent bien à baisser depuis l’entrée en vigueur du taux à 5,5 %. Mais que cette baisse reste très en deçà même de la moitié de la part du différentiel de taux TVA que le contrat d’avenir prévoit de consacrer à la baisse des prix. Au contrat, c’est – 4 %. Au constat, c’est – 1,4 %. Sur 2 mois certes ! La différence est donc pour l’instant passée dans les marges.

Créer un outil statistique grâce au fonds de modernisation

De ce taux même de 4 % de baisse, il pourrait d’ailleurs être débattu : est-il suffisant pour que les consommateurs perçoivent cette baisse et l’apprécient ? D’autres que nous l’ont déjà tranché, ce débat : ces restaurateurs ayant baissé la totalité de leur carte (hors alcool) de 11,8 % et qui l’ont fait clairement savoir.

Nous nous bornerons, de nouveau, à plaider pour la mise en place d’un outil de mesure fiable, puissant et indépendant. Qui mesure à la fois les niveaux de baisses sur les cartes (en les croisant avec les ventes réalisées) et la proportion d’établissements qui baissent un peu, beaucoup et pas du tout.

Notons qu’un tel instrument existe depuis quelques années pour mesurer les prix dans la grande distribution. Quand des experts et des journalistes spécialisés se sont aperçus que l’indice Insee ne rendait pas compte de « l’inflation masquée ».

Le financement de ce nouvel indice serait assuré par le fonds de modernisation de la restauration. Il faudrait faire vite !

Jean-François Vuillerme

————-
Interviews : Solenne Le Hen
———

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique