Semestre noir pour l'emploi

L’hébergement restauration a perdu 15 600 d’emplois sur les six premiers mois de 2009 et n’en a pas créé en 2008. Recul jamais vu depuis 15 ans qui traduit aussi une dimension sociale dans la crise que traverse la branche. Revue de détail sur les chiffres clefs de l’emploi dans la branche, souvent méconnus.

BILAN 2008, PREMIERS BILANS 2009

Fin juin 2009, l’hébergement restauration comptait 898 100 emplois salariés occupés, soit une baisse de 1,7 % de son effectif sur 1 an (en données corrigées des variations saisonnières). La branche a perdu 8 000 emplois au premier trimestre et encore 9 600 au deuxième trimestre. Elle est ainsi repassée sous le seuil symbolique des 900 000 salariés qu’elle avait franchi fin 2006.

L’année 2008 avait déjà marqué un repli. Fin décembre, elle comptait 915 600 postes contre 917 400 (- 0,2 %) un an plus tôt. Les 8 200 créations observées au 4 ème trimestre 2008 (+ 8 200) ont été annulées par les 10 000 disparitions observées sur les 3 autres trimestres, le 3 ème trimestre à lui seul (couvrant la saison estivale) ayant enregistré 6 300 postes en moins.

Note : depuis 2008 et l’entrée en vigueur des nouveaux codes NAF et APE, le terme « hébergement » remplace le terme « hôtellerie ». Les études statistiques antérieures à 2008 utilisent donc le terme « hôtellerie ».

————

L’EMPLOI : REVELATIONS ET CONFIRMATIONS

Le premier employeur des services aux particuliers

– Les 865 000 actifs occupés en 2007 dans l’hôtellerie restauration représentent 39,5 % des effectifs de ce secteur des services, dans lequel les HCR sont statistiquement regroupés (avec les activités récréatives et culturelles, et les services personnels et domestiques).

Les HCR pèsent 3,4 % de l’ensemble de la population active occupée (25,628 millions de personnes en 2007).

Une petite majorité de femmes !

– Elles représentent 50,5 % des actifs de l’hôtellerie restauration. 46,9 % sur l’ensemble des secteurs économiques. Et 54,7 % sur le secteur des services aux particuliers.

Une population nettement plus jeune

32,4 % des actifs de la branche ont moins de 30 ans, ils sont seulement 20 % dans l’économie française dans cette tranche d’âge et 26 % dans les SAP. On dénombre par ailleurs 45,9 % de 30-49 ans (ils sont 54,7 % dans l’économie globale et « seulement » 21,8 % à avoir plus de 50 ans, contre 25,3 et 25,7 % respectivement dans l’économie globale et dans les SAP.

16 % de non salariés

– La branche compte 702 000 salariés (81,1% du total) et 163 000 non salariés (18,9 %), dont 94 000 hommes. Par comparaison, l’économie française dans son ensemble compte 10,8 % de non salariés, et les services aux particuliers 16,2 %.

11 % d’actifs étrangers

– Ils étaient environ 99 000, dont 53 000 hommes, à être employés en 2007, soit 11,4 % de la population active occupée dans la branche. Les actifs étrangers représentent 4,9 % de l’ensemble de la population active dans l’économie française, et 11 % dans les services aux particuliers.

Beaucoup de patrons mais peu de cadres

– L’une des grandes spécificités du secteur. 18,8 % des actifs des HCR (163 000 personnes) sont des commerçants, artisans et chefs d’entreprise. Mais seulement 4,6 % (39 000) sont des cadres. A contrario, dans l’ensemble de l’économie française, on recense davantage de cadres 15,6 % (9 % également dans les services aux particuliers) que de patrons ( 6,2 %).

Deux tiers d’agents d’exécutions

– Les HCR comptent 11,5 % d’actifs en professions intermédiaires, soit un pourcentage deux fois moindre que dans l’ensemble de l’économie française (ils sont 23,6 %). A contrario, près d’1 actif sur 2 (47,9 %) est un employé (contre 29,7 % dans l’économie) et près d’1 actif sur 5 (17,8 %) est un ouvrier (22,8 % sur l’ensemble des secteurs).

Une durée hebdomadaire de travail élevée

– Elle est de 41,8 heures par semaine, contre 37,9 heures pour l’ensemble des secteurs économiques et contre 37 heures pour les SAP.

Les salariés de la branche travaillent en moyenne 36,4 heures par semaine, les non salariés 64,7 heures. Par comparaison, les salariés des SAP travaillent 35,7 heures et les non salariés 50 heures.

Les non salariés hommes de la branche culminent à 65,8 heures par semaine, et les non salariées femmes à 63,1 heures.

Mais 1 actif sur 4 à temps partiel

– 24,6 % des actifs des HCR travaillent à temps partiel, contre 4,2 % dans l’ensemble de l’économie, mais 36,7 % dans les SAP. On notera que 34 % des femmes travaillent à temps partiel contre 15 % chez les hommes.

– Le taux d’actifs à temps partiel passe à 31,3 % dans les entreprises comptant 10 salariés et +, contre 15,6% pour l’ensemble de l’économie française (données 2ème trimestre 2009)

1 contrat sur 10 en CDD

10,5 % de salariés de la branche en CDD dans les entreprises de plus de 10 salariés (7,2 % sur l’ensemble de l’économie française).

2 sur 3 dans les TPE

62,9 % des actifs occupés travaillent dans entreprises comptant moins de 20 salariés, contre 36,3 % dans l’ensemble de l’économie française.

44,1% travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés (24,4 % dans le reste de l’économie française.

(Données 2007, sauf indications contraires)
—————–

Sources : Dares, Insee, Unistatis (Unedic)
Texte : Jean-François Vuillerme

—————

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique