Les nouvelles promesses du contrat d'avenir

Frédéric Lefebvre entouré des présidents de syndicats. Ici, de gauche à droite, Laurent Caraux (SNRTC), Roland Heguy (Umih) et Didier Chenet (Synhorcat).

{{Ecouter notre reportage lors de la signature de l’avenant}}

Deux ans jour pour jour après sa signature, Frédéric Lefebvre donne un nouvel élan au Contrat d’Avenir. L’avenant signé par le secrétaire d’Etat chargé de la Branche et les neuf syndicats patronaux de la restauration vise en particulier la création de 80 0000 emplois d’ici 2015 et une forte augmentation des investissements de modernisation. Ecoutez notre reportage.

Dernière minute

Nouvelle grille de salaires en vigueur au 1er mai 2011

Le gouvernement a publié le 28 avril au Journal Officiel un arrêté d’extension de l’accord formant avenant à la convention collective des HCR signé le 12 janvier dernier entre Fagiht/Synhorcat et les 5 syndicats de salariés (CFTC, CFDT, CGC, CGT, FO. Il entérine en particulier le principe d’un salaire minimum de branche supérieur de 1 % au Smic de droit commun.
Aucune des organisations non signataires n’ayant prononcé d’opposition, cet accord a donc pu être étendu.
Réécouter et relire notre article sur l’accord dans sa phase de négociation
—————-

{{Le texte de l’avenant}}

Les 4 grands engagements de l’avenant

– 1. La profession s’engage à créer en moyenne au moins 20 000 nouveaux emplois chaque année, soit 80 000 nouveaux emplois d’ici au 1er juillet 2015
– 2. Le nombre de bénéficiaires de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation augmentera en moyenne d’au moins 5 000 par an, en priorité pour les jeunes de moins de 26 ans et les demandeurs d’emploi.
– 3. 1 500 nouveaux restaurateurs labellisés maîtres restaurateurs chaque année, afin d’atteindre 7 500 titulaires de ce label de qualité dans les quatre ans qui viennent.
– 4. Enfin, la profession investira au moins 5 milliards d’euros sur la période du contrat d’avenir. Pour renforcer la capacité d’investissement des petits établissements, un Prêt pour la modernisation de la restauration à taux zéro sera mis en place, financé par taxe affectée crée en 2009 et acquittée par les restaurateurs.
————
Reportage : Mélanie Antoine
Texte des engagements : communiqué de presse ministériel
—————

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique