Le marché est au creux de la vague

Le point bas de la crise dans les CHR pourrait avoir été atteint au premier semestre 2009. Le recul devrait toutefois se poursuivre au 3 ème trimestre. Sur juillet, les premières données Deloitte sur l’activité hôtelière enregistrent un recul.

Un sommet historique en 2008, un plongeon mémorable en 2009. Au premier semestre, l’activité dans les HCR fut l’une des plus mauvaises de la décennie. Le point complet sur la conjoncture à partir des derniers indices actualisés. Avec un focus sur la situation de l’hôtellerie.

FAITS ET CHIFFRES CLEFS

Chiffre d’affaires : 10 mois consécutifs de recul

-*d’août 2008 à mai 2009 (dernier mois recensé), l’indice Insee des CA a reculé de 9 %
-* l’indice Insee recule de 5,7 % sur mars-avril-mai 2009
-*aucun secteur des HCR n’échappe à la récession

Une baisse de l’emploi salarié

-* la branche a perdu 10 800 emplois au premier trimestre, soit un recul de 1,1 % de ses effectifs ( 878 900)
-*sur 12 mois cumulés, la baisse est de 0,4 % (3 700 emplois perdus)
-*au 3ème trimestre 2008, les CHR avaient déjà perdu 8 300 emplois (-0,9 %), mais le 4 ème trimestre en avaient recréé 10 400 (+ 1,2 %)

L’énigme des créations d’entreprise

-* fait inexpliqué pour l’instant, le rythme de création reste élevé : plus de 2 000 par mois depuis février 2009 et plus de 15 000 sur les premiers mois de 2009. Sur les 12 derniers mois recensée (août 2008-juillet 2009), la progression des créations d’entreprise dans les HCR atteint 19,8 %.

Des défaillances toujours en hausse

-*537 publications de redressement et de liquidation en moyenne chaque mois depuis début 2009, avec une pointe à 659 en mars. La moyenne mensuelle atteignait 497 en 2008.

Le plus faible taux de survie des entreprises françaises

-* seulement 57,8 % des entreprises créées en 2002 dans l’hôtellerie restauration étaient encore actives 3 ans plus tard.
-*le taux de survie à 5 ans chûte à 42,3 %.
(Source : Insee)
———

HOTELLERIE : LES DONNÉES DE L’OBSERVATOIRE DELOITTE

Note technique

-*TO : Taux d’occupation
-*RevPar : revenu moyen par chambre disponible (en HT)
-*RMC : revenu moyen par chambre louée (en HT)
-*échantillons de l’étude stables d’une année sur l’autre

Le recul toujours plus élevé en montant en gamme

Les 4 étoiles sont les plus durement touchés. Avec une baisse record de leur RevPar. Les 3 étoiles fléchissent également. Les 2 étoiles limitent la casse. L’hôtellerie économique reste en progression.
————

Revpar en chute pour les 4 étoiles parisiens

Les pôles d’affaires franciliens les premiers affectés

Les 3 étoiles du 9-3 résistent mieux

Baisse ralentie pour les 2 étoiles d’Ile-de-France

—–

En 4 et 3 étoiles, peu d’agglomérations en province épargnées

Résistance parmi les 2 étoiles, performances en économique

——
Sources des données : Observatoire Deloitte et Insee
Texte : Jean-François Vuillerme

—–

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique