La télé-réalité culinaire a-t-elle sauvé les écoles de cuisine ?

Top Chef, Master Chef, Un Diner Presque Parfait… Depuis l’apparition des concours télévisés culinaires il y a deux ans, les demandes d’inscriptions en formation cuisine ont repris du poil de la bête. Le lien de cause à effet « 

Top Chef, Master Chef, Un Diner Presque Parfait... Depuis l'apparition des concours télévisés culinaires il y a deux ans, les demandes d'inscriptions en formation cuisine ont repris du poil de la bête. Le lien de cause à effet "

Des élèves de la première année du Bachelor Restaurateur autour de Laurent Trontin, chef de travaux à l’école Grégoire-Ferrandi.

{{Ecouter notre enquête exclusive}}

Top Chef, Master Chef, Un Diner Presque Parfait… Depuis l’apparition des concours télévisés culinaires il y a deux ans, les demandes d’inscriptions en formation cuisine ont repris du poil de la bête. Le lien de cause à effet semble évident. Mais qu’en est-il vraiment ? HR-Infos a mené une longue enquête dans trois établissements parisiens et interrogé, proviseur, chef de travaux, inspecteur général et élèves.

Neuf parcours exemplaires de jeunes (et moins jeunes !) « reconvertis »? : écoutez les !


Ce que révèlent les statistiques de l’Education nationale

Une progression sensible du nombre d’inscrits depuis la rentrée 2007-2008 dans la plupart des filières hébergement et/ou restauration.
en CAP cuisine, les effectifs (4 498 à la rentrée 2010-2011) ont progressé de 47,2 % en 4 ans : la hausse était déjà sensible en 2008 (+ 5,1 %) et 2009 (+ 20,4 %)
– en CAP restaurant, la hausse atteint 58,3 % (1 646 élèves à la rentrée 2007, 2 606 à la rentrée 2010)
– avec sa montée en puissance le bac Pro connaît un véritable engouement, sans pour autant vampiriser les autres formations : 7 992 inscrits en 2007, 23 579 en 2010, 3 fois plus !
– quant aux BTS, leur croissance est désormais moins forte mais reste positive. Les deux BTS d’ hébergement, qui n’accueillaient encore que 340 élèves en 2007 (à comparer aux 6 600 inscrits dans les cursus Hôtellerie Restauration), ont vu toutefois leur effectif pratiquement doubler en 3 années.
Bilan : les élèves n’ont pas attendu Top Master et Cie pour être toujours plus nombreux dans les lycées hôteliers. De là à considérer que ces émissions n’ont aucune influence sur eux…

{{Les statistiques officielles d’inscrits, entre 2007-2008 et 2010-2011 (source : ministère Educnat)}}

———–

Les trois émissions TV de concours cuisine qui font le plus d’audience

Master Chef
-*concours de cuisine télévisé amateur, diffusé sur TF1 depuis l’été 2010.
Slogan : « La meilleure recette pour changer de vie »
-** Gain : 100 000 ? / Édition du livre de ses propres recettes / 6 mois de formation dans une grande école de cuisine (Lenôtre)
-** Le jury est composé de Grands Chefs : Frédéric Anton et Yves Camdeborde
-**24 % de part d’audience en moyenne sur la saison 2.
Top Chef
-*concours de cuisine télévisé amateur, émission franco-belge, diffusée sur M6 depuis février 2010
-** Jury : Ghislaine Arabian, Christian Constant, Jean-François Piège, Thierry Marx, Cyril Lignac
-**Gain : 100 000 euros
-** 18 % de part d’audience en moyenne sur la saison 2
Un Diner Presque Parfait
-* émission française, diffusée sur M6 depuis 2008, où cinq candidats habitant la même ville doivent, à tour de rôle, inviter à dîner les quatre autres.
-** Gain 1000 euros
-** 20 % de part d’audience en moyenne sur la saison 2

————-
Enquête : Mélanie Antoine
Reportage photo : Vincent Gremillet

———–


Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)

Le regard d’un philosophe, Robert Redeker, sur ces cuisines surmédiatisées

Un regard critique et aiguisé, auquel nous souscrivons largement, sur l’instrumentalisation mercantile de la cuisine, abaissée à un spectacle pseudo sportif, pseudo convivial et télé-irréelisé.
Son texte publié le 12 septembre 2011 sur le site du journal Le Monde
Extraits
«La télévision harponne l’art culinaire avec deux schèmes éprouvés : celui de la télé-réalité et celui du sport.»
«Dans « Master Chef »? – tout comme dans « Un dîner presque parfait »? sur M6 – TF1 ne valorise pas la cuisine mais la compétition. En réalité, en transformant la cuisine en avatar du spectacle sportif il la détruit. Ainsi, à l’instar des émissions de télé-réalité, « Master Chef » célèbre le culte de la compétition, de la loi du plus fort, introduit violemment l’activité culinaire dans l’univers de la maxime barbare, « l’homme est un loup pour l’homme ».
»
«En instaurant la compétition (…), la télévision trahit la cuisine dont l’essence réside dans le don, cette grâce, cette gratuité qui soude la convivialité.»
«La montée en puissance de la cuisine, et sa létale exploitation médiatique, relèvent de la pathologie sociale. Le rôle qui lui échoit – jouer le fantôme du sens – le prouve. Les vrais amateurs de la table et de ses plaisirs voient d’un mauvais oeil cette promotion. Ils savent en effet que la vraie cuisine est sans enjeu, qu’elle n’est ni un spectacle, ni une complétion, ni surtout le dernier réduit du sens et de la culture nationale. C’est parce que la vraie cuisine est vide de ces parasites – les enjeux – qu’accède à la vérité l’adage du vieil Héraclite : « Les dieux sont aussi dans la cuisine.»
—————–

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique