Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME, du Tourisme et des Services

« Au nom de quoi les restaurateurs ne joueraient-ils par le jeu ? C’est leur intérêt d’attirer les consommateurs, c’est leur intérêt de retenir les salariés ! Dans cette branche, il y n’a pas suffisamment d’emplois par rapport aux besoins. Et il y a un taux de rotation des apprentis trop important. Cela montre que ce métier doit être amélioré en terme attractivité.

Nous ne sommes pas dans une vision d’obligation coercitive. La France est un pays de libertés. Mais ceux qui ne s’engagent pas en supporteront les conséquences en terme de clientèle. Je fais confiance au consommateur pour arbitrer en un restaurant qui baissera ses prix jusqu’à 12 % et un autre où cette démarche ne sera pas effective. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique