Hervé Novelli remet un peu de pression !

Interviewé par Jean-Michel Apathie sur les ondes de RTL, le secrétaire d’Etat en charge (notamment) de l’hôtellerie restauration a clairement indiqué que les prix devaient encore baisser. Mais il a également insisté sur « 

Interviewé par Jean-Michel Apathie sur les ondes de RTL, le secrétaire d'Etat en charge (notamment) de l'hôtellerie restauration a clairement indiqué que les prix devaient encore baisser. Mais il a également insisté sur "
Interviewé par Jean-Michel Apathie sur les ondes de RTL, le secrétaire d’Etat en charge (notamment) de l’hôtellerie restauration a clairement indiqué que les prix devaient encore baisser. Mais il a également insisté sur l’obligation de succès de la négociation sociale sur les salaires et la mutuelle de branche. Avec le devoir pour les partenaires sociaux, et « principalement » les organisations patronales, de prendre leurs responsabilités pour qu’un accord soit conclu d’ici la fin de l’année. Changement de ton de circonstance face à un interviewer punchy ? Ou nouvelle posture de fermeté d’Hervé Novelli ? Mais dans cette hypothèse, de quels moyens réels disposerait-il pour généraliser l’application du contrat d’avenir ?

Verbatim

Sur le calendrier d’application
« Ce contrat d’avenir est sur 2 ans (…), sauf pour les prix. J’attends avant la fin de l’année des résultats concrets (…) »

Sur la baisse des prix
« (…) Je pense qu’ils (les restaurateurs) n’en font pas assez, même si la moitié du chemin a été parcourue (…) »

« Elle est faible, elle est moins importante qu’elle n’était indiquée dans ce contrat d’avenir qui engage les professionnels, mais elle existe (…)

« (…) Pour la première fois, l’Insee a enregistré des baisses des prix dans ce secteur, c’est historique (…)

« Les prix doivent baisser encore pour qu’on arrive à la satisfaction de ce premier terme du contrat »

Sur la négociation sociale
« Il faut aussi que la négociation sociale indiquée dans le contrat d’avenir arrive au succès avant la fin de l’année »

« Je lance un appel aux partenaires sociaux pour qu’ils prennent leurs responsabilités, l’Etat a engagé les siennes dans ce contrat d’avenir, il faut maintenant que les partenaires sociaux fassent de même »

« On est proche de l’accord, et je demande aux partenaires sociaux, y compris et principalement aux organisations patronales, d’être responsables »

Sa conclusion
« Je reste optimiste parce que je ne veux pas qu’on stigmatise une profession qui emploie autant de salariés et qui a encore des emplois non pourvus »

« Il faut donc maintenant qu’elle (la profession) se mobilise, elle a commencé de le faire, et je l’accompagnerai, y compris de manière ferme »

———

L’interview intégrale (images, son et texte) sur le site de RTL

——–

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique