Expedia condamné… et après ?

Le 4 octobre dernier, le tribunal de commerce de Paris a reconnu le site de réservation en ligne Expedia coupable de pratiques commerciales déloyales, condamnant le groupe et ses filiales Tripadvisor et Hotels.com à « 

Le 4 octobre dernier, le tribunal de commerce de Paris a reconnu le site de réservation en ligne Expedia coupable de pratiques commerciales déloyales, condamnant le groupe et ses filiales Tripadvisor et Hotels.com à "

Christophe Paluel-Marmont, 1er vice-président et président de la commission Europe du Synhorcat. Il a porté plainte au nom de son hôtel, l’hôtel de la Place du Louvre à Paris (1er).

{{Ecouter notre reportage}}

1 – écouter Christophe Paluel-Marmont

2 – écouter Nicolas Sartorius

Le 4 octobre dernier, le tribunal de commerce de Paris a reconnu le site de réservation en ligne Expedia coupable de pratiques commerciales déloyales, condamnant le groupe et ses filiales Tripadvisor et Hotels.com à verser la somme de 427 000 euros répartis entre le Synhorcat et les deux hôtels (l’hôtel de la place du Louvre, Paris 1er, et le château de Guilguiffin, Finistère) qui avaient porté plainte en 2010. Une plainte à laquelle s’était jointe cette année, la DGCCRF. Le détournement de clientèle dénoncé par les hôteliers devrait donc cesser, mais est-ce pour autant la fin de leurs problèmes vis à vis de la commercialisation en ligne ? HR-infos a recueilli témoignages, initiatives et bons conseils.

Le communiqué du Synhorcat

Et celui d’Expedia

Les pratiques commerciales d’Expedia jugées trompeuses par le Tribunal

informations trompeuses quant à la disponibilité des prestations d’hébergement («aucune chambre n’est disponible aux dates sélectionnées», ou «l’hôtel… n’est pas disponible aux dates que vous avez choisies»)
informations trompeuses sur le caractère promotionnel de certaines prestations
Le Tribunal a pris toutefois acte des modifications apportées par Expedia ultérieurement au dépôt de la plainte, compatibles avec le code de la consommation.
Le Tribunal de commerce a toutefois débouté les plaignants sur deux autres demandes
concernant le numéro de téléphone qui s’affiche sous le nom de l’hôtel et qui est en réalité le numéro d’une centrale de réservation d’Expedia : le tribunal a jugé que l’internaute, voyant qu’il s’agit toujours du même numéro, peut comprendre «aisément» que ce n’est pas le numéro de l’hôtel mais celui de la centrale.
sur la question de la confusion des genres entre Tripadvisor, site d’opinion et Expedia site de réservation : le tribunal ne leur a pas accordé de faire interdire les fenêtres « expedia » qui s’ouvrent automatiquement ou les liens commerciaux quand vous surfez sur Tripadvisor.
————–

« On marche sur la tête ! »

L’opération du club hôtelier nantais a fait naître chez les hôteliers de la ville et de son agglomération le besoin d’une centrale de réservation alternative, sans commission.
Ils espèrent encourager les clients à un achat responsable et veulent aussi obtenir l’appui de l’Etat via Atout France. Après tout disent-ils, à l’heure ou l’Etat cherche de l’argent et décide de taxer l’hôtellerie de luxe, il doit savoir que chaque année c’est peut-être 15% du chiffre d’affaire de l’hôtellerie française qui part à l’étranger sans être taxé, dans des commissions payées à ces sites dont aucun n’est domicilié en France.
Présidé par Giles Cibert (hôtel La Pérouse), le club compte 70 adhérents (hôtels + résidences) qui représentent près de 80 % du marché.
Leur site internet
—————-

Le blog de Nicolas Sartorius, spécialiste de la stratégie web


————–

Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)
Notre avis à relire, publié le 3 juin 2011
Une reprise en main indispensable, mais qui doit profiter aussi aux clients
Addendum
Il l faut se féliciter du jugement du Tribunal de commerce de Paris, car il est de nature, comme l’indique le Synhorcat, à enclencher un mouvement de moralisation d’internet. Et se féliciter également de l’initiative prise par Expedia de mettre ses pratiques en conformité avec le Code de la consommation avant même le jugement. Néanmoins, la vigilance s’impose. Et reste la question centrale de la place du web dans la politique commerciale d’un hôtel. Aucune raison qu’il renonce à y vendre en direct, il a même beaucoup à y gagner.
—————

Reportage : Juliette Micheneau
Avis : JFV

————

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique