Concorde joue sur les prix

La photo emblème de la campagne. Une escapade hivernale entre tendres amoureux, en quête de prix doux pour prolonger le rêve …

La chaîne d’hôtels de luxe axe sa communication hivernale sur l’argument prix avec des promesses aguichantes mais soigneusement encadrées. Quels en seront les effets sur les TO et les RevPar ? Réponse dans quelques mois.

« Douceurs d’hivers à la carte ! »

Cette campagne menée dans 21 hôtels du groupe répartis sur 15 destinations débute le 1er novembre prochain et s’achève le 31 mars 2010. Elle consiste à proposer des forfaits à « tarif exceptionnel » par chambre et par nuit (pour un minimum de 2 nuits), comprenant l’hébergement en chambre double, les petits-déjeuners buffet et un cadeau surprise et personnalisé.

Ces forfaits s’échelonnent de 80 ? à l’hôtel Casa Marcello de Prague jusqu’à 508 ? à l’hôtel de Crillon à Paris. Ces tarifs restent indicatifs et non garantis. Ils sont fonction de chaque hôtel. Et, surtout, ils restent soumis à la disponibilité d’une chambre à ce tarif minimum au moment de la réservation.

————

« Séminaires : Fixez votre prix ! »

L’accroche du programme « Name your price » (« Fixez votre prix »), opéré dans 22 hôtels du groupe, est de donner à chaque client de « Meet in style », le département Séminaires et conventions du Groupe, « l’opportunité de fixer le tarif de sa chambre ».

Proposée entre le 1er décembre 2009 et le 30 avril 2010, cette fixation du tarif par le client est également soumise à plusieurs conditions limitatives. Elle s’opère dans le cadre d’une réservation d’un minimum de 10 chambres pour 10 participants. Et d’un prix minimum par chambre disponible fixé à partir de 99 ? par nuit en occupation simple, dans une limite de 50 chambres.

Ce prix minimum est également fonction de chaque hôtel et n’est valable qu’à certaines périodes. Il n’est pas non plus garanti, puisqu’il reste soumis à une disponibilité des chambres à ce tarif au moment de la réservation.

——–

Texte : Jean-François Vuillerme

———-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique