1,7 % de hausse des prix en 30 mois de TVA au taux de 5,5 %

Après une baisse de 1,3 % constatée au deuxième semestre 2009, les prix dans la restauration (hors cantines) et les cafés ont augmenté de 1 % en 2010 et de 2 % en 2011.

Entre juillet 2009, date d’entrée du taux réduit à 5,5 %, et décembre 2011, dernier mois à ce taux, la hausse des prix a atteint 1,7 % en cumul sur 30 mois dans la restauration (hors cantine) et les cafés, selon l’indice Insee.
Pour la troisième année consécutive, la hausse des prix dans la restauration est demeurée moins élevée que celle de l’indice général des prix à la consommation.

Les résultats de décembre et de l’année 2011

Selon le dernier indice Insee publié jeudi 19 janvier, la hausse des prix a atteint 0,9 % en décembre dans l’Hébergement Restauration. Un taux élevé du à la très forte hausse saisonnière constatée dans l’hébergement (+3,9 %), les prix évoluant peu dans la restauration (+ 0,2 %). En données cumulées sur 1 an (janvier à décembre 2011), l’inflation s’affiche à 2,4 % dans le secteur, celle dans la restauration et les cafés se limitant à 2,1 % (2 % même hors cantines) et cumulant à 4,2 % dans l’hébergement.

{{L’indice Insee de décembre 2011 détaillé}}

{{L’évolution des prix dans la restauration et les cafés}}



Ce n’est que notre analyse (mais on la partage !)

La TVA à 5,5 % a fait d’abord baisser les prix puis a modéré ensuite leur hausse

L’évolution des prix sous l’ère du taux à réduit à 5,5 %, est le premier paramètre pouvant faire l’objet d’une évaluation complète, depuis la publication de l’indice Insee des prix à la consommation sur décembre 2011.
0n esquissera ici rapidement deux grands constats.
Premier constat : les prix affichés ont baissé en 2009 sur les mois de juillet (-1, 3%) et août (-0,2 %) et sont restés étals en septembre (0 %), soit moins que l’objectif de 3 % fixé au contrat d’avenir. En extrapolant, cette fois, les prix qui auraient pu être constatés sur ces trois mois ( 0,7 % en cumul en 2008) si le taux de TVA était resté à 19,6 %, l’objectif est davantage approché (- 2,2 %).
Conclusion : le passage au taux réduit de TVA à 5,5 % a eu d’abord, sur le deuxième semestre 2009, un effet baissier sur les prix affichés : – 1,4 % dans la restauration (hors cantine) et – 0,9 % dans les cafés (en cumul de variations mensuelles).
Deuxième constat : sur les 24 mois qui ont suivi (janvier 2010 à décembre 2011), la hausse des prix affichés est demeurée très modérée : particulièrement en 2010, avec + 1 % dans la restauration et + 0,6 % dans les cafés ; mais également en 2011, avec + 2 % dans la restauration et dans les cafés (toujours en cumul de variations mensuelles).
Conclusion : le taux réduit de TVA à 5,5 % a probablement créé dans un second temps un effet stabilisateur sur les prix. En effet, sur ces trois années, l’inflation dans la restauration et les cafés est demeurée beaucoup moins forte que celle constatée dans ces secteurs avant l’introduction des 5,5 %. Ainsi en 2008, la hausse des prix affichait 3,3 % dans la restauration et 1,9 % dans les cafés, en 2007 respectivement 2,8 % et 2,6 %.
Par ailleurs, l’inflation dans la branche est restée plus faible que celle constatée sur l’ensemble de l’indice des prix à la consommation
(IPC). Le nouvel objectif fixé par Hervé Novelli, le secrétaire d’Etat de tutelle à l’époque, a donc bien été atteint. En 2009, les prix baissaient de 0,7 % dans la restauration et les cafés alors qu’ils progressaient de 0,9 % sur l’ensemble de l’IPC. En 2010, ils augmentaient de 1 % contre 1,8 % pour l’IPC. En 2011, de 2 % contre 2,5 %.
Le bilan prix du taux réduit à 5,5 % est donc globalement satisfaisant sur la base de l’indice officiel Insee. Qu’en sera-t-il avec le taux réduit à 7 % ? Première réponse le 22 février avec la publication de l’indice Insee pour le mois de janvier 2012.
————-

Analyse : Jean-François Vuillerme

Photo : © Elina Ryzhenkova – Fotolia.com
—————-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A lire dans la même rubrique