A défaut d'un redémarrage en flèche, l'exercice 2014 devrait marquer au moins l'amorce d'une reprise pour l'hôtellerie française, peu dynamique en 2013 à de rares exceptions

A défaut d’un redémarrage en flèche, l’exercice 2014 devrait marquer au moins l’amorce d’une reprise pour l’hôtellerie française, peu dynamique en 2013 à de rares exceptions, comme le segment Grand Luxe à Paris et la destination Marseille sur la majorité des segments. C’est la conviction des experts du pôle Tourisme Hôtellerie Restauration d’In Extenso.

Mais ce regain sera très sélectif. Il profitera surtout aux palaces, aux 5 étoiles, voire aux 4 étoiles. Autrement dit aux catégories d’hôtels particulièrement fréquentées par les clientèles internationales, en particulier les « longs courriers ».A contrario, du milieu de gamme au super économique, les établissements qui dépendent très fortement des clients français particuliers et professionnels continueront de souffrir d’un environnement économique national défavorable. Même si un consensus se dégage des prévisions pour anticiper une croissance aux alentours de 1 %.

Jean-Paul Betbèze, conseiller économique du groupe Deloitte, et Philippe Gauguier, consultant associé chez In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration, ont confié leur analyse à HR-infos.


De gauche à droite : Jean-Paul Betbèze, conseiller économique du groupe Deloitte, et Philippe Gauguier, consultant associé chez In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration

Les chiffre d’affaires hébergement en 2014 : les projections d’In Extenso

Moyenne France : + 1% à + 2 %
– Grand Luxe : + 4 % à + 6%
– Haut de Gamme : + 1,5 % à +2,5 %
– Milieu de Gamme : + 0,5 à + 1,5 %
– Economique : + 0,5 à + 1,5 %
– Super Economique : – 0,5 % à + 1 %

Des projections étayées et et prudentes. Les projections 2013 d’In Extenso, établies selon des fourchettes basse-haute, se sont vérifiées pour les cinq segments. Pour 2014, le cabinet table sur la même marge de croissance qu’en 2013 pour l’ensemble de l’hôtellerie mais remonte de 0,5 points ses projections par segment (hormis pour le haut de gamme).

In Extenso prend en compte un environnement économique dynamique. La croissance mondiale s’élèverait cette année à 3,5 % (versus 2,8 % en 2013), celle du PIB de la zone euro à 0,7 % (vs 0,4 %) et celle du PIB de la France à 1 % (vs 0,3 %). Par ailleurs, la progression du nombre de touristes mondiaux resterait forte (4,5 % vs 5 %).

S’agissant des facteurs français, In Extenso note un calendrier scolaire plus favorable et s’attend à une reprise timide de l’activité séminaire.
A contrario, le cabinet juge le calendrier événementiel moins porteur (avec le Sial et le salon Equip’Hôtel pourtant) et s’interroge sur l’impact de la hausse de la TVA à 10 %.

BILAN 2013, QUELQUES TENDANCES BROSSÉES PAR IN EXTENSO

Des taux d’occupation plats

Des prix moyens en nette hausse dans le Luxe

Le Luxe surfe sur les Revenus par Chambre

Résultats cumulés en France en 2013

Résultats par zones géographiques en 2013


——————-

Interview : Jean-François Vuillerme

Photo d’ouverture : creativa/fotolia

—————–

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire