L'hôtel Hermitage Barrière à la Baule a profité d'un attrait touristique pour le littoral atlantique, favorisé par la météo en juillet, et de la remise à niveau de ses prestations. Le 5 étoiles a été entièrement rénové en 2017. Ici une vue d'une chambre Junior Suite donnant sur la plus grande plage d'Europe.

L'exercice 2019 sera-t-il meilleur en fréquentation et en prix moyen que l'exercice 2018 ? On pouvait l'espérer après un deuxième trimestre satisfaisant qui avait permis à l'hébergement touristique de rattraper le retard pris sur les trois premiers mois de l'année. On peut à nouveau en douter à l'issu de la saison estivale, en recul par rapport en l'an dernier, si l'on en croit les premières estimations livrées le 28 août par MKG Consulting.

La fréquentation n'a progressé que de 0,2 points en juillet et reculé ensuite de 1 point en août. En cumul sur deux mois, la fréquentation recule de 0,4 point. Les résultats sont contrastés selon les zones géographiques et les gammes. Les établissements de province affichent une fréquentation en légère hausse par rapport à l'an dernier, tandis que Paris (-1,2 point) et l'Ile-de-France (-1,7 point) reculent respectivement de 1,2 points et 1,7 points.

Fait assez inhabituel, les baisses de fréquentation surtout s'observent dans le Moyen de Gamme et le Haut de Gamme, alors que les catégories économiques, surtout 1 étoile, maintiennent leur taux d'occupation. "Cela signifie que la clientèle internationale a été moins présente que l'an dernier, sûrement marquée par les différents épisodes des gilets jaunes qui ont marqué l'actualité depuis le début de l'année", analyse MKG.

Sur le littoral, la Bretagne et la façade atlantique ont enregistré "d'excellentes performances"au mois de juillet (hausses de 3,9 et 2,5 points respectivement) grâce à la météo avant de voir leur fréquentation reculer au mois d'août (-2,6 et -2,5 points).

Les hôtels ont par ailleurs, selon le cabinet, fait encore plus face cette année à la concurrence de l'hôtellerie de plein air et des locations privées et saisonnières".

"Hormis l'Espagne, qui affiche une fréquentation hôtelière en hausse de 1,1 point sur la période estivale, tous les pays européens enregistrent, à l'image de la France, des performances stables voire en recul."

MKG relève également que les hôteliers parisiens ont fortement diminué leurs tarifs au mois d'août (-4,2%) et que la capitale n'avait pas connu une telle baisse depuis plus d'un an et demi.

De son côté, l'index TVHP du comparateur Trivago indique un prix moyen de 124 euros en août, en baisse de 10 % par rapport à juillet, mais en hausse de 8 % par rapport à août 2018.

Evolution de la fréquentation estivale par grandes zones géographiques

Sources : Observatoire MKG Consulting / OK Destination.
Evolution en points.

(*) estimation basée sur les 25 premiers jours d’août

Evolution de la fréquentation estivale par catégories d’établissements

Evolution de la fréquentation estivale par zone littorale

Un bilan encore globalement bien orienté en cumul janvier- juin 2019 selon l’observatoire In Extenso

Source : In Extenso TCH

Des nuitées en progression de 3,5 % entre avril et juin après une baisse de 2,6 % de janvier à mars selon l’Insee

 

  • données provisoires
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

 

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire