Ils viennent d'être élus à une très forte majorité avec une participation record. Le tandem Héguy-Becam ambitionne de replacer très vite l'Umih sur le devant de la scène professionnelle et de la remettre au travail autour de 5

Ils viennent d’être élus à une très forte majorité avec une participation record. Le tandem Héguy-Becam ambitionne de replacer très vite l’Umih sur le devant de la scène professionnelle et de la remettre au travail autour de 5 axes prioritaires. Il ne cache pas vouloir renégocier un point clef de l’accord social du 15 décembre 2009 et exiger une enquête sur la représentativité réelle des organisations patronales. Interview d’un président bosseur, fonceur et jouant collectif pour qui la page Pujol est d’ors et déjà tournée.

{{
Communiqué Umih précisant les scores et les axes prioritaires de travail.}}

LE PROJET DU TANDEM HÉGUY-BECAM

Lien sur la photo

(Hervé Becam, vice-président, et Roland Héguy, président)

——————-

BIO-EXPRESS DE ROLAND HÉGUY

Son parcours professionnel

Roland Héguy, 60 ans, marié, 2 enfants, a effectué son parcours à Biarritz

hôtelier restaurateur depuis 1976 à l’hôtel Windsor (3 *) Biarritz

– acquiert en 2001 le restaurant Le Galion

– il est également cafetier depuis 2004 avec la brasserie le Bleu Café

Sa formation

– études secondaires

– BTS projeteur maquettiste en architecture

Son parcours institutionnel et syndical

(résumé de ses principaux mandats)

président de l’UMIH Pays Basque depuis 1993

– également vice-président de l’UMIHRA (Région Aquitaine)

– président de 2000 à 2009 de la Fédération nationale de l’hôtellerie française (FNHF)

– vice-président du Medef Pays-Basque depuis 1994

– président du Biarritz Olympique Omnisports (depuis 1998)

———-

BIO EXPRESS de HERVÉ BECAM

Hervé Becam, 60 ans, est le PDG de la SAS Hôtel Restaurant de la Butte à Plouider (Finistère)

Son parcours professionnel

– reprend l’exploitation familiale en 1975

– transformation, création de l’hôtel en 1991

– crée en 1996 une société organisatrice de réceptions

– exploitation avec son épouse. 24 salariés

Sa formation

– études secondaires

– CAP cuisinier

Son parcours institutionnel et syndical

(résumé de ses principaux mandats)

– membre du conseil d’administration de l’Umih 29 depuis 1998, dont il est secrétaire général/trésorier depuis 2002

– membre de la Commission des Finances de l’Umih

– membre du bureau de la FNHF

Ambassadeur métiers

———————-

Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)

Du travail ! Et le plus tôt sera le mieux !

Absurdité de la situation. Voici donc une élection raz de marée, en forme de désaveu pour l’une (Pujol) et de plébiscite pour les autres (Héguy/Becam). Sur qui pourtant pèse le risque de l’invalidation des uns (Héguy/Becam) par les autres (Pujol/Quintana). Ubuesque ! Il est donc plus que temps que la justice tranche sur la légitimité de la révocation de Christine Pujol en novembre 2009. A moins qu’une médiation ne survienne entre les parties « ? Il est permis de rêver »?

Une fois réglée (mais quand ?) cette question de légalité (essentielle au bon fonctionnement d’une organisation, quel que soit le discrédit politique dont un élu peut devenir l’objet en son sein), le tandem Héguy-Becam disposera de la liberté d’action nécessaire, avec ou sans une nouvelle élection. Leur « réélection » parait, de toute façon, acquise. Mais alors, que de temps perdu.

A partir de là, ça devrait décoiffer à nouveau entre partenaires sociaux ! D’abord sur la question sociale. La pilule de l’accord du 15 décembre, majoritaire mais signé sans elle, n’est toujours pas passée à l’Umih. Et si une faille juridique devait apparaître dans l’avenant n°6 de la convention collective des HCR, nul doute qu’elle s’y engouffrera. De là à faire exploser l’accord, c’est un pas qu’elle ne franchira pas, pour, en autres raisons, ne pas aggraver son déficit d’image actuel. Image, justement, qu’elle veut reconquérir.

Viendra ensuite la question de la représentativité, corollaire de celle sociale et autre pomme de discorde. Un vieux serpent de mer déjà agité par l’Umih dans le passé, que les pouvoirs publics devront traiter et régler. Au nom là aussi de la démocratie sociale.

Mais d’autres grands chantiers attendent Roland Héguy et Hervé Becam ainsi que toute l’Umih : patrons de branches, « délégués aux ministères » et présidents de départements en tête. En particulier le sujet majeur des « hôtelleries » (nouveau classement, sécurité, accessibilité, para commercialisme, etc.) et du développement durable.

De quoi bien occuper tout un mandat (quatre ans). Et se dispenser de guerroyer encore pendant des semestres entiers sur la légitimité d’un vote, sur le bon curseur d’ancienneté pour verser la prime TVA aux saisonniers, et sur le décompte fiable et sincère du nombre d’adhérents que compte chaque organisation, Umih comprise.

————–

Interview et photo d’ouverture de Roland Héguy : Juliette Micheneau

Avis : Jean-François Vuillerme

Photo de Hervé Becam et Roland Héguy : copyright UMIH

Photo intérieure de Roland Héguy : Thierry Samuel

——————-

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire