Inaugurée en février 2016, la nouvelle usine de Nanterre (Hauts-de-Seine) du groupe peut traiter 450 tonnes de linge de restauration et d’hébergement par semaine, soit plus du double de la capacité de l’établissement de Puteaux qu’elle remplace. Photo : Elis

La troisième tentative devrait être la bonne ! Après avoir vu ses deux premières offres rejetées en avril et mai dernier, Elis, le leader européen de la location-entretien d'articles textiles et hygiène, est parvenu à accord avec son concurrent britannique Berendsen pour acquérir la totalité de son capital.

Les dirigeants des deux groupes ont approuvé "les termes d'une acquisition recommandée de l'intégralité du capital" de Berendsen, pour un montant final de 2,17 milliards de livres (2,47 milliards d'euros), selon un communiqué publié le 12 juin 2017.

Elis propose une transaction en liquidités et en actions nouvelles. Les actionnaires de Berendsen devraient détenir "environ 32% du capital" du groupe français à l'issue de l'opération. Ils recevront en outre un acompte sur dividende de 11 pence (12,5 centimes d'euro) par action au titre du premier semestre.

Le conseil d'administration du groupe britannique estime que les conditions négociées "sont équitables et raisonnables" et a "l'intention de recommander de manière unanime" cette opération à ses actionnaires, qui devront la ratifier lors d'une assemblée générale. Une convocation leur sera adressée "au plus tard le 31 juillet" et l'accord "devrait entrer en vigueur au cours du troisième ou quatrième trimestre 2017".

"Nous sommes convaincus que ce rapprochement entre Berendsen et Elis constitue une opportunité formidable de créer un grand leader en Europe de la location-entretien d'articles textile et d'hygiène, il y a une très forte compatibilité entre les deux entreprises", a expliqué le président du directoire d'Elis, Xavier Martiré, lors d'une conférence téléphonique.

Il dit "anticiper des synergies pour le nouveau groupe d'au moins 40 millions d'euros par an, d'ici la fin de la troisième année après la clôture de l'opération", dont "35 millions de synergies opérationnelles et 5 millions en dépenses d'investissement dans le linge", a-t-il précisé. Il table aussi sur une hausse à deux chiffres du bénéfice par action ajusté en 2018, par rapport au résultat qui aurait été dégagé si l'opération n'avait pas été réalisée.

Selon le patron d'Elis, cette opération "va permettre d'avoir un groupe encore plus solide, mieux positionné, pour saisir des opportunités de croissance à la fois organique et par acquisitions".

M. Martiré a rappelé que son groupe "a réalisé une cinquantaine d'acquisitions depuis 2010 en Europe et en Amérique latine", représentant "500 millions de chiffre d'affaires que nous avons pu acquérir". Et il ne compte pas s'en arrêter là, même après l'acquisition de Berendsen. (Avec AFP et Reuters)

Elis + Berendsen

Le rapprochement des deux entreprises dégagerait un chiffre d’affaires supérieur à 3 milliards d’euros et un Ebitda d’environ 960 millions d’euros, avec plus de 440 sites et des activités dans 28 pays.

« Le nouveau groupe disposerait une grande diversité géographique et bénéficierait de bons positionnements dans la majorité des régions dans lesquelles il opèrerait, notamment en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suède, au Brésil, au Danemark, en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, en Suisse et en Norvège.

En Allemagne, l’opération permettrait une implantation régionale consolidée et plus équilibrée avec un chiffre d’affaires combiné d’environ 310 millions d’euros, plus de 30 sites industriels et une offre de produits et services élargie. (source : document investors)»

Les actionnaires actuels d’Elis détiendront 68 % du nouvel ensemble. Le fonds Eurazeo, premier actionnaire d’Elis, restera le principal actionnaire de la nouvelle entité, avec environ 11% du capital, suivi du fonds de pension canadien CPPIB (8%) et de Predica-Crédit Agricole Assurance (6%). Les actionnaires actuels de Berendsen détiendront 32% du nouvel ensemble.

Le numéro un mondial du secteur, l’américain Cintas, réalise quant à lui un chiffre d’affaires proche de 5,0 milliards de dollars.

 

Chiffres clefs 2016

  • Chiffre d’affaires : 1,513 milliards d’Euros (+6,9%)
  • Ebitda : 468 M€ (30,9 % du CA)
  • 240 000 clients
  • 14 pays en Europe de l’Ouest et du Sud et en Amérique du Sud
  • + 25 000 collaborateurs
  • + 300 centres de production et de distribution
  • Capital social : Eurazeo et sa filiale Legendre Holding en détient 16,9 % et le public 62,60 %. Au capital depuis 2007, Eurazeo se désengage progressivement. Il contrôlait 98,4 % du capital à la clôture de l’exercice 2014, puis 41,45 % fin  2015.

  • Chiffre d’affaires : 1,430 milliards d’Euros
  • Ebitda : 430 M€ (30 % du CA)
  • 150 000 clients
  • 16 pays en Europe (principalement Royaume-Uni, Europe du Nord et Europe de l’Est)
  • + 140 centres de production et de distribution

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire