La réouverture début juillet de l'hôtel Le Crillon coïncide avec une reprise très nette du marché parisien qui devrait se poursuivre dans les semaines et mois à venir, sauf événement . Ici une vue de l'un des deux "Grands appartements" de 335 m2 décorés par Karl Lagerfeld.

Le marché hôtelier français est soutenu par de bons niveaux de fréquentation au mois de juin 2017, dépassant 70% de taux d’occupation, notamment liés au retour des touristes étrangers à Paris, même s’il faut nuancer selon les territoires. Globalement, à l’échelle nationale, les RevPAR (revenu moyen par chambre disponible) des catégories supérieures progressent au premier semestre 2017 (ceux d’entrée de gamme par contre régressent).

Au mois de juin 2017, l’industrie hôtelière française est marquée par des différences selon les territoires, qui se justifient par les effets de comparaison défavorables de la Coupe d’Europe de Football de l’an dernier, qui avait boosté le chiffre d’affaires hébergement des professionnels. Ce mois-ci, l’hôtellerie en Régions enregistre donc des performances en retrait, (excepté sur le segment Luxe, +7% de RevPAR), venant pénaliser les résultats à l’échelle nationale.

Les villes hôtes de l’Euro 2016, comme Lille, Lyon, Saint-Etienne ou Toulouse enregistrent un net repli de leur prix moyen. Mais comparés à l’année 2015, les niveaux de performances au premier semestre 2017 (données cumulées) restent au-dessus sur la majorité des villes hôtes et des catégories. Certaines d’entre elles marquent la surprise ; l’hôtellerie Haut de gamme et Luxe à Lille affiche un RevPAR en hausse de 31%, pareillement à Saint-Etienne sur le marché Milieu de gamme, inscrivant un RevPAR de + 7EUR HT à fin juin 2017 par rapport à 2015.

L’augmentation du trafic constatée par Aéroports de Paris en juin 2017 (hausse de 5% par rapport à 2016) se ressent au sein de l’hôtellerie parisienne ; les taux d’occupation de la clientèle française mais également étrangère sont en hausse au mois de juin 2017 (fréquentation allant de 75% sur le segment Luxe à 88% sur le marché Milieu de gamme). Les RevPAR sont en progression sur l’ensemble des catégories allant de 4% sur la catégorie Luxe et Palaces jusqu’à 11% sur l’hôtellerie Haut de gamme. Par contre, à échantillon constant et stable, l’hôtellerie parisienne ne retrouve pas encore des niveaux de performances enregistrés au premier semestre 2013 et 2014.

Sur la Côte d’Azur, les RevPAR sont en retrait au mois de juin et au premier semestre 2017 sur l’ensemble des catégories comparés à l’année 2016. Les clientèles d’affaires continuent à réduire leurs déplacements et à serrer leurs budgets hôtels, le tout dans un contexte de concurrence exacerbée avec des modes d’hébergement alternatifs. Toutefois, en comparaison au premier semestre 2014, les catégories supérieures (Milieu de gamme à Luxe) affichent des RevPAR en hausse. Le segment de Luxe se démarque : + 31 EUR HT de RevPAR en 2017 par rapport au premier semestre 2014 et + 24 EURHT comparé à 2015. (communiqué In Extenso)

Indicateur global pour e mois de juin et les six mois mois janvier-juin 2017

(indicateur In Extenso THR)

Définitions
TO = Taux d’Occupation
RMC = Recette Moyenne par Chambre louée
RevPAR = Revenu moyen par chambre disponible

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire