A tout juste 41 ans, Laurent Branover prend la direction générale des Domaines de Fontenille, qui compte actuellement deux adresses. Depuis 2014, Le Domaine de Fontenille, à Lauris-Lourmarin,dans le Sud Luberon, hôtel 4 étoiles de 19 chambres et suites, avec restaurant gastronomique, bistrot, galerie d’art et vignoble. Et depuis décembre 2018, les Bords de Mer, un 19 chambres avec restaurant avec rooftop, spa sur deux niveaux et piscine sur le toit.

Frédéric Biousse et Guillaume Foucher, les cofondateurs du groupe Les Domaines de Fonteneille, ont annoncé la nomination de Laurent Branover en qualité de directeur général de la Collection Les Domaines de Fontenille.

Ce poste créé qui accompagne le développement de ce jeune groupe hôtelier, qui compte deux établissements aujourd'hui, dans le Lubéron et à Marseille, et devrait en compter trois autres d'ici la fin de l'année, sur l'île de Minorque dans les Baléares (2 hôtels au coeur d'un vignoble) et dans les Landes, à Hossegor (concept inédit de surf hôtel).

Fort d’une rexpérience internationale en hôtellerie de luxe depuis 20 ans dans des groupes hôteliers, Laurent Branover apporte avec lui une expertise dans la gestion d’adresses prestigieuses. Il aura en charge la direction de l’intégralité des adresses existantes et assurera le développement des sites à venir.

Après des études à l’école hôtelière de Toulouse et une spécialisation en arts de la table, Laurent Branover intègre sucessivement les équipes Food & Beverage du Royal Barrière à Deauville, du Park Hotel à Genève, le Byblos à Saint-Tropez et Courchevel, avant de rejoindre Sofitel Luxury Hotels (groupe Accorà à Shanghai et Sydney.

En 2008, il devient directeur général adjoint de l’Hôtel Metropole à Monaco, et ses restaurants étoilés à Monte-Carlo, période durant laquelle l’hôtel fut élu « Meilleur Hôtel du Monde 2010 » par Leading Hotels of the World.

Laurent Branover est ensuite promu directeur du Raffles Hotel Singapore, l’hôtel amiral du groupe Raffles Worldwide (racheté par Accor en 2016), en charge des services d’exploitation de l’hôtel incluant 103 Suites et 16 restaurants et bars… Il s'envole ensuite vers l'Afrique pour prendre la direction du Palais Namaskar à Marrakech, Oetker Collection. Il y développera notamment un programme eco-friendly récompensé du prix « Best Luxury Green Hotel 2014 » par les World Luxury Hotel Awards.

L’année 2015 signe le retour en Europe de Laurent Branover qui prend alors la direction de l'hôtel La Réserve à Genève.

Laurent Branover

« Après une carrière entièrement dédiée à l’hôtellerie de luxe, je suis heureux de pouvoir apporter mon expertise et mon savoir-faire au service d’un nouveau modèle d’hôtellerie qui correspond à ce que sont les Domaines de Fontenille : une démarche authentique et écologique qui permet de retourner à l’essentiel où éco-responsabilité, découvertes culturelles, gastronomie, bien-être et simplicité trouvent tout leur sens.

C’est également l’occasion pour moi de mettre en valeur l’expérience ‘Art de vivre à la Française’ qu’offrent les Domaines de Fontenille et le plaisir que nous prenons à partager avec nos hôtes le savoir-faire et le savoir-être des équipes.

Je suis fier de prendre part à ce très beau projet qu’est le développement de la collection Fontenille, qui est exceptionnel par sa rapidité d’expansion et la qualité des expériences hôtelières qui sont proposées. C’est une extraordinaire aventure qui s’offre à moi, et une occasion inédite dans une carrière de gestionnaire d’hôtellerie de luxe

 

Dernier né de la collection, l’hôtel Les Bords de Mer à Marseille

Les lignes Art Deco de cette adresse mythique de la Plage des Catalans sont réinventées et désormais entièrement tournées vers la mer offrant une vue sur la Méditerranée et les Iles du Frioul.
Sous la direction de l’architecte marseillais Yvann Pluskaw, et suite à une réhabilitation complète de l’ancien hôtel Richelieu et de l’ancien restaurant l’Eden Roc, Les Bords de Mer est un hôtel de 19 chambres avec piscine chauffée en roof top intégralement tourné sur la mer. La décoration intérieure aux couleurs pastel et bois naturels, qui est un rappel de l’âge d’or des années 50 teinté de touches contemporaines, s’efface face à l’omniprésence de la Méditerranée.
Le projet a coûté près de 7 millions d’euros, dont 4 millions pour l’acquisition et plus de 2,5 millions d’euros pour les travaux.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire