Vous êtes ici :
    Plate-formes : Paris et Bordeaux lancent l’enregistrement obligatoire
    Par | Article publié le +100%-

    Plate-formes : Paris et Bordeaux lancent l’enregistrement obligatoire

    Bordeaux concentrerait aujourd'hui plus de 6500 offres Airbnb, face à 74 hôtels d'une capacité de 4474 chambres et 12 résidences de tourisme comprenant 1194 unités d'hébergement. Ici , ce studio situé dans l'hypercentre historique de Bordeaux coûtera en août 296 euros les 3 nuits (pas de durée inférieure) pour deux voyageurs, tous frais inclus (ménage, service, taxe de séjour). La nuitée moyenne à Bordeaux via Airbnb s'élèverait actuellement à environ 62 euros (hors frais).

    Le conseil de Paris a voté mardi 4 juillet le numéro d'enregistrement obligatoire à partir de décembre pour toute personne désirant ainsi louer son appartement sur une plate-forme numérique. Mais le téléservice proposé par la Ville sera disponible à compter du 1er octobre 2017.

    Cette mesure devrait aussi permettre, selon les hôteliers, le respect de la réglementation fixant à 120 jours par an au maximum la durée de location d'une résidence principale ou celui des obligations fiscales des loueurs.

    "Face à l'industrialisation du phénomène de location via des plates-formes, qui favorise la spéculation immobilière et vide certains quartiers de ses habitants, une première pierre est posée dans l'élaboration d'un dispositif de contrôle et de régulation", indique l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (UMIH), principale fédération du secteur.

    Paris, comme de nombreuses grandes villes touristiques, multiplie les initiatives pour encadrer l'essor de ces locations qui peuvent aussi provoquer des incidents de voisinage. Environ 78.000 meublés de tourisme sont proposés à la location dans la capitale, sur un total estimé en France entre 250.000 et 300.000.

    Les hôteliers français se sont félicités ce mercredi de l'adoption par la ville de Paris d'une procédure obligeant toute location meublée de courte durée à faire l'objet d'un enregistrement préalable, une procédure visant à mieux réguler le développement de l'offre des plates-formes, Airbnb en tête.

    "En cinq ans, le marché locatif traditionnel parisien a perdu au moins 20.000 logements (...) et ce phénomène provoque à la fois une diminution de l'offre locative privée traditionnelle et une hausse du coût des logements", plaide la ville de Paris dans un communiqué publié sur son site internet.

    Les hôteliers soulignent cependant que cette mesure, pour être efficace, devra s'accompagner de sanctions en cas de non respect de la nouvelle règle. "La possibilité donnée aux mairies de contrôler les loueurs n'est pas suffisante s'il n'y a pas de moyen coercitif", relève le Syndicat national des hôtels restaurants cafetiers traiteurs. (avec afp)

    Bordeaux veut garder un équilibre entre résidents et touristes

    Le conseil municipal de Bordeaux a voté lundi  10 juillet l’obligation de s’enregistrer en mairie pour toute personne désirant louer son logement sur une plateforme numérique et a limité cette location à un délai de 120 jours par an pour les particuliers.

    Les particuliers, après déclaration pour s’acquitter de la taxe de séjour, pourront louer leur résidence principale jusqu’à quatre mois par an. Au delà, ils devront effectuer « un changement d’usage » de leur bien, a expliqué à l’AFP Stephan Delaux, adjoint au maire en charge du tourisme.

    Cette mesure a été prise pour éviter que des quartiers comme le coeur de Bordeaux deviennent exclusivement touristiques et mettre fin à une concurrence déloyale pour les hôteliers.

    « On souhaite que la ville reste une ville de résidents avec des touristes. Il faut garder un certain équilibre », selon M. Delaux, afin de permettre aux jeunes couples ou encore aux étudiants de louer à l’année dans le centre de Bordeaux.

    Parmi la dizaine de plateformes locatives, les statistiques du site Airbnb font état de 6.000 locations sur cette plateforme fin 2016 à Bordeaux. « La croissance du nombre d’hébergements concernés est exponentielle, + 200% entre 2013 et 2014, + 100% en 2015, et + 100% en 2016 », a précisé la mairie de Bordeaux. (avec Reuters)

    VOS RÉACTIONS

    Laissez votre commentaire