Avant tout un très grand chef de cuisine, formé sur les fourneaux par ses maîtres Eugénie Brazier et Fernand Point. Devenu rapidement aussi un grand chef d'entreprise et un incomparable homme de communication et de transmission. Autant de domaines où il fut un pionnier et un "premier de cordée". Le legs de Paul Bocuse à la gastronomie française est considérable.

Le "père de la gastronomie française", Paul Bocuse, est décédé, a annoncé samedi 21 janvier le ministre de l'Intérieur et ancien maire de Lyon, Gérard Collomb, sur son compte Twitter.

Paul Bocuse est décédé dans son sommeil le 20 janvier à l’âge de 91 ans, des suites de la maladie de Parkinson dont il souffrait depuis plusieurs années. Originaire de la région lyonnaise, il était considéré comme l’un des plus grands chefs français, détenteur de trois macarons du guide Michelin depuis 1965.

"Paul Bocuse est mort, la Gastronomie est en deuil. Monsieur Paul, c'était la France. Simplicité & générosité. Excellence & art de vivre. Le pape des gastronomes nous quitte. Puissent nos chefs, à Lyon, comme aux quatre coins du monde, longtemps cultiver les fruits de sa passion", peut-on lire sur le compte du ministre.

Le chef cuisinier, considéré comme le maître de la cuisine traditionnelle et de la grande cuisine a dirigé de nombreux restaurants dont L'Auberge du Pont de Collonges près de Lyon (Rhône).

Le groupe qui porte son nom compte aujourd'hui deux restaurants gastronomiques (L'Auberge du Pont de Collonges et l'Abbaye de Collonges), 10 brasseries (principalement à Lyon et sa région, ainsi qu' à Tokyo, Nagoya et en Floride, dans le World Disney Resorts), 1 rôtisserie à Lyon, ainsi qu'une école, l'Institut Paul Bocuse à Ecully, et de une résidence hôtelière, le Dock Ouest à Lyon Vaise. Le chiffre d'affaires de ses activités culinaires mondiales est estimé à près de 50 millions d'euros, pour près de 700 salariés.

Les obsèques de Paul Bocuse auront lieu le vendredi 26 janvier à Lyon, en la cathédrale Saint-Jean. Si telle était toujours son intention, ses cendres devraient être dispersées ensuite dans le Rhône.

 Biographie de Paul Bocuse
  • 11 février 1926 : naissance à Collonges-au-Mont d’Or (Rhône), fils unique de Georges Bocuse (1901-1959) et Irma Roulier (1905-1982), restaurateur et hôtelier
  • 1944 : engagé dans l’Armée française de libération du général de Gaulle. Blessé en Alsace, des soldats américains le soignent et lui tatouent son coq gaulois sur l’épaule gauche. Décoré de la croix de guerre 1939-1945.
  • 1946 : commence son apprentissage chez Eugénie Brazier à Pollionnay, la plus célèbre des « Mères Lyonnaises première femme à obtenir les 3 étoiles Michelin
  • 1950 : (années) : continue sa formation chez Fernand Point (La Pyramide) à Vienne
  • 1946 : épouse Raymonde Duvert dont il a une fille, Françoise, en 1947
  • 1956 : quitte le restaurant Lucas Carton à Paris pour aider son père à l’Hôtel du pont de Collonges
  • 1958 : obtient sa première étoile au guide Michelin
  • 1961 : Meilleur Ouvrier de France, après avoir été recalé en 1958
  • 1962 : Deuxième étoile au Michelin
  • 1965 : Troisième étoile au Michelin
  • 1975 : premier chef cuisinier décoré du titre de chevalier de la Légion d’honneur. Décoré au palais de l’Elysée par Valéry Giscard d’Estaing, il crée à cette occasion la soupe VGE.
  • 1976 : publie « La Cuisine du marché » (Flammarion)
  • 1980 (début des années 80) : signe un contrat avec Disney, en association avec ses amis Roger Vergé et Gaston Lenôtre, pour l’exploitation des restaurants d’Epcot Center, le Disney World d’Orlando en Floride; ouvre également des corners au Japon
  • 1983 : devient, jusqu’en 1990, président de l’Association Euro-Toques qui regroupe plus de 3 000 cuisiniers en Europe
  • 1986 : élu « Cuisinier du siècle » par le guide Gault & Millau
  • 1987 : crée le concours mondial de cuisine « Bocuse d’Or »
  • 1990 : création de l’institut Paul Bocuse, qui accueille aujourd’hui plus de 1000 étudiants de plus de 50 nationalités, répartis aujourd’hui sur 6 campus internationaux.
  • 1994 : ouvre sa première Brasserie Le Nord, à Lyon
  • 2006 : les Halles de Lyon sont rebaptisées Les Halles de Lyon-Paul Bocuse ; Parution de son livre testament Paul Bocuse. Le feu sacré, aux éditions Glénat, rédigé par Ève-Marie Zizza-Lalu, fille de sa troisième compagne, Patricia Zizza, qui a fondé avec lui la Société des Produits Paul Bocuse
  • 2011 : décoré du titre de Cuisinier du siècle par l’Institut culinaire américain de New York
  • , hommage de 120 chefs étoilés venus du monde entier dans les salons de l’hôtel de ville de Lyon avec un dîner de gala conçu par Emmanuel Renaut, Alain Ducasse et Thomas Keller
  • 20 janvier 2018 :  décès à 9 heures dans son auberge du Pont de Collonges, ou il est né

(sources : Le Monde, Wikipédia, dossier de presse restaurants Bocuse, archives HR-infos) 

L’excellente émission hommage de FR3 avec des proches  et des témoins historiques de son parcours

logo hr-infos

Ce n’est que notre avis (mais on le partage)

 

Paul Bocuse, sacré passeur de feu (hommage à venir)

 

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire