Fondateur de Sodexo en 1966 et actuel président du conseil d’administration du groupe, Pierre Bellon et sa famille seraient la première fortune dans l’hôtellerie restauration et la vingtième tout secteur confondu, selon le magazine Challenges.

1 milliardaire, Pierre Bellon, 13 multi millionnaires, de Louis Le Duff à Gérard Brémond, ils ne sont que 14 de l’Hôtellerie Restauration à figurer parmi les 500 plus grandes fortunes professionnelles de notre pays, selon le dernier classement annuel établi par le magazine Challenges.Parmi les 14, 13 habitués du podium et un entrant, Didier Ferré, propriétaire d’hôtels.

Au sein de ce Top 14, quelques héritiers et quelques rentiers de conquêtes passées, mais aussi et surtout une majorité de grands entrepreneurs en exercice, créateurs des concepts industriels qui dynamisent encore le secteur aujourd’hui : franchise, hôtellerie de chaîne, résidence de vacances, restauration sous contrat, titres de services et services hôteliers.

Le classement complet sur le site de Challenges


———

Le classement 2012

en millions d’euros, extrait du classement

N°20 – Pierre Bellon et ses enfants – 2 020 M? – Sodexo – Restauration et services

N°63 – Louis Le Duff – 650 M? – Groupe Le Duff – Agroalimentaire et Restauration

N°90 – Robert Zolade – 490 M? – Elior – Restauration sous contrat

N°94 – Bernard Bellon et sa famille- 460 M? -Sodexo – Restauration et services

N°118 – Famille Desseigne-Barrière – 350 M?- Groupe Lucien Barrière – Casino et Hôtellerie

N°136 – Didier Ferré et sa famille – 300 M?- Ferré Hôtels – Hôtellerie

N°150 – Jean-Louis Costes – 280 M?-Groupe Costes-Restauration

N°274 – Paul Dubrule – 123 M?- Accor – Hôtellerie et services

N°274 – Gérard Pélisson – 123 M? – Accor – Hôtellerie et services

N°277 – Olivier Bertrand – 120 M? – Groupe Bertrand – Restauration

N°367 – Régis Arnoux et sa famille – 89 M? – Catering International- Hôtellerie et services

N°385 – Olivier Sadran – 80 M? – Newrest – Restauration

N°407 – Gérard Joulie – 75 M? – groupe Joulie – Restauration

N°472 – Gérard Brémond et sa famille – 60 M? – Pierre & Vacances – Résidences loisirs

Précisions : nous n’avons pas retenu dans ce classement les fortunes dont les activités de l’hôtellerie restauration ne constituent pas le principal actif du patrimoine professionnel. C’est le cas de Francis Holder (groupe Holder, agro-alimentaire, 150 M?) et d’Isidore Partouche et sa famille (groupe Partouche, casinos, 78 M?). Non retenu également un fournisseur de la branche : Hugues Dewavrin et sa famille (Pomona, 210 M?)

———

Méthodologie

– Par fortunes, Challenges entend « fortunes professionnelles ». Calculées, pour les sociétés cotées, à partir des cours de bourse multipliés par le nombre d’actions détenues, et pour les sociétés non cotées, à partir de leurs chiffres d’affaires, résultats et actifs nets.

– Les estimations sont soumises aux intéressés, selon une procédure contradictoire qui permet de les corriger ou de les contester publiquement.

– Sont exclus des chiffrages les biens immobiliers détenus à titre personnel, les oeuvres d’art et les signes extérieurs de richesse.

———


Ce n’est que notre analyse (mais on la partage !)

Les inamovibles et l’entrant

Ils sont à nouveau 14 parmi 500, 14 à peser en cumul 5,220 milliards d’euros, c’est-à-dire moins de 2 % (1,95 %) de la valeur cumulée (267 milliards d’euros) des 500 premières fortunes laborieuses de France. Et pourtant, ils représentent une branche d’activité dont le poids économique représente environ 4 % du PIB. Cette branche, en proportion, génère donc moins de très riches qu’elle ne pèse en volume. Pour une raison simple : l’hôtellerie restauration compte très peu de grands groupes. Les propriétaires d’ensemble de taille moyenne ne sont pas encore assez riches pour atteindre le seuil actuel du FMIC (Fortune minimum d’insertion dans le Classement, sigle ironique inventé par Challenges), qui est de 60 millions d’euros.

La crise et la baisse de la bourse ayant érodé les actifs, les 500 grands fortunés ont vu leur patrimoine global s’écorner de 3 %, avec toutefois de fortes disparités entre les uns et les autres qui tiennent en général aux évolutions de leur valeur en bourse. Baisse comparable au sein de notre top 14 : -3,5 % sur le panel des 13 déjà présents en 2011.


Seuls cinq d’entre eux (Louis Le Duff, Robert Zolade, Bernard Bellon, Régis Arnoux et Olivier Sadran) ont vu leur patrimoine s’étoffer encore en 2012
. A l’opposé, le patrimoine des Desseigne-Barrière continue sa dégringolade, passant de 1,5 milliard en 2010 à 500 millions d’euros à 2011 et 350 cette année. Tout comme celui de Gérard Bremont, le père de Pierre & Vacances. Son matelas pesait 240 millions d’euros, il y a 2 ans, 219 l’an passé pour s’allèger à 60 millions d’euros cette année.

Au sein des 14, on retiendra surtout cette année l’arrivée d’un hôtelier, le très discret rennais Didier Ferré (300 millions d’euros de fortune professionnelle), à la tête de 125 hôtels de 3 à 5 étoiles, dont le Concorde Montparnasse racheté l’an dernier 85 millions d’euros à Starwood.

—–

Enquête : magazine Challenges

Texte : Jean-François Vuillerme

Photo :©C. Lebedinsky/Challenges-REA

————

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire