La nouvelle présidente de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie nous a accordé une première interview. Découvrez aussi les priorités de son mandat et le détail de son programme. Un projet qui deviendra d'ici décembre et le congrès de Lille un plan d'action opérationnel. Avec la promesse d'une réforme de la confédération qui doit opérer sa mue si elle veut tenir son rang.

Les 10 priorités du mandat Pujol- Deleval 2008-2012

Le programme

1- Développer les partenariats économiques : appuis financiers pour la mise aux normes, l’accessibilité et la modernisation, dispositifs novateurs de transmission et de financement, plans de développements avec les régions, …

2- Donner plus de lisibilité à la qualité dans les branches : nouveau classement des hôtels et création d’un organisme de gestion, développement du titre « Maître restaurateur », des formations au permis d’exploitation, du site « Hôtels de France », …

3- Assainir la concurrence : combat pour le taux réduit de TVA, lutte contre le para commercialisme, égalité de traitement réglementaire, …

4- Aiguiser l’attractivité des métiers : logement des saisonniers, mesures de fidélisation, dialogue social, groupements d’employeurs sur la gestion du temps partagé des salariés, …

5- Intensifier le lobbying dans toutes les instances : représentation ds les commissions pour l’aménagement du territoire, permanent inter syndicat à l’Hotrec, représentation permanente de l’Umih dans les ministères, organismes, chambres, en faisant appel aux pdts de branche et pdts départementaux, …

6- Elargir la concertation avec les autres syndicats : rechercher des sujets de consensus, monter des actions communes, d’information, de promotion, de propositions et au besoin de manifestations, …

7- Renforcer le rôle des présidents départementaux : formation des nouveaux élus, recherche de ressources nouvelles, création d’un niveau régional et d’une fédération régionale regroupant les pdts départementaux chargés de concevoir des plans de développement et de les promouvoir auprès de leur région, …

 

8 – Organiser des pôles d’expertise métier, sous la responsabilité des présidents de branche : révision des compétences de chaque branche, élaboration par leur président de propositions de lobbying priorisées et soutenues par le Directoire, installation d’observatoire des professions, …

9 – Recentrer le Directoire sur le pilotage de la transformation, du développement, du lobbying et de l’équilibre financier : création d’un poste de délégué général permanent, audit extérieur de réorganisation, transparence sur les relations avec les structures dépendant de l’Umih, les syndicats associés et les partenaires fournisseurs, …

10 – Installer une gouvernance moderne et efficace, basée sur la transparence, la clarté des engagements et la traçabilité des actions, la responsabilité des résultats : révision des statuts, meilleure information des départements, élection d’un deuxième vice-président confédéral et d’un président des régions, limitation à deux mandats présidentiels, …

—————–

Confidences proustiennes …

« Le principal trait de votre caractère

L’enthousiasme

Qualité que vous préférez chez un homme

La franchise

Et chez une femme: la gentillesse

Votre couleur préférée : le vert

Votre rêve de bonheur

J’ai des entreprises. J’ai quatre enfants. Je souhaiterais qu’ils poursuivent ce que j’ai entrepris, qu’ils s’entendent bien, qu’il y ait cette cohésion dans la famille. Ce serait une satisfaction à la fin de ma vie.

Vos auteurs favoris : j’aime beaucoup les romans policiers, notamment américains et anglais. J’apprécie beaucoup Michael Connelly.

Votre fleur préférée : la rose, blanche, ou l’anémone.

Comment aimeriez-vous mourir : en pleine forme ! En souriant. En me disant, finalement, tu as bien rempli ta vie, tu as fait ce que tu avais à faire.

Que détestez-vous par dessus tout : la lâcheté

———-

Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)

Comme de la rupture dans l’ère !

Après les 12 ans de règne du roi André, l’ère est-elle venue de la reine Christine ? Justement pas ! Car s’il est encore prématuré d’annoncer une révolution en marche (mais deux femmes à sa tête, c’est déjà un beau symbole, et que dirons-nous alors d’une prochaine féminisation des présidences départementales !), l’Umih pourrait bien passer sous l’ère Pujol, pour employer cette image royale, d’une monarchie absolue à une monarchie institutionnelle.

Nouvel équilibre des pouvoirs

Car Christine Pujol n’entend ni inaugurer les chrysanthèmes ni phagocyter les dossiers. Son programme en atteste, qui prône un changement de gouvernance fondé sur un nouvel équilibre des pouvoirs entre les instances nationales, départementales et bientôt régionales de l’Union.

Gare à l’usine à gaz !

Mais sans certaines précautions, ce rééquilibrage, qui s’accompagne de structures et de présidences supplémentaires, pourrait engendrer, au contraire de l’efficacité recherchée, un surcroît de complexité. Aux effets fâcheux ! Cacophonie, saupoudrage des moyens, surcoûts, et, au final, affaiblissement du leadership.

Conserver un leadership fort face à l’Etat

Un leadership qui est indispensable à une grande organisation pour se faire entendre au sommet de l’Etat. L’Umih, dans ces cas précis, devra parler d’une seule voix, celle de Christine Pujol. Sur ce plan, André Daguin, quoi qu’en dise ses détracteurs, avait établi une ligne directe avec Nicolas Sarkozy (qu’il tutoie !). Une proximité qui avait conduit à quelques gains pour les CHR … A commencer par une aide annuelle sectorielle de 600 millions d’euros, en attendant la TVA au taux réduit promis par Nicolas à son ami André en fin d’année.

Audit de fond

Gageons que ces précautions, Christine Pujol, en chef d’entreprise avisée, les a prises. N’a-t-elle pas prévu en particulier un audit extérieur de l’Umih, à la fois de son fonctionnement et des besoins de sa réorganisation ? Une sage décision. Car pas de grande réforme possible sans diagnostic préalable. L’Umih, en raison de ses difficultés financières et de ses ambitions nouvelles, doit à la fois augmenter ses recettes et diminuer ses dépenses, en passant au peigne fin chaque contrat, en systématisant la mise en concurrence de ses prestataires, etc.

Double défi, interne et externe

Christine Pujol et Dany Deleval, la vice-présidente, ont donc du pain sur la planche. Renforcer l’unité de l’Union contre le risque d’implosion et conforter son rang de première organisation patronale. Faire progresser les grands dossiers professionnels de manière décisive. Et enfin, last but not least, rendre l’Umih plus efficace pour ses adhérents, en améliorant fortement le service rendu.

Aller vite dans la réforme

Pour tenir ce double défi, interne et externe, qui transparaît dans leur programme, le tandem Pujol-Deleval possède une forte légitimité. 55 % de voix dès le premier tour d’une élection, ce n’est pas rien ! Dès le congrès de Lille, elles pourront s’assurer qu’elles ont bien les coudées franches, face à certaines baronnies de l’Umih, que l’on dit inquiètes des changements annoncés. Et dès le congrès passé, le tempo donné à la réforme devra aller vivace !

———
Interview : Anne Rohou

Texte : Jean-François Vuillerme
——–

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire