Cette chambre avec vue est proposée par "Daniel" était offerte à 394 euros la nuit du 30 octobre au 1er novembre , taxe de séjour er novembre et frais de service inclus. Il s'agit d'une chambre du boutique-hôtel La Comtesse Tour Eiffel géré par Elegancia.

Airbnb s’est acquitté l’an dernier de 160.805 euros d’impôts en France, un montant dénoncé comme “dérisoire” par les fédérations de l’hôtellerie, montrent les comptes annuels 2017 de la plateforme révélés par Challenges, que Reuters a pu consulter.

La plateforme de locations saisonnières entre particuliers, qui héberge 60.000 annonces rien qu’à Paris, affiche un chiffre d’affaires net de 7,6 millions d’euros en France. La société Airbnb France est décrite par le groupe comme un bureau “qui assure des services de marketing et paie toutes les taxes applicables sur son activité”.

Le paiement des annonces s’effectue par Airbnb Payments UK, décrit par le site comme “partie contractante pour les services de paiement”, avant d’intégrer les comptes de la maison mère du groupe en Europe, Airbnb Ireland UC. L’Irlande compte l’un des taux les plus bas d’Europe en matière d’impôt sur les sociétés (12,5% contre 28 à 33% en France cette année).

“Nous respectons les réglementations locales et payons tous les impôts que nous devons là où nous exerçons une activité”, a fait savoir Airbnb France dans un message envoyé à Reuters.

Pour le GNI et l’AhTop, cette somme “est manifestement dérisoire au regard de l’activité sur notre territoire de cette plateforme”.

Dans un communiqué, les fédérations appellent le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin à rétablir “l’équité du système fiscal français”.

Elles estiment en outre, sur la base de chiffres du groupe, que la plateforme a “accueilli 6 millions de visiteurs en France sur l’été 2018, pour un prix moyen de 27 euros par nuit et une durée moyenne de 3,8 jours. Compte tenu de leur taux de commission à environ 15%, ça représente pour eux un chiffre d’affaires de plus de 92 millions d’euros perçus en trois mois”. (dépêche Reuters)

La réaction de l’Umih

« En tant que chefs d’entreprises qui embauchent, œuvrent au dynamisme de nos territoires, payent et reversent leurs impôts en France, nous sommes à nouveau profondément choqués par le montant, publié par la presse, de la participation d’Airbnb aux finances publiques en 2017 : 161 330€ … Utiliser à ce point les mécanismes d’optimisation fiscale n’est pas digne d’une entreprise soi-disant « responsable » et « collaborative ». On est bien loin des messages encore véhiculés par la plateforme. Au-delà de l’impôt sur les sociétés, c’est tout un pan de l’économie qui profite sans contribuer à sa juste valeur. N’oublions pas également que le chiffre d’affaires produit par la plateforme échappe presque à toute fiscalité et ne produit aucune taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en France. »

 

La lettre ouverte du GNI et de l’Ahtop à Gérard Darmanin

Lettre ouverte à Gérald Darmanin

 

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire