Le buffet abonde en mets salés et sucrés, nombre de préparations, dont celle à base d’oeufs, étant préparées à la demande dans l’instant, devant le client. Il fait une grande place aux produits de fermes locales et de l’agriculture raisonnée. Les oeufs de la ferme Koerckel à Saint-­\ »?Léonard. Les yaourts au lait de chèvre de la chèvrerie du Bambois à Lapoutroie ou au lait de brebis de la bergerie du Draimont à Fresse sur Moselle. Les confitures artisanales de Falch à Schaeffersheil. Ou encore le miel issu des ruches de l’apiculteur Heydmann à Nordheim…

Se différencier par un petit-déjeuner exceptionnel qui restera dans la mémoire de ses clients, mais également étoffer son offre de restauration en direction des groupes à l’occasion de banquets, réceptions et autres séminaires, c’est le pari engagé depuis août 2011 par l’hôtel 4 étoiles Le Parc à Obernai (Bas-Rhin), fleuron de l’hôtellerie restauration alsacienne et membre de Châteaux et Hôtels Collection, en ouvrant « Tomi ». Une salle exceptionnelle à double titre, par sa décoration qui rend hommage au dessinateur alsacien Tomi Ungerer, et par son buffet cuisine, généreux en produits de la région et animé par une brigade de cuisiniers réalisant en direct les préparations chaudes.

Questions à Maxime Wucher, directeur de l’hôtel

Comment l’idée de ce concept vous est venue ?

-*« Je me suis inspiré de ce que j’ai découvert en Asie, à Singapour en particulier, dans les chaînes hôtelières Shangri-La et Mandarin Oriental, où j’ai travaillé comme responsable de la restauration. En rentrant en France, il m’a semblé que nous pouvions transposer ce concept, en l’adaptant à nos clientèles et à nos traditions françaises et alsaciennes. »

A quelles attentes clients répond-il?

-*« Pour la clientèle, en particulier étrangère et anglo-saxonne, le petit déjeuner est un repas essentiel. Nous voulions donc nous différencier, en allant plus loin que les buffets classiques habituels, certes d’une qualité correcte, mais que l’on voit partout. »

-*« Pour cela, il fallait que nous élargissions et diversifions notre offre, en misant sur une cuisine vivante, réalisée en direct par les cuisiniers devant les convives. Faire la différence, en laissant à nos clients le meilleur souvenir, c’est l’idée qui nous a guidée.»

A combien se monte l’investissement ?

-*« De l’ordre de 1,2 millions d’euros, tout compris : second œuvre, équipements, aménagements, décoration et honoraires. »

Comment comptez-vous l’amortir ?

-*« Pas uniquement bien sûr, par l’augmentation du prix du petit-déjeuner, qui est passée de 18 euros à 21 euros (* 11 euros pour les enfants jusqu’à 10 ans). Les 3 euros supplémentaires n’y suffiraient pas. »

-*« La salle Tomi n’a pas été conçue seulement pour les petits-déjeuners, elle a une vocation polyvalente. Nous l’utilisons pour les repas des séminaires et des groupes en général : famille, entreprise, association, qui organisent un banquet ou une réception. Elle nous permet de développer notre activité restauration en adaptant notre offre aux attentes de nos différentes clientèles. Proposer une formule unique de buffet, le même buffet pour tous, serait totalement inadapté aujourd’hui. »

La salle « Tomi » placée sous le signe de Tomi Ungerer


Remarquez le fauteuil clin-d’oeil au costume alsacien et les vitraux de Thierry-Tristan Ruhlmann

Le Parc, qui en est lui-même un objet d’art décoratif (pour en avoir un aperçu, visitez son site internet) a dédié sa salle de petits-déjeuners au dessinateur Tomi Ungerer, en choisissant ses dessins illustrant l’univers de la gastronomie.

Les oeuvres d’Ungerer sont associées aux peintures et sculptures de Raymond Waydelich, aux portraits animaliers de Michel Charvet, ainsi qu’à la marquetterie de la famille Spindler et aux aquarelles de Charly Barat. Quant au design, il est du à l’architecte André Siegrist (il intervient pour l’hôtel depuis 30 ans).

On aura remarqué (sur la photo) l’originalité du dossier du fauteuil, inspiré de la coiffe et du costume traditionnel alsacien. Les vitraux (en photo, sur des dessins d’Ungerer) sont dus au Maître d’Art Verrier, Thierry-Tristan Ruhlmann.

«Tomi, notre salle de cuisine spectacle matinal»

————–



« Questions à » : Jean-François Vuillerme

Texte : JFV d’après communiqué de presse

Photos : eliophot

————-

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire